08 avril 2017

Critique de jeu : ASSASSIN'S CREED SYNDICATE


J’ai hésité longtemps avant d’acheter le dernier opus de la très populaire série : Assassin’s Creed. Premièrement, après tous les jeux précédents, qu’est-ce que la compagnie Ubisoft peut-elle nous apporter de plus que nous n’avions pas déjà vu auparavant? Hmm! Pas grand-chose... Lorsqu’une série de jeux vidéos dure aussi longtemps, il est un peu normal qu’elle s’essouffle avec le temps. Et ce jeu-ci ne fait pas exception à la règle! C’est pourquoi la compagnie a annoncé qu’elle prenait une pause indéterminée de leur célèbre licence après la sortie de Syndicate. (2016)

Dans ce nouveau volet, l’éternelle guerre entre les Templiers et les Assassins continue de faire rage... mais cela, on s’en fout éperdument. Je crois que l’histoire de base entre les deux factions s’est tellement dissoute à travers les jeux précédents que l’on finit par s’en lasser complètement. Laissez-nous faire des missions d’assassinats, point à la ligne, et ce sera bien assez. ;) Et heureusement, dans ce jeu-ci, nous effleurons à peine le sujet. Donc, ce qui se passe dans le temps présent est à peine couvert, car l’important c’est l’aventure qui se trame à Londres. Et je suis assez d’accord avec ce principe.

Comme je le disais, l’histoire se déroule dans la grande ville, autour des années 1860, et où Jacob et sa sœur Evie Frye (des jumeaux) veulent vaincre le templier Crawford Starrick et son organisation. Celle-ci contrôlent divers rouages importants de la société londonienne (usines, transports, médecine, politique, criminalité...). Jacob souhaite donc libérer la ville et former son gang. Quant à Evie, elle est à la recherche d’un fragment d’Eden caché dans la ville.

Jusque là, l’intrigue nous semble prometteuse. C’est plutôt la suite qui se corse et tombe un peu dans l’oubli. Donc, avant de vous émettre les points négatifs de ce jeu, laissez-moi vous parler des points forts. Le fait que l’histoire se déroule à Londres durant l’époque de la révolution industrielle est une excellente idée et amène un vent de changement. En second plan, les personnages principaux : les jumeaux Frye sont un excellent concept. Non seulement ils sont charismatiques, mais le fait de pouvoir jouer une femme assassin permet d’expérimenter un nouveau point de vue du jeu. Par contre, je ne sais pas si je suis d’accord avec le fait que certaines missions doivent être réalisées par Jacob et d’autres par Evie seulement. Ils possèdent chacun leurs forces et leurs faiblesses. Pour ma part, j’aurais préféré jouer Evie pendant toute la durée du jeu puisqu’elle est davantage axée sur la furtivité.

Autre point que j’ai aimé : c’est le grappin. Il permet de se hisser rapidement sur le toit des immeubles au lieu d'escalader leurs longues façades. Et il est même pratique pour passer du toit d’un immeuble à un autre, et ce, séparé par une rue par exemple. De plus, le fait d’avoir instauré des calèches comme moyen de transport n’est pas si mal. Cependant, très peu pratique à cause de la densité de la circulation. Il y a trop de monde. Ce qui m’a fait rire : c’est que les chevaux qui tirent les calèches sont indestructibles, même en passant à travers les murs. :P Toutefois, j’ai préféré grandement la course à pied comme meilleur moyen de déplacement du point A au point B.

Pour les points négatifs, en fait, c’est le contenu. Il est tout simplement trop répétitif et voire même ennuyeux. Les personnages populaires que l’on rencontre nous offrent, à peine, de quoi nous émerveiller. Pour la plupart, ils sont inintéressants (même si ce sont des gens historiques). En bref, l'objectif principal du jeu, c’est que l’on doit libérer tous les quartiers de Londres un à un. Donc, ce sont presque toujours les mêmes objectifs que l’on doit réaliser. Libérer un quartier, puis copier-coller ce concept aux autres quartiers. Voilà! C’est tout ce que le jeu offre en tant que trame d’histoire. J’avais l’impression de rejouer à Assassin’s Creed 1 sur cet aspect, tellement je l’ai trouvé répétitif. Bref, c’est pourquoi cela m’a pris du temps pour terminer le jeu. Je n’y jouais que partiellement jusqu’à sa réalisation complète. Et pourtant, dans Syndicate, il y avait vraiment de bons ingrédients, mais ils ont été mal exploités tout simplement. C’est mon avis...

Côté graphique : Je n’ai rien à redire là-dessus. Les jeux Assassin’s Creed ont toujours été très beaux sur cet aspect. Côté gameplay : c’est pratiquement la même configuration que les autres jeux précédents. Très facile d’utilisation avec une manette pour PC. Toutefois, le fait d’avoir ajouté un bouton supplémentaire pour les sauts de l’ange ou encore, les sauts en bas d’un immeuble m’a ennuyé. Lors de mes courses pour fuir, souvent le personnage s’arrêtait brusquement au rebord d’un toit sans sauter en bas, car je n’avais pas appuyé sur la nouvelle configuration de boutons. Avant le personnage se jetait dans le vide plus facilement, et si on avait pris mauvaise décision, c’était tant pis pour nous.

En terminant, le jeu est une belle réalisation en soi. Même s’il manque de diversité, il m’a amusé un peu. Est-ce un achat essentiel? À mon avis, non. Cependant, si vous êtes un fan pur et dur de la série, peut-être qu’il va vous intéresser.

Gr : 5Gm : 4In : // Dv : 1  (32 heures), Prix : 59,99$ (Steam)

Note : 12/15


Site officiel : https://assassinscreed.ubisoft.com/fr-fr/games/assassins-creed-syndicate/

Bande-annonce :