30 août 2015

Critique de jeu : COLLAPSE



Comme bien de gens le savent, j'aime les FPS. Alors quand j'en vois à bas prix sur Steam, qu'il soit récent ou pas, je l'achète. Je n'avais jamais entendu parlé de "Collapse" puisqu'il s'agit d'un jeu conçu en Ukraine ( je crois... ) et que, malheureusement, souvent les jeux de petites compagnies indépendantes passent souvent inaperçus, ici, en Amérique du Nord. Mais, grâce à Steam, j'ai pu mettre la main dessus. La version originale est sortie quelque part en 2008, et j'y ai joué dernièrement. 

Dès l'entrée de jeu, j'ai été accroché par le concept de l'histoire, et le design des lieux et de celui des personnages. Cependant, après quelques heures de jeu, certaines lacunes de conception ont commencé à effriter sérieusement ma patience. Ce jeu comporte de bonnes idées mais, il est surplombé par des bugs de conception. Et c'est vraiment dommage car, ce jeu aurait pu laisser sa marque dans le monde surchargé des FPS.

Commençons par l'histoire : 2096, à Kiev, Ukraine, une ville a été transformée en véritable "no man's land" à la suite de l'ouverture d'un étrange portail en son centre. Portail d'où des créatures et autres bêtes ont surgi pour répandre la mort et la désolation autour d'eux. Le gouvernement a rapidement isolé la ville d'un rempart inaccessible, rendant le tout en une zone interdite que l'on surnomme "le Dépotoir" (Junkyard). Les survivants de la zone se retrouvent maintenant seuls, prisonniers de cet endroit. Afin de survivre, ils se diviseront en clans, et ce, dirigés par des Seigneurs. Rôdan, l'un des Seigneurs (vous), assisterez à une réunion des Chefs. Mais la rencontre se soldera dans un attentat sanglant d'où vous serez le seul survivant. Ayant appris qui a comploté ce crime, vous partez, armé de votre épée et de votre fusil afin de réclamer vengeance auprès du coupable. Toutefois, Rôdan réalisera bientôt que cet attentat est beaucoup plus grand qu'il ne le croyait au départ...

Malgré que les graphiques soient dans la norme d'un jeu datant de 2008, je dois vous avouer que j'ai accordé un bon point pour le design des lieux et des personnages. J'ai aussi aimé le concept de pouvoir se battre avec une épée et/ou une arme à feu. Aussi, le fait de posséder quelques pouvoirs hors du commun est intéressant. Bref, tous les ingrédients pour faire un bon petit film de science-fiction post-apocalyptique. :)

Toutefois, les points faibles du jeu se situent autour du gameplay et aussi des bugs. Pour commencer le jeu est très instable, j'ai "crashé" souvent (retour au bureau de mon ordi.) Et ce, sans aucune raison apparente. J'ai ajusté les paramètres du jeu pour supporter une version XP de Windows au lieu de Windows 7, et déjà cela a été un peu mieux. Ensuite, j'ai réalisé que jouer à ce jeu en haute résolution "1920 x1080" n'est pas l'idéal. Le réticule de visée des armes à feu semblent toujours tirer à coté, même si on vise précisément le visage de quelqu'un. J'ai déjà vu cela dans les jeux qui ne supportaient pas la haute résolution. :(

Autres points négatifs : La plupart des FPS, je joue avec le clavier et la souris. Cependant, la disposition des touches n'est vraiment pas l'idéal. Par exemple, le fait de ne pas pouvoir utiliser la roulette de la souris pour changer d'armes, de passer du fusil à l'épée est vraiment désagréable, pour ne pas dire enrageant. Certains ennemis meurent plus facilement sous les balles de fusils tandis que d'autres sous les coups de l'épée. Or, quand les 2 types d'ennemis vous affrontent en même temps, le temps d'appuyer sur la touche 1 ou 3 du clavier peut vous faire perdre des secondes précieuses qui décideront si vous mourrez ou pas. Il en est de même pour les pouvoirs du personnage. 

Certains tableaux semblent avoir des ennemis à l'infini, et ce, tant et aussi longtemps que vous ne trouvez pas la sortie. Personnellement, je trouve cela un peu ennuyant avant de réaliser que l'on perd son temps et que tout ce que l'on a à faire, c'est de sauver... Ensuite, il y a des combos que l'on peut faire avec l'épée. Oubliez cela avec la souris et le clavier, je n'ai jamais pu déclencher des attaques de combos. Ou par pur hasard, tout simplement. En fait, à un moment donné, j'étais tellement choqué du gameplay du clavier que j'ai essayé avec la manette pour PC. Et ce ne fut pas mieux du tout. :( Curieusement, la visée du personnage versus celle des ennemis semble toujours médiocre. Je veux dire quand on tire sur un ennemi, on voit la traînée des projectiles et ils ratent délibérément leurs cibles de 2-3 fois sur 6. (???) Euh, c'est quoi ce concept ? Si je vise la tête précisément, pourquoi les balles partent dans tous les sens comme si j'utilisais une arme à feu toute rouillée ? C'est quoi, notre personnage possède uniquement des armes datant des vestiges de la 2e guerre mondiale ? Bref, le système de visée est vraiment nul. 

L'inventaire du personnage est aussi trop limité. On a le droit à une épée et un petit fusil (ou mini-mitraillette) à balles énergétiques. Que vous vouliez transporter un "shotgun", un fusil "sniper", ou encore une mitraillette lourde, vous ne pouvez que choisir d'emmener une seule de ces armes avec vous, à la fois. Pas idéal pour un jeu de tirs.

En terminant, malgré que ce jeu avait réellement de bonnes idées, mais dû à ces énormes lacunes de gameplay et de bugs, je ne saurai vous le recommander. Désolé. Cela m'a tout pris pour finir le jeu car, à la fin, j'étais las de ne pouvoir y jouer adéquatement.


Gr : 4Gm : 3In : 3 // Dv : 3  (12 heures), Prix : 21,99$ (Steam)

Note : 10/15

Site officiel : http://www.eng.collapse-game.com/cgi-bin/show_html.pl

Bande-annonce :

Critique de jeu : MARLOW BRIGGS AND THE MASK OF DEATH


Comme ces temps-ci, je n'ai pas de grandes nouveautés à vous parler, donc j'ai décidé de me risquer en jouant à des jeux qui datent un peu. Voici un jeu qui m'a tout-de-même plu alors que je ne m'attendais à rien du tout. "Marlow Briggs" est un jeu "beat them all" (cognez les tous!) qui ressemble à un croisement entre "Darksiders" et les vieux jeux de "Tomb Raider".  L'histoire est un gros cliché en soi mais cela n'en prend pas plus pour s'amuser à battre les méchants. Et curieusement, même si le jeu est sorti il y a plus de 2 ans déjà, les graphiques sont beaux et très colorés. Un peu carré pour les personnages, certe, mais j'ai bien aimé le visuel en général.

L'histoire : Marlow Briggs dont la copine, archéologue, travaille pour un mafioso chinois se fait kidnapper sous ses yeux, et il sera laissé pour mort. Toutefois, il sera ressuscité par une force mystique. Il deviendra possédé par de nouveaux pouvoirs et une énorme faux (arme). Avec celle-ci, il se promet d'aller sauver sa bien-aimée et tuer tous les méchants sur son passage. Bien entendu, aussi par la même occasion, faire regretter au mafioso chinois de l'avoir traité ainsi. Pour le reste du jeu, on cogne, on avance, on cogne encore et on avance jusqu'à ce que l'on se rende à notre objectif final : Tuer le gros méchant et sauver la fille en détresse.

Malgré une histoire très stéréotypée, Marlow vient aussi avec des dialogues un peu trop simplets. Du genre : "Moi, héros, toi, méchant, toi mourir!" Ok, j'exagère! :P Mais c'est un peu l'idée de ce jeu qui aurait pu être plus sérieux à mon avis. Bah! L'important, c'est de tuer tout ce qui bouge et pour cela vous allez être servi. Au départ, notre héros se bat avec une immense faux mais celle-ci se transformera peu à peu, au cours de l'histoire, en de nouvelles armes, et elles posséderont de nouvelles propriétés. Avec les points d'expérience cumulés en tuant les ennemis, vous pourrez aussi débloquer de nouveaux pouvoirs : feu, froid, etc. Sans être original, Marlow livre tout-de-même la marchandise sur ce point.

Là où j'ai eu de la difficulté, c'est que les armes viennent avec des séries de combos à exécuter. Pour moi, je n'en ai appris que quelques-uns sur l'ensemble. Malheureusement, même si j'ai joué avec une manette pour PC, je n'ai jamais pu profiter pleinement du potentiel du personnage. Donc, j'ai terminé en faisant quasiment toujours la même chose. :P Hormis les combats, il y a parfois des puzzles à résoudre, un peu comme dans "Tomb Raider". On déplace des cubes sur des plaques, il y a des portes qui s'ouvrent, on a du temps pour effectuer certaines opérations, etc. Bref, on a déjà vu cela ailleurs.

Le problème principal avec un jeu de ce genre, c'est que s'il dure longtemps il faut que l'histoire soit intéressante ou, que les décors et les quêtes à réaliser soient diversifiés pour tenir en haleine le joueur. Pour ma part, après plus de 6 heures de jeu, je commençais par me lasser. Et ce n'est pas l'humour pas très recherché qui me donnait l'envie de continuer. Toutefois, je l'ai fait! Il y a une partie de moi qui doit aimer cogner sans raison, je suppose. Hahaha!

En terminant, la réalisation n'est pas mauvaise en soi, j'aime bien les graphiques et aussi le personnage principal. L'originalité de la faux qui se transforme en d'autres armes n'est pas si pire que cela. Les pouvoirs sont corrects mais, malgré toutes ces brides de bonnes idées, il manque un fil conducteur pour coller tout cela ensemble. Un jeu plus court aurait peut-être été mieux ? Moins d'humour médiocre aussi. Pour ceux et celles qui aiment juste cogner sans trop se poser de questions, oui, ce jeu peut-être pour vous. Pour les autres, vous pouvez passer votre chemin. Cependant pour un prix aussi bas, vous pouvez prendre aussi le risque de l'essayer et qui sait, de vous rendre jusqu'à la fin ? :)     

Gr : 4Gm : 3In : 3 // Dv : 5  (10 heures), Prix : 5,49$ (Steam)

Note : 10/15


Site officiel : http://www.505games.com/games/marlow-briggs

Bande-annonce : 

16 août 2015

Critique de jeu : TALES FROM THE BORDELANDS


En général, j'attends tout le temps d'avoir terminé un jeu avant d'en faire la critique, mais comme il s'agit d'un autre jeu épisodique signé TellTale Games, j'ai décidé de vous en parler alors que je viens tout juste de terminer l'épisode 3. Pour ceux et celles qui ne savent pas encore ce que TellTale Games offre comme style de jeu, laissez-moi vous faire un court résumé du principe. Il s'agit d'un jeu où l'on suit une aventure dont le joueur (vous) doit prendre des décisions à des moments-clés. C'est un peu le renouvellement des vieux jeux "point & click" à la sauce du jour. Bref, une histoire interactive  vos choix de réponses ont de l'impact... à ce que l'on dit! Malheureusement, pour avoir recommencer le jeu par simple curiosité, nos réponses n'ont pas tant d'impact que cela, malgré tout. :P

Ceci dit, la compagnie a toujours œuvré dans un design de graphiques qui ressemble à des dessins animés. Et quoi de mieux que de s'inspirer d'un design similaire à un autre jeu: c'est-à-dire Borderlands. Oui, vous avez bien lu! Ce jeu-ci est basé sur le célèbre FPS/RPG Bordelands qui possède aussi des graphiques de dessins animés. Donc, on y retrouve toute la richesse des décors, des personnages, des objets, des monstres et autres. Pour les fans de Borderlands, vous ne serez pas déçu. C'est très bien réalisé.

L'histoire se déroule après la défaite du "Beau Jack", et vous incarnez Rhys, un employé d'Hyperion qui aspire à un meilleur avenir au sein de la compagnie. Toutefois, une série d'événements inattendus vous poussera, malgré vous, à vivre une aventure rocambolesque et dangereuse qui vous propulsera sur Pandora. Là-bas, vous ferez la rencontre de Fiona et de sa sœur, deux arnaqueuses, en quête d'argent facile. Pour le simple employé que vous êtes, tout ceci dépassera l'entendement... et vos capacités. :P Héhéhé!

Ici, malheureusement, je ne crois pas que vous pourrez profiter pleinement de l'aventure et de son contexte, si vous n'avez jamais joué aux jeux pour lesquels "Tales from the Borderlands" a été inspiré. Désolé. Alors, je vous suggère de jouer aux jeux originaux avant celui-ci puisque l'on y retrouve tous les personnages de la série (ou presque). Si vous êtes un habitué de Borderlands, vous serez content d'apprendre aussi que l'on y retrouve aussi son humour tordu et hilarant. En fait, je dirais que c'est l'une des forces principales de ce jeu. Sans cela,  "Tales from the Borderlands" aurait probablement passé inaperçu. Les personnages deviennent attachant à cause de cet aspect comique, surtout Rhys. :)

Coté gameplay, le jeu peut se jouer avec le clavier et la souris ou, encore une manette Xbox360 pour PC. La principale difficulté du jeu réside dans le choix de vos réponses. À chaque fois qu’un dialogue s’affiche à l’écran, nous avons un choix de réponses à prendre dans une courte limite de temps. Quelque fois, on sollicitera de faire quelques actions, comme se pousser à gauche, ou à droite mais rien de bien méchant. Les jeux TellTale Games ont toujours été d'une facilité déconcertante coté gameplay.

Le seul point négatif, (si cela en est un), c'est que le jeu est livré par épisode (au nombre de 5). Donc, lorsque vous terminez un épisode, vous devez attendre quelques mois avant que le prochain épisode soit disponible. Si vous avez la patience, attendez que le jeu et ses épisodes soient disponibles au complet avant de l'acheter. Cela vous permettra de profiter pleinement du jeu dans sa totalité, sans pause.

En terminant, j'avoue que ces temps-ci, je commençais à être las des histoires dirigées de TellTale Games mais, je vous avoue que l'humour de celui-ci a rehaussé mon intérêt de ce genre de jeux. Surtout, faîtes comme moi et n'hésitez pas à prendre de mauvaises décisions comiques, cela m'a aidé à apprécier l'histoire davantage. D'ailleurs, je soupçonne même les concepteurs du jeu à nous orienter vers cette voie. :) Des heures de plaisir...


Gr : 5Gm : 5In : // Dv : 1 (2 heures chaque épisode), Prix : 27,99$ (Steam

Note : 14/15

Site officiel : https://www.telltalegames.com/talesfromtheborderlands/

Bande-annonce :

Critique de jeu : ROGUE WARRIOR


Toujours dans l'attente de nouvelles sorties de jeux sur le marché, j'ai fait un petit retour en arrière avec le jeu FPS intitulé Rogue Warrior. Oui, car j'ai été toujours un fervent de jeux de tirs. Donc, à un prix vraiment bas, je me suis risqué avec celui-ci. :) Toutefois, sans avoir d'attentes au préalable, ce jeu m'a tout-de-même laissé sur ma faim.

L'histoire: les États-Unis décident d'envoyer leur vétéran Dick Marcinko, et Navy Seal, en Corée du Nord afin de détruire des rampes de lancement de missiles . Dès lors, le héros débarque en territoire ennemi avec une attitude (américaine) plus grand que nature, comme Schwarzenneger dans son film Commando. Seul, face aux ennemis, invincible, Dick botte le cul de tous les méchants qui s'avèrent, pour les besoins de la cause, être de parfaits crétins en matière de défense. Et pour rajouter au style "cowboy" de notre héros, il utilise un langage coloré pour agrémenter le tout. Des jurons qui, après plusieurs minutes, aura fait le tour de son vocabulaire, plutôt limité. Hmm, pourquoi Hollywood n'a pas fait de film là-dessus ?

Alors, qu'est-ce que ce jeu apporte de plus que les autres FPS n'ont pas ? À vrai dire, à part les mouvements spéciaux (finishing moves) qui permet de tuer un ennemi d'un seul coup, pas grand chose... En fait, plus je jouais au jeu, plus il me rappelait "The Punisher (jeu vidéo)", même le héros a presque le même look. Toutefois, "The Punisher" était plus amusant que celui-ci. J'ai même appris, dernièrement, qu'il y a une grande panoplie de mouvements spéciaux mais malheureusement pour moi, je ne les ai pas tous explorés. En fait, ce jeu comporte des lacunes au niveau de la conception, comme tous les bons FPS du début des années 2000.

Premièrement, cela me fait rire de voir que lorsque j'utilise un fusil à pompe, ma portée est limitée. Toutefois, l'ennemi ayant la même arme que moi peut me toucher à une très longue distance. Ce qui s'applique pour moi, n'est pas valide pour les ennemis! Deuxièmement, même si je me déplace furtivement, certains ennemis me voient et ce, même s'ils ont le dos tourné à moi. C'est à croire qu'ils ont des yeux dans le dos. :P Vous avez un fusil sniper pour débusquer vos ennemis à longue portée ? Ce n'est pas à votre avantage, car ils vous verront tout de même, ils ont des yeux bioniques, ils n'ont pas besoin de jumelles pour vous voir vous cacher aussi loin.

Finalement, je me demande encore à quoi sert le mode furtif dans ce jeu ? Je veux dire, vous pouvez tuer vos ennemis en utilisant votre silencieux, mais cela n'apporte rien comme gain au jeu. Pas de bonus, juste débloquer des accomplissements dans Steam. Je m'aurais attendu à quelque chose de plus discret comme "Splinter Cell", mais non. Donc, n'ayez aucune crainte d'entrer en trombe dans la place et de tuer tout ce qui bouge.

Pour le gameplay, ça va mais comme dans tous les jeux de tirs, je vous conseille d'utiliser la souris et le clavier, c'est beaucoup plus précis. La trame sonore est correcte, et vous pourrez entendre Mickey Rourke, prêter sa voix au personnage principal. On n'attend pas plus de sa part...

En terminant, le jeu est extrêmement court. Ça m'a pris environ 2 heures à le faire. J'ose espérer qu'à l'époque, les gens n'ont pas payer trop cher pour l'acquérir. Pour ma part, ce jeu est très ordinaire, ce n'est pas avec celui-ci que vous allez vivre une grande révolution, les graphiques sont, selon la norme de l'époque. Rien à couper le souffle, comme le jeu. À moins d'aimer les jeux de tirs comme moi, et ce, pour le simple amusement de tirer sur des ennemis, ceci n'est pas un essentiel. Vraiment pas.


Gr : 3Gm : 4In : // Dv : 1 (2 heures), Prix : 5,99$ (Steam

Note : 9/15

Site officiel : https://www.dickmarcinko.com/

Bande-annonce : 

06 août 2015

Critique de jeu : SACRED 2 GOLD



Hé oui, c'est les vacances d'été et j'ai pris une pause sur les critiques de jeux. En fait, il y a plusieurs changements dans ma vie personnelle, donc, j'ai aussi un peu moins de temps à consacrer pour la critique en général. Et ce qui tombe bien, car ces temps-ci, il n'y a pas vraiment de grands nouveautés sur le marché du jeu vidéo qui, selon moi, vaut la peine d'être joués. Apparemment, je ne suis pas le seul dans cette situation puisque même les "majors" de l'industrie semblent tranquilles sur ce point.  

Qu'à cela ne tienne, j'ai décidé de m'acheter un vieux jeu, un "hack'n'slash" pour être plus précis, intitulé : Sacred 2 Gold Edition. Même si on y retrouve tous les aspects d'un jeu à la Diablo 2, je me suis toujours demandé pourquoi on en avait pas entendu parler plus que cela en Amérique du Nord ? Question de marketing ? Peut-être... Même si le jeu ne prétend pas réinventé la roue du genre, il est tout de même intéressant. Bien sûr, si vous êtes un nostalgique du "hack'n'slash" ? Ou sinon, vous feriez mieux de passer votre tour. Pour ma part, je ne suis pas un amateur du genre mais une fois de temps en temps, j'aime bien faire ce type de jeu.

L'histoire : Le monde d'Ancaria est envahi par une mystérieuse source d'énergie qui semble se répandre à travers les régions et créer des mutations chez les créatures qui la côtoient. Cette énergie débalance les forces du Bien et du Mal qui s'affronteront pour le destin de la vie sur le monde.

Personnellement, ce que je trouve amusant des jeux "hack'n'slash", c'est que vous n'êtes pas obligé de suivre l'histoire. En fait, l'important c'est de ramasser les missions, d'aller au point A, puis au point B, etc. et de récolter de l'expérience une fois le combat terminé. Vous pouvez ne plus lire le but des missions et vous allez quand même vous amuser. Votre personnage gagnera en niveau et en force, vous pourrez améliorer des compétences, avoir de nouveaux pouvoirs, etc. Vous trouverez des armes de toutes sortes, etc. Bref, ce jeu est semblable à tous les autres jeux du même styles.

Toutefois, il y a des options supplémentaires, on peut se déplacer à cheval, on peut vendre son inventaire, et ce, même si on n'est pas à coté d'un vendeur, etc. En fait, il y a une panoplie de nouvelles compétences, et personnellement, je n'ai pas encore compris tout ce que mon personnage pouvait faire. C'est un de mes points négatifs du jeu : c'est que son interface n'est pas intuitif du tout. :P Comme tous les pouvoirs possibles à utiliser, et comment les placer dans l'interface est encore nébuleux. Mais, ce n'est pas grave car, ce jeu demeure simple. Je n'ai pas poussé plus loin ma curiosité, je me suis pris une Seraphim (guerrière), et je frappe tout ce qui bouge! Et étonnement, soit je suis chanceux avec les armes puissantes que j'ai trouvé par hasard sur mon chemin, soit j'ai la chance du débutant, mais ce jeu est facile. En fait, je ne suis pas mort une seule fois, tout au long du jeu... C'est relativement étrange, ou je suis incroyablement chanceux. Ou peut-être aurais-je dû augmenter la difficulté de normal à difficile ? Mais, je ne m'en plaint pas, je me suis bien amusé.

Autre point négatif, le jeu "crash" de temps à autre, surtout lors de téléportation consécutive, allez savoir pourquoi ? Coté graphique, c'est la norme pour les jeux de ce genre, rien de spectaculaire, un peu carré si on "zoom" sur les batailles. Coté gameplay, si vous savez vous servir d'une souris, il n'en faut pas plus. Je n'ai pas encore réussi à trouver la logique derrière les touches de raccourcis au clavier pour boire les bonnes potions, etc, mais encore une fois, ce n'est pas grave, cliquez sur l'icône approprié avec la souris, vous aurez le même résultat.

Un point qui m'a fait sourire, ce qu'il y a une mission mettant en vedette le groupe Power metal : Blind Guardian. Il s'agit de retrouver les instruments de musique des musiciens. Et ce, pour finalement faire déclencher une cinématique de la chanson "Sacred" (thème du jeu). Celle-ci figure sur l'album : At the Edge of Time qui est, selon moi, l'un de meilleurs albums du groupe.

En terminant, sans réinventer la roue, Sacred 2 Gold est divertissant, ni plus, ni moins. Il y a tellement de jeux similaires sur le marché qu'il m'est dur de recommander l'un plus qu'un autre. Toutefois, est-ce qu'il m'a fait passer des heures de plaisir ? À cela je répondrai : oui. Donc, si vous êtes un nostalgique des jeux "hack'n'slash", il vaut le détour.

Gr : 3Gm : 4In : // Dv : 5 (30 heures et +), Prix : 16,99$ (Steam

Note : 11/15

Site officiel : https://www.deepsilver.com/en/game-view/view/game/access16/sacred-2-gold-pc/

Bande-annonce : 


02 août 2015

Critique de jeu : HOW TO SURVIVE (3rd Person)



Oui, c'est par curiosité que j'ai acheté ce jeu car, ayant déjà joué à ce jeu en version 2D/3D (vue isométrique) et que j'avais adoré, je croyais bien m'amuser. Ma joie fut plutôt mitigée. Je m'explique, si vous n'avez joué à la première version du jeu "How to survive", il est possible que vous aimiez cela, car l'histoire était tout-de-même amusante. Pour ma part, je m'attendais à un peu plus qu'un simple "remake" standard en 3D. Bien sûr, c'est de ma faute, la compagnie de jeux n'a promis aucunement de livrer du contenu additionnel pour ce standalone.

Si vous ne connaissez pas l'histoire, la voici : À la suite de votre naufrage sur une île infestée de zombies, vous rencontrez Kovac, un mystérieux survivant à l'accent russe. Il est prêt à vous aider grâce à son guide de survie, éparpillé en plusieurs chapitres et situés à différents endroits de l'île. On vous présente cela dans une atmosphère humoristique, et détendue afin de vous faire oublier le stress de la situation. Tout comme le jeu original, celui-ci est toujours un jeu de tirs et votre but ultime est de fuir de l'île.

Vous apprendrez à ramasser des composantes pour fabriquer des armes efficaces, des outils de toutes sortes et bien d'autres. Vous devez subvenir à vos besoins de bases : i.e. vous nourrir, boire de l'eau et même dormir. Or, pour ce dernier, vous ne pouvez pas faire cela n'importe où car, vous risqueriez de vous attaquer durant votre sommeil. Et ne pas répondre à ce besoin de base peut entraîner la mort.

Jusque là, ce jeu aurait pu être aussi intéressant que sa version originale, toutefois le moteur 3D du jeu a des lacunes. La visée n'est pas précise, et même si votre curseur de visée est sur l'ennemi, et ce, à bout portant, il n'arrête pas de rater sa cible. Cela arrive un peu trop souvent dans le jeu, même si vous possédez de meilleurs armes. Il ne s'agit de projectiles qui partent dans tous les sens. J'ai commencé à jouer à ce jeu avec une manette pour PC mais, à cause de sa lenteur d'exécution et la mauvaise précision du jeu, je me suis rabattu à la souris et au clavier.  

L'autre point négatif, c'est que certains zombies se collent littéralement à vous, vous aurez beau courir dans tous les sens, ils resteront collés à vous, et vous mordront jusqu'à ce que vous mourriez. Un bug ? Ou est-ce délibéré de la part des concepteurs du jeu ? De plus, la difficulté n'est pas réparti équitablement, certains "boss" sont pratiquement invincibles et c'est grâce à des bugs du jeu que j'ai pu survivre. Ex: Le "boss" tombe à l'eau et disparaît soudainement... Sans compter que les zombies "respawn" (apparaissent) souvent n'importe quand et parfois devant vous. :P 

En terminant, si vous n'avez pas joué au jeu original, il est possible que vous aimiez celui-ci, malgré ses bugs. Par contre, si vous avez joué à l'original, non seulement le jeu n'amène aucune nouveauté mais en plus, il y a des bugs! Héhéhé! Donc, pour ma part, je suis resté sur ma faim et ce n'est pas un jeu que je recommande. Personnellement, je me demande encore pourquoi la compagnie a fait cela, l'original était parfait.   

Gr : 3Gm : 3In : // Dv : 3 (18 heures), Prix : 10,99$ (Steam

Note : 9/15

Site officiel : http://howtosurvivethegame.com/fr/index.php

Bande-annonce :

01 août 2015

P.V.M : Power Nation - We don't need a hero (Edguy cover)

C'est l'été et ce sont les vacances. Le temps de relaxer et de jouer à quelques jeux vidéos, ou profiter du soleil. :) Malheureusement, ces temps-ci, l'industrie du jeu vidéo est plutôt calme lui aussi alors, je me permet de vous présenter en ce début de mois, une vidéo de mon projet musical : Power Nation. C'est un groupe hommage à la musique Power metal, et nous avons eu notre premier spectacle en Mars dernier. Voici un aperçu de la performance de la soirée. Vous pouvez l'écouter en HD si votre connexion Internet vous le permet...