13 avril 2013

Critique de jeu : CRYSIS 3

« CRYSIS 3 » de « Electronic Arts ». Je me suis laissé tenter après avoir bien aimé le second volet du jeu sorti l’an passé. Crytek nous présente son moteur 3D « CryEngine 3 » qui semble se surpasser, encore une fois, dans ce 3e épisode de la série en nous offrant des graphiques d’une beauté époustouflante. Le réalisme des décors est à couper le souffle. Le « Gameplay (Gm) » est le même que son prédécesseur et il demeure aussi simple qu’un simple clic de la souris. Alors, qu’y a-t-il de nouveau dans ce jeu ?

Voilà, c’est cela le problème! Mise à part, une nouvelle compétence de « hacker » des systèmes informatiques, des tourelles ou même des mines anti-personnelles à distance, et aussi une nouvelle arme : l’arc; il n’y a rien de nouveau. L’histoire se poursuit là où le second volet se terminait. Oui, « CRYSIS 3 » est toujours un FPS d’infiltration de bonne qualité mais je crois que c’est l’intérêt général du jeu qui manque. Bien sûr, pour un joueur qui n’a jamais joué aux volets précédents, ce jeu est vraiment génial. Par contre, il reste d’y avoir une méchante lacune du côté de l’histoire, et aussi du fait de pouvoir se sentir impliqué dans la vie personnage : Prophète. À mon avis, « CRYSIS 3 » aurait dû être annoncé comme une extension du jeu « CRYSIS 2 », un genre de DLC « stand-alone ». Ici, EA a joué la carte de la recette typique qui fonctionne et que l’on recycle avec le chiffre 3 à la fin du titre.

Quant à ma recommandation, je suis mitigé. Car, technologiquement parlant, c’est un superbe jeu, très haute qualité. Le problème, c’est l’intérêt pour les anciens fans du jeu, EA saura-t-il le garder ? Pour ma part, j’y joue de temps à autres. Et pour les nouveaux fans, cela dépend si vous aimez commencer une histoire au beau milieu de son intrigue ou, si vous êtes plus du genre « je m’en fous pourvu que l’on tire! ». Si vous êtes le 2e genre, vous allez être comblé.

Gr : 5, Gm : 4, In : 2 // Dv : 1 (16  heures), Prix : 54,99$ (Origins)

Note : 11/15



















Site officiel du jeu : http://www.crysis.com/fr/crysis-3

Bande annonce :
 

11 avril 2013

Critique de jeu : BATTLEFIELD 3

Ben oui, il m’en a fallu du temps pour que j’achète ce jeu. J’ai attendu qu’il soit en rabais car, comme vous savez, les jeux multijoueurs ne m’intéressent pas. Toutefois, c’est par un concours de circonstances que j’avais acheté Battlefield 2 il y a quelques années déjà et je n’avais pas détesté du tout. Oui, il m’arrive de vouloir jouer à la guerre et tuer pleins de vilains comme tout le monde. Comme vous l’avez devinez, ce jeu est FPS (first person shooter) et cela se joue en équipe, équipe qui est déterminé au hasard.

Avec Battlefield 3, Electronics Arts a frappé fort, même si le jeu coté gameplay est similaire à son prédécesseur, la qualité graphique du jeu est à couper le souffle ainsi que l’ambiance. Car, à ma grande surprise, il y a une campagne solo dans ce jeu et c’est de cela que je vais vous parler dans ma critique. Ce qui faut savoir en premier lieu, c’est que l’aventure se déroule dans des paysages urbains, quelque part en Iran. Et que les lieux sont d’un tel réalisme que l’on se croirait sur place, bravo pour les performances du moteur 3D. Je crois que les modélisateurs du jeu ont fait un excellent travail sur ce point, je dirais même plus un travail de très haute qualité.

L’histoire, vous êtes un soldat qui est aux arrêts par les forces spéciales et vous devez raconter, une par une, les missions que vous avez accomplies. Mission que vous revivrez en temps réel et ce, accompagné par des collègues. Dès le début, lorsque vous débarquez de votre véhicule, et que vous entendez les coups de feu portés par le vent mais sans en connaître la provenance, c’est là que vous vous dites : « Mon dieu, que je n’aimerais pas être la place des militaires là-bas ». Contrairement à d’autres jeux du même genre, les ennemis sont plus difficiles à cerner dans les ruines des bâtiments. Et c’est ce qui fait la beauté de la chose, on a vraiment pas envie de se faire tirer dessus. Donc, les kamikazes (joueurs) qui se tirent dans le tas, oubliez cela.

Un autre point fort du jeu, c’est la diversité des missions. Car, malgré le fait que l’on est un soldat en mission, il y a des missions vraiment originales. Par exemple, il y a une mission que l’on passe à l’intérieur d’un cockpit d’un F-18. On est un copilote, le responsable des missiles et du tir à la mitraillette. On vît le décollage en temps réel, ainsi que les acrobaties de l’avion dans le ciel, ce qui est vraiment impressionnant. Et quand les avions ennemis arrivent, attention, ce n’est pas évident de planifier ses tirs de missiles ou de mitraillettes pour les abattre. Je vous le dit, on se croirait littéralement dans le film « Top Gun ». Cette mission-là m’a vraiment fait apprécier mon achat. J’en suis resté estomaqué.

Les missions qui suivent, tentent toujours de faire travailler un aspect de notre soldat que nous n’avons pas exploité dans la mission précédente, par exemple, le tir au mortier, descente en rappel le long des murs, etc. Avec un échantillonnage de sons très réalistes, on est plongé dans l’action. L’immersion est totale, on ressent le stress. Même pour un habitué de jeu de FPS comme moi, j’en arrache par endroits. Héhéhé !

En terminant, ce jeu est de grande qualité, il n’y aucun doute là-dessus. Mais, il s’agit de savoir si c’est le genre de jeu qui vous convient. Vous êtes fan de jeux de guerre et de FPS ? Alors, ce jeu est pour vous ! Toutefois, je n’ai pas encore estimé le temps pour compléter la campagne, est-ce que c’est long ou pas ? Je ne le sais pas encore. C’est pourquoi je recommande que vous l’achetiez à rabais. Pour ce qui est de la section « Multijoueurs » du jeu, je vous avoue que je ne l’ai pas essayé. Et normalement, ce jeu a été créé pour le mode multijoueurs. Donc, j’imagine que EA a mis le paquet de ce côté-là, ce sera à voir…

Gr : 5, Gm : 4, In : 4 // Dv : 1 (8 heures campagne solo), Prix : 54,99$ (Origins)

Note : 13/15

Bande annonce :

01 avril 2013

Critique CD : Stratovarius - Elysium (2011)

Style : Power Metal
Compagnie : Armoury Records


Il y avait fort longtemps que je n'avais pas critiqué un album de Stratovarius. Cela datait de l'album "Infinite" en 2000. Car après cela, mon intérêt envers le groupe avait diminué : de l'un parce que le guitariste compositeur Timo Tolkki avait quitté la formation et de l'autre était que l'orientation du groupe, par la suite, m'avait beaucoup déplu. Mais voilà que je tombe sur une chanson de cet album par hasard, et qu'est-ce que j'entends ? Un retour aux sources ? Il m'a fallu peu de temps pour que je fasse des recherches sur le net et par la suite, me procure leur album.
 
Oui, c'est un retour aux sources. C'est du Power Metal comme je l'aime, rapide, mélodique, punché et intéressant. Des hymnes qui nous reviennent en tête facilement. Oui, c'est du déjà vu mais pourquoi reprocherait-on à un groupe de renier ses influences ? On sait tous pertinemment que même les plus vieux bands de métal comme Iron Maiden réusinent leurs chansons alors pourquoi Strato ? Comme je dis : De la soupe, ça reste de la soupe! Il faut changer la façon de la servir pour rendre l'expérience agréable. Selon moi, avec cet album, le groupe Stratovarius a visé juste. J'ai l'impression de vraiment revivre l'époque "Episode" et "Visions". Wow! Et selon moi, ce fut la meilleure époque du groupe finlandais.
 
La production est une tonne de briques et le vocal de Timo Kotipelto est tout simplement égal à ce qu'il faisait dans le temps de "Visions", il se donne corps et âme. Quant à mes chansons préférées : "Under Flaming Skies", "The Game Never Ends" avec son solo de clavier que seul Jens Johanssen en connaît la recette, et ensuite la très rapide "Event Horizon". Bref, toutes les chansons de cet album me comblent. Cet album est un must dans votre collection Power Metal sans aucune hésitation.  
 
Note : 9/10

Liste des pistes :

01. Darkest Hours
02. Under Flaming Skies
03. Infernal Maze
04. Fairness Justified
05. The Game Never Ends
06. Lifetime In A Moment
07. Move The Mountain
08. Event Horizon
09. Elysium


Critique de jeu : DEAD SPACE 3

Hé oui, parce que ce jeu s’est vendu à rabais sur « Origins » il n’y a pas très longtemps, je me suis dit : « Ok, essayons-le! » Pour ceux et celles qui ne seraient pas familier avec la série DEAD SPACE. Il s’agit d’un FPS d’horreur qui se déroule dans le futur. Très loin dans le futur. Si vous voulez faire un parallèle avec quelque chose que vous connaissez alors imaginez-vous une ambiance à la « Aliens » le film. Vous n’êtes pas obligé d’avoir suivi la série pour jouer à ce jeu mais cela pourra vous aider à comprendre un peu plus l’histoire.
C’est un jeu de tir adapté pour la console de jeux avec une vue du personnage de dos. Cela nous rappelle un peu la série Resident Evil. Le jeu se joue très facilement avec une manette de jeu, et même la souris et clavier si vous avez la version PC. En ce qui concerne l’histoire, même si les jeux précédents et celui-ci ont toujours eu des introductions forts intrigantes et qui nous donne le goût d’y jouer, DEAD SPACE a toujours la même recette : Explorer des épaves de vaisseaux abandonnés et se faire surprendre par des monstres. Dans ce 3e volet, nous retrouvons le personnage d’Isaac (Dead Space 2) qui possède la connaissance des monolithes, objets extra-terrestres qui conjurent des milliers de créatures infâmes prêtes à détruire l’univers. Cela nous rappelle un peu les scénarios de ces vieux jeux FPS comme « Doom ».
Qu’est-ce que ce jeu a de plus que de ses prédécesseurs ? Mise à part des graphiques un peu plus beaux et des établis où la fabrication des armes est plus complexe, rien du tout. À vrai dire, ce genre de jeu, malgré une intrigue directrice, cela devient rapidement répétitif. Pour ne pas dire ennuyeux. J’avais eu de la difficulté à terminer le 1e  à l’époque, le 2e jeu, je lui avais laissé une chance alors pourquoi s’empêtrer dans le 3e ? Je ne sais pas. Je croyais qu’il serait différent des autres mais hélas, non. Donc, si vous aimez tirer sur tout ce qui bouge et faire des sursauts, quelques fois prévisibles, sur votre chaise, c’est un bon jeu pour cela.
En terminant, DEAD SPACE 3 n’a pas révolutionné quoique ce soit d’avec ses prédécesseurs. Et je crois que ce jeu attirera plus les fans de la série que les autres « gamers », car il existe sur le marché des jeux mieux que celui-ci. Il est certain que si vous n’avez jamais joué à la série DEAD SPACE, il est possible que vous aimiez si vous êtes un fan des FPS, ou que vous aimiez les ambiances horreurs de l’espace. Toutefois, ce n’est pas un jeu que je recommande à tous. Je crois que la recette a assez duré.

Gr : 5, Gm : 4, In : 2 // Dv : 1  (12 heures), Prix : 39,99$ (Origins)

Note : 11/15

Site officiel : http://www.deadspace.com/fr

Bande annonce :

P.V.M : Nightwish - Ghost love score

Pause vidéo musicale

Voilà, une chanson qui m'a jeté à terre à cause de sa grande musicalité et mélodie. Je ne m'attendais pas de l'entendre à nouveau en "live". Surtout, après le départ de Tarja, la première chanteuse de Nightwish. J'étais loin de me douter qu'une autre personne pouvait la remplacer dans l'interprétation de ces chansons composées spécialement pour son type de vocal. Pourtant, voici Floor Jansen qui fait un travail admirable et a une voix sublime elle aussi.