23 avril 2015

Critique de jeu : RESIDENT EVIL HD REMASTERED


Vous savez, j'ai connu la série des "Resident Evil" grâce à sa grande popularité chez les joueurs de console en premier lieu. Mais, c'est seulement après la sortie du premier film au cinéma (avec Milla Jovovich) que j'ai finalement joué à l'un d'eux (en version PC) et qui était "Resident Evil 4". J'avais vraiment adoré ce jeu à l'époque, et ce, sans oublier tous les suppléments (bonus) que contenaient la version PC. Par la suite, j'ai joué à "Resident Evil 5", "Resident Evil 6", "Resident Evil: Operation Raccoon City" et finalement "Resident Evil: Revelations". Toutefois, je n'avais jamais encore joué à l'original, celui qui avait crée la vague d'engouement de cette série. Donc, lorsque j'ai appris que les concepteurs avaient refait une version "remasterisée" à prix abordable sur PC, je me suis lancé.

Évidemment, mes attentes étaient grandes. Je voulais savoir ce qui avait bien pu fasciner tant les joueurs de ce jeu. Dans ce genre de situation, il faut faire attention car il ne faut pas oublier qu'un jeu peut être une révolution incroyable à l'année de sa sortie originale, mais, des années plus tard... cela n'a plus le même impact. Et je me suis fait un peu prendre au piège. Resident Evil est un jeu intéressant, certes. Toutefois, ce n'est pas un jeu de tirs comme ceux qui ont suivi. Il s'agit, en premier lieu, d'un jeu de puzzles dans un contexte de film d'horreurs avec des zombies. Admettons que même l'ambiance horreur, si vous avez joué à un jeu comme "Outlast", R.E n'est pas très épeurant ou encore terrifiant. Mais, je comprends qu'à l'année de sa sortie en 1998, cela devait être le summum. Alors, je tiens à avertir les joueurs qui n'y ont jamais joué de bien vérifier si c'est vraiment le type de jeu auquel ils veulent jouer.

Pour ma part, lorsque j'ai constaté que c'était un jeu d'énigmes, cela m'a un peu déçu. Sauf que, malgré tout, l'histoire était assez intrigante pour que je puisse vouloir continuer à y jouer. L'intrigue : c'est à la suite de meurtres aux apparences de cannibalisme, survenus dans les montagnes d'Arklay (près de Raccoon City), des agents de la police locale (S.T.A.R.S) vont aller enquêter sur la source de ces meurtres. Après qu'une première équipe d'agents soit portée disparue, une seconde équipe est dépêchée sur les lieux afin de les retrouver. Les agents découvriront un curieux manoir abandonné. Une fois à l'intérieur, ils verront que le mystère entourant les meurtres et les agents disparus semblent être reliés. Toutefois, le chemin menant à la vérité sera ardu, voire mortel.  

Au début du jeu, vous avez le choix de choisir l'agent Chris Redfield ou Jill Valentine, moi, j'ai incarné Chris. Malheureusement, je ne peux pas vous dire si le déroulement de l'histoire aurait été différente si j'avais choisi Jill. Par contre, je sais que certaines situations peuvent influencer les cinématiques du jeu selon le sauvetage de coéquipiers ou non, et aussi selon un certain laps de temps à accomplir certaines tâches. Apparemment, j'ai réussi à sauver tout le monde à la fin du jeu. Bref, cela nous indique une certaine rejouabilité.

Concernant les graphiques, sans être parfaits, ils sont corrects. Pour un jeu qui est sortie il y a longtemps, je m'attendais à ce qu'il soit plus laid, mais étonnement, il ne pique pas les yeux (pixels). Je ne sais pas encore quel procédé la compagnie de jeu a utilisé pour rendre les décors plus beaux, ils ont fait un bon travail. Ni plus, ni moins.

Pour le gameplay, j'y ai joué avec la manette pour PC. Je sais qu'à ce sujet, beaucoup de gens avaient trouvés la configuration à l'époque très dure à manier. Cependant, aujourd'hui, le jeu a été adapté pour que la configuration de la manette reflète celle qui est utilisée selon les normes des jeux courants sur le marché. Donc, je n'ai pas eu de grincement de dents de ce coté-là! Par contre, la seule chose qui m'a agacé un peu, c'est que le personnage ne peut pas transporter plus de 6 objets à la fois. Alors, préparez-vous à faire des aller-retour entre l'endroit où vous trouver des objets et votre coffre pour les entreposer. En plus, on ne peut pas jeter un objet à terre. Il faut absolument retourner à son coffre pour se débarrasser de l'objet. 

Un autre point négatif dans ce jeu : il y a une quantité industrielle de portes à ouvrir. Et chaque fois que vous ouvrez une porte, une animation de porte qui s'ouvre se déclenche. Au début du jeu, ça va, à la fin, j'étais tanné de voir des portes s'ouvrir. C'est une perte de temps inutile, vraiment trop long. C'est un jeu de puzzles ou un simulateur d'ouverture de portes ???

En résumé, je suis content d'avoir terminé ce jeu dont les énigmes ne sont pas toujours évidentes à résoudre. De plus, je ne crois pas qu'il peut plaire à tous les types de joueurs, car, comme je disais plus tôt, il est évident qu'il ne comblera pas les maniaques de FPS, ni de jeux d'horreurs. Même s'il est remasterisé, ce jeu ne rivalise plus avec ce qui se fait actuellement sur le marché. Je crois qu'il est plus dédié aux joueurs nostalgiques qui ont joué au jeu original, ou encore, les fans "hardcore" de la série. Ce n'est pas un essentiel selon moi...   

Gr : 4Gm : 4In : 3 // Dv : 3 (12 heures )*, Prix : 19,99$ (Steam)  

Note : 11/15

Site officiel : http://www.capcom.co.jp/biohd/fr/index.html

Bande-annonce :

20 avril 2015

Critique de jeu : GRAND THEFT AUTO V


La série des Grand Theft Auto vous connaissez ? C'est un jeu à géographie ouverte où il vous est permis de faire à peu près tout ce que vous voulez en tant que personnage. Suivre les règles du jeu, ou tout simplement passer des heures interminables à semer la pagaille tout autour de vous. J'y ai joué moi aussi à quelques reprises dans le passé. Et mon préféré de la série a été jusqu'à maintenant : San Andreas. Oui, car S.A. combinait à la fois de l'action explosive et un humour acéré. Sans oublier, la fameuse patch "Hot Coffee" pour PC qui avait tant causé d'émoi dans le monde du jeux vidéos à l'époque. :)

Après cela, Rockstar Games nous a offert une suite GTA 4 qui n'était pas à la hauteur de son prédécesseur. Oui, les graphiques étaient plus beaux mais le moteur 3D du jeu avait été si mal optimisé qu'il y avait beaucoup de bugs à sa sortie et ce, avant de livrer une version stable. Coté histoire, avec Niko Bellic, c'était trop sérieux et le personnage pas du tout attachant, tellement que cela en était ennuyeux à la longue. Le jeu avait perdu son petit coté humoristique, etc. Sans compter que Rockstar avait enlevé beaucoup d'options au jeu depuis S.A. Il n'y avait presque plus de petites missions secondaires intéressantes à faire. Bref, ils avaient trop coupé! Question de budget !? En fait, je n'avais tellement pas aimé GTA 4 que j'avais décidé de ne plus jouer aux autres jeux GTA qui viendraient, par la suite, sur le marché. Même en essayant brièvement les extensions "Episodes from Liberty City", je n'étais pas encore convaincu. C'est pour cela que j'avais commencé à jouer à des jeux concurrents comme "Saints Row 3" et " Saints Row 4". Il me semblait être la série de jeux la plus similaire (et disjoncté) au jeu S.A.

Or, mes amis "gamers" très insistants, et qui avaient joué GTA 5 sur console, m'ont dit que je devais absolument redonner une chance au jeu. Et c'est ce que j'ai fais! Mon verdict ? OMG!!! Rockstar a frappé fort en faisant un retour aux sources comme dans le temps avec S.A. C'est le retour de l'action explosive, de l'humour acéré et des missions secondaires à essayer. Malgré tout cela, je dois souligner que la richesse de l'histoire, pas trop stéréotypé ;) (ironie) ainsi que des personnages vraiment intéressants ont rendu ce jeu une obligation à posséder.

La grande nouveauté, c'est que dans GTA 5 vous contrôlez 3 personnages dont le destin les réunira ensemble. Vous pourrez passer d'un personnage à un autre après chaque mission car, malgré que vous avez des objectifs communs, chaque personnage a tout de même des quêtes personnelles à réaliser. Vous ferez la connaissance de Franklin, un gars qui veut se sortir de la misère de la rue et de son quartier. De Michael, un voleur à la retraite et fortuné, qui croyait pouvoir se reposer et profiter d'une vie idéale de hauts standards mais la réalité est vraiment tout autre chose. Malgré les apparences, sa vie de famille est misérable et rien ne va comme il le voudrait. Et pour terminer ce lot, il y a Trevor, le psychopathe le plus déséquilibré qui soit. Un "Redneck" typique du sud des États-Unis en quête de vengeance, de découverte de soi et d'accomplissement personnel. Bref, un désaxé et probablement le personnage le plus hilarant à jouer. Comment ne pas faire de carnage avec ce gars-là ?

Pour les graphiques, c'est vraiment le top, qualité photo, presque. J'ai été même surpris que le moteur 3D ne me fasse pas de bugs. J'ai tout mis en mode "Ultra" et la seule chose que j'ai ajusté pour avoir un bon nombre de "frame per second" a été de réduire les ombrages de "Très élévé" à "Normal", même chose pour l'éclairage dynamique. Après cela, le jeu a été fluide. Donc, pour moi, une nette amélioration avec GTA 4. De plus, si vous possédez une carte vidéo Nvidia, des nouveaux pilotes de cartes graphiques sont sortis en même temps que le jeu sur PC pour vous permettre d'avoir la meilleure configuration possible pour jouer au jeu. Écoutez, j'ai fais plusieurs photos dans le jeu pour le comparer avec mes amis sur console et même eux ont été impressionnés par la qualité graphique. C'est le summum!

Coté gameplay : je l'ai joué avec la manette Xbox pour PC, et c'est très simple d'utilisation. Par contre, je dois vous avouer que, dans certaines missions, j'ai utilisé la souris lors de batailles aux fusils car la précision est meilleure, et déplacer le curseur de tir est plus rapide avec une souris plutôt qu'une manette. Cela m'a aidé. J'ai été heureux de constater qu'il y a eu un retour des publicités loufoques à la radio ainsi que des "talk shows" totalement délirants. Toutefois, comme ils sont en version anglaise, cela vous demande une bonne compréhension de la langue parlée.

J'avoue avoir dévoré GTA 5 dans un laps de 5 jours consécutifs tellement le jeu et son histoire m'ont tenu en haleine. Les missions sont relativement faciles à accomplir et, je vous recommande ce jeu sans hésiter à tous les amateurs de FPS, d'action en général, etc. Bref, il y en a pour tous les goûts. Vous n'allez vraiment pas vous ennuyer avec ce jeu...    

Gr : 5Gm : 5In : 5 // Dv : 5 (36 heure )*, Prix : 69,99$ (Steam)  
70% du jeu, et mission principale complétée

Note : 15/15


Site officiel : http://www.rockstargames.com/V/fr

Bande-annonce :

19 avril 2015

Bande-annonce : Star Wars Battlefront

Bonne nouvelle! Voici l'annonce du prochain jeu de Star Wars : Battlefront, et qui sera disponible en version PC sur Origin (EAen Novembre 2015. Je ne peux pas m'empêcher d'avoir des frissons en voyant cela en HD. Wow!!!


10 avril 2015

Critique de jeu : LIFE IS STRANGE (Ep. 1-2)


Voilà un jeu auquel je ne m'attendais pas à jouer du tout. Mais lorsque vous voyez plus de 10,000 votes, très positifs, sur Steam, alors il est dur pour ma curiosité de ne pas être tenté de l'acheter. :P Et c'est ce que j'ai fait! Je n'ai même pas lu de quel type de jeu il s'agissait, j'ai pris le risque quand même. Voilà! Et dès j'ai commencé à y jouer, j'ai tout compris l'engouement autour de celui-ci. OMG!!! Quel jeu beau, bien réalisé, intelligent, intriguant, brillant, bonne musique, bon scénario, etc, etc. C'est tout simplement mon premier coup de cœur véritable en cette année 2015. En fait, si cela ne tenait qu'à moi, je lui donnerais une note bien plus élevée que le maximum. Hahaha!

"Life is strange" est un jeu épisodique qui nous offre un scénario avec plusieurs choix de réponses à prendre, et qui peuvent changer le cours de l'histoire du jeu. Le principe vous dit quelque chose ? Oui car vous avez sûrement remarqué, depuis quelques temps, on assiste à un retour des jeux "point and click" qui ont été repensés et aussi popularisés par la compagnie "TellTale Games". On a qu'à penser à des jeux comme Retour vers le futur, The Walking Dead ou encore, The Wolf Among Us comme exemples. Donc, je vous avoue que je m'attendais à ce que ce soit cette compagnie qui nous offre aussi ce titre, puisqu'elle est la seule à se spécialiser dans ce genre... mais non! C'est Square Enix qui vient d'entrer officiellement dans la compétition en nous offrant ce magnifique jeu d'une incroyable réalisation.

"Life is strange", c'est l'histoire d'une jeune fille appelée Max qui a quitté son petit patelin, une ville de campagne américaine typique, pour aller vivre avec ses parents à Seattle. Puis, après cinq longues années passées là-bas, devenue photographe, elle désire aller suivre un cours spécialisé avec un professeur de renom qui enseigne dans sa ville natale. Le retour au bercail semble bien se dérouler. Toutefois, un cauchemar éveillé qu'elle fera dans l'un de ses cours, l’amènera à croire que la ville est menacée de destruction complète par un ouragan qui devrait surgir dans les prochains jours. Est-ce une prémonition ? Max n'en sait trop rien. Les prévisions météorologiques ne semblent pas en parler...

De nature curieuse, Max va se rendre compte aussi que sa ville natale a bien changé en cinq ans et qu'il s'y passe des choses plutôt mystérieuses. Certains secrets devraient restés enfouis mais voilà, malgré elle, la jeune fille se retrouvera impliquée dans diverses situations qui pourraient s'avérer dangereuses pour sa vie et celle des autres. C'est à vous de décider où serez-vous prêt à pousser la curiosité de Max pour connaître la vérité.

Comme je vous l'ai dit déjà, ce jeu est vraiment bien ficelé au niveau de l'histoire. Intriguant! En fait, le tempo général de l'histoire est bien dosé en soi, n'est pas trop rapide, ni trop lent, et il prend vraiment le temps de nous fait découvrir, petit à petit, l'ensemble de l'intrigue principal. Oui, c'est un bon scénario. Un autre point positif, et que je n'ai pas souvent la chance de souligner dans les jeux, c'est la musique en général! Celle qui a été sélectionnée va admirablement bien avec l'atmosphère du jeu.

Concernant les graphiques : ils sont très beaux et originaux, comme s'ils étaient peinturés à la main, ce qui donne une approche vraiment nouvelle de ce genre de jeu. Cela correspond bien à l'ambiance et la thématique photographique du jeu. De plus, chaque endroit que l'on visite avec le personnage nous semble crédible. Les personnages sont stéréotypés, certes, mais tout de même intéressants.

Coté gameplay : que ce soit avec la manette pour PC ou le clavier-souris de l'ordinateur, c'est très simple. Il n'y a pas besoin de beaucoup d'options dans ce jeu : on se déplace, on observe, on prend des photos (preuves) et on répond aux dialogues. Et dans ce jeu, les réponses ou les actions (ou inactions) semblent avoir plus d'impacts dans le déroulement de l’histoire que ceux que l'on retrouve dans les jeux de "TellTale Games" par exemple. En tous cas, c'est ce qui m'a semblé...

En terminant, ce jeu n'est pas un FPS ou le jeu typique "arcade", c'est un jeu de puzzles, et d'intrigues pour faire évoluer un personnage dans une histoire. Donc, si ce n'est pas votre genre alors passez votre tour. Mais si vous êtes un fan de jeux de belles réalisations avec un esprit ouvert, ou encore que c'est votre genre de jeu, alors vous devez absolument vous le procurer! Sans hésitations! C'est un petit chef d'oeuvre! 

Gr : 5Gm : 5In : 5 // Dv : 3 (environ 2 heures par épisode), Prix : 21,99$* (Steam)  

Note : 15/15

Site officiel : http://lifeisstrange.com/index.php

Bande-annonce :

Bande-annonce :The Witcher 3 - Wild Hunt - Official Gameplay Trailer

Une vidéo explicative (5 min.) de toutes les nouveautés que contiendra le nouveau jeu de "The Witcher 3". Votre façon de jouer influencera grandement le déroulement du jeu.


09 avril 2015

Critique de jeu : BIONIC COMMANDO

Vous savez, parfois, lorsque vous voyez en rabais (moins de 10$) un jeu comme celui-ci, on est tenté de vouloir l'essayer. :) Personnellement, je ne connaissais pas l'histoire de Bionic Commando et il s'agit d'une suite du jeu original du même nom, sortie en 1988et qui a pris aussi des éléments du remake de 2008 intitulé Bionic Commando Rearmed. Cependant, il n'est pas obligatoire d'avoir joué à ces deux jeux pour pouvoir apprécier celui-ci. En fait, ce n'est pas une histoire très complexe, et cela se révèle plus un jeu d'action typique "arcade" qu'une intrigue à suivre absolument. Néanmoins, malgré sa parution en 2009, il est encore très amusant à jouer.

L'histoire de BC commence avec la libération d'un homme condamné à mort appelé Nathan Spencer. En fait, on apprend qu'il s'agit d'un soldat qui a travaillé pour l'armée mais à cause d'une interdiction du port de membres cybernétiques dans la société d'aujourd'hui, (résultat d'attaques terroristes cyborgs), Nathan est devenu un ennemi de l'Etat. Toutefois, pour se racheter, il devra travailler de nouveau avec l'armée afin de retrouver une super-arme en possession de terroristes qui menacent de l'utiliser et aussi, en échange d'informations au sujet de sa femme qui a disparue depuis plusieurs années.

Pour les graphiques, même s'ils ne sont plus à la saveur du jour, ils sont tout de même bien réalisés. En fait, il n'y a rien pour vous piquer les yeux, ou encore voir votre environnement sous forme de cubes texturés. Les couleurs utilisées ainsi que les décors environnants sont agréables à l’œil. Cependant, il s'agit de tableaux que l'on parcourt toujours du point A au point B. C'est assez linéaire, car si vous tentez de vous éloigner de la trajectoire principale à parcourir, les radiations vous tueront. Ce jeu est un jeu de tir et d'adresse. C'est à dire que le bras cybernétique de Nathan s'avère être un grappin qui vous permet de vous balancer d'un endroit à un autre, ou encore de projeter des objets lourds sur les ennemis. De plus, vous pouvez aussi utiliser des armes à feu pour éliminer la menace terroriste.

Comme tout bon vieux jeu d'arcade, BC réussit à rendre son contenu répétitif, intéressant. On ne se lasse pas de se balancer ou de sauter dans les airs comme Tarzan, de mettre le grappin sur tout ce qui nous entoure pour nous permettre d'atteindre nos objectifs. Je dirais même que le niveau difficulté du jeu en général n'est pas très difficile. 

Mon seul point négatif a été du coté gameplay. Comme c'est un jeu développé en premier lieu pour la console, on peut utiliser une manette pour PC. Et ce ne fut pas la configuration des boutons qui m'a causé un problème mais le balancement d'un lieu à un autre avec le grappin. Il y a quelque chose concernant le timing, quand lâcher prise un objet pour pouvoir s'accrocher à un autre. Pourtant, des jeux où le joueur possède un grappin pour se balancer d'un point à un autre, il en existe beaucoup sur le marché (Just Cause, etc.) mais c'est avec BC que j'ai eu le plus de difficulté. On dirait que je n'arrivais pas être synchro, ou encore le personnage refusait de s'accrocher à une paroi où il était possible de le faire. Bizzare! Je ne sais pas si c'est seulement moi qui ai eu cette difficulté mais j'ai du recommencer souvent des tableaux à cause de cela. Étrange...

En terminant, même si ce n'est pas le jeu du siècle, pour le bas prix, BC m'a diverti. Je l'ai trouvé amusant, pas compliqué, et c'est très arcade comme jeu. Une réalisation correcte. 

Gr : 4Gm : 4In : 4 // Dv : 1 (10 heures), Prix : 9,99$ (Steam)

Note : 12/15

Site officiel : aucun

Bande-annonce :

04 avril 2015

Critique de jeu : THE ASSIGNMENT (THE EVIL WITHIN DLC)


Il est toujours difficile pour moi de parler de contenu additionnel lorsque je n'ai guère apprécié le jeu original : The Evil Within. D'ailleurs, je fus surpris de découvrir que j'avais ce DLC dans ma bibliothèque de jeux en-ligne car, je ne me rappelais plus du tout d'avoir acheté la "passe de saison" de ce jeu ?? Néanmoins, j'y ai joué! À ma grande surprise, ce jeu s'éloigne de la façon de jouer du jeu principal ;) Ai-je été le seul à avoir critiqué "The Evil Within" sur son mauvais gameplay ? Je ne crois pas.

Bref, dans ce DLC, nous incarnons la policière Juli Kidman, celle qui avait accompagnée l'inspecteur Sebastian Castellano dans le jeu principal, et qui apparaissait, ici et là, dans l'histoire originale. Donc, dès d'entrée de jeu, nous commençons son aventure avec les raisons contenues dans son agenda personnel qui l'ont poussées à participer à cette mission de sauvetage. C'est-à-dire retrouver Leslie le jeune homme qui est au centre de toute cette polémique surnaturelle. Évidemment, les cinématiques sont orchestrées de manière chronologique pour correspondre à celles du jeu principal, mais du point de vue de cette jeune femme. Alors, pour ceux et celles qui ont suivi l'histoire avec assiduité, vous serez contents d'apprendre qu'il y a une continuité à tout cela. 

Coté graphique, je l'ai toujours dit "The Evil Within" est vraiment parmi les meilleurs de ce qui se fait sur le marché. Tout nous semble très réaliste : les décors sombres et mystérieux, la musique, les sons ambiants, etc. Et c'est cette ambiance réussie d'horreur qui nous tient, en général, en haleine et sur le bout de notre chaise. Pour ne pas m'y habituer en tant que joueur, j'avoue avoir joué à ce jeu par tranches d'une demie-heure seulement, car sans cela, le climat de peur n'existe plus et devient trop familier. En résumé, sur l'aspect visuel, il n'y a rien de plus à ajouter car, c'est parfait.

Coté gameplay à présent, j'ai été heureux de constater que la rosace des armes a changé de place sur la manette; qu'elle n'est plus sur le joystick de la course. Enfin! Quelle bonne décision! De plus, comme ce nouveau volet du jeu n'est plus basé sur les armes à feu, je n'ai pas eu à me plaindre de la difficulté à tirer pour le peu de fois que j'ai eu à le faire. Oui, car "The Assignement" est basé davantage sur l'exploration et la résolution de puzzles qu'un jeu de tirs en soi. Le personnage principal se trimbale uniquement avec sa lampe de poche et doit utiliser les éléments du décor à son avantage lors de situations difficiles. En fait, cela me rappelle un jeu que j'avais adoré à l'époque : "Alan Wake" et qui était basé sur ce principe. D'ailleurs, c'est pourquoi j'ai préféré davantage ce DLC que le jeu principal. :P Étrange, non ?

Toutefois, c'est mon intérêt principal pour l'histoire qui n'y est pas pour ma part. Je veux dire qu'au niveau graphique et gameplay, c'est parfait mais je ne saurais l'expliquer avec exactitude, je n'accroche pas du tout à l'histoire de "The Evil Within". Je trouve que cela ressemble à trop de choses qui existent déjà sur le marché, autant dans les jeux vidéos, les livres ou les films. C'est un sujet trop exploité et commun. Désolé.

En terminant, est-ce un essentiel pour le jeu ? Si vous êtes fan de l'histoire, oui. Sinon, je ne vois pas en quoi cela pourrait combler le joueur maniaque de FPS comme dans le jeu original. De plus, pour le prix, à peine trois heures de jeu, c'est dispendieux. Je sais que c'est rendu à la mode de livrer des jeux par épisodes de contenu additionnel mais dans le cas de "The Evil Within", s'il n'y avait pas eu cette passe de saison que j'ai acheté, il est fort probable que je n'aurais jamais continué à y jouer...

Gr : 5Gm : 5In : 2 // Dv : 1 (3  heures), Prix : 12,99$ (Steam)

Note : 12/15

Site officiel : http://theevilwithin.com/fr-fr

Bande annonce :

03 avril 2015

Critique de jeu : BINARY DOMAIN


C'est par le plus grand des hasards que j'ai décidé de jouer à ce jeu à bas prix sur Steam et qui est sorti depuis longtemps sur PC (2012). En fait, lorsque j'ai commencé à y jouer, je me suis demandé comment un jeu d'une aussi bonne qualité est-il passé inaperçu en Amérique ? J'ai même demandé à mes amis "gamers" s'ils connaissaient cela, et il n'y a qu'un seul parmi eux qui m'a dit en avoir vaguement entendu parler. Il a même ajouté que le jeu était sorti sur le marché en même temps que d'autres gros titres à l'époque et que c'était pour cela qu'il était passé sous le radar de bien des gens. Qu'à cela ne tienne, je suis là pour remettre les pendules à l'heure. Quel jeu fantastique! Et surtout dans mes goûts. :)

Même si le jeu date un peu, les graphiques sont encore très beaux et les cinématiques sont vraiment intéressantes. Je fais facilement la comparaison avec celles de qualité que l'on retrouvent dans les derniers "Resident Evil" par exemple. De plus, j'ajouterais que celles-ci sont plus essentielles que chez les jeux concurrents car, elles ajoutent vraiment beaucoup à l'histoire du jeu. Un véritable mini-film de science-fiction qui me rappelle "I, Robot" à cause des designs des robots. Bref, une bonne histoire qui aurait très bien pu faire l'oeuvre d'un véritable film sur grand écran. C'est à point-là que le jeu m'a captivé.

En 2080, les robots ont pris une grande importance à l'échelle planétaire afin d'aider les humains dans leur quotidien. Ils sont partout. L'entreprise robotique américaine Bergen qui prospère de l'avancée technologique est soudainement la cible d'une attaque terroriste par un androïde extrêmement perfectionné. Un robot qui ne sait pas qu'il en est un, un humain d'apparence avec un squelette d'acier et des pièces de cyborgs internes. Or, la seule compagnie pouvant orchestrée un tel prodige de technologie est une compagnie japonaise nommée Amada.

Le joueur incarne Dan Marshall, un ancien soldat des forces spéciales américaines, au sein d'une équipe de choc multinationale (appelée "casseurs") et qui a pour but d'enquêter secrètement au nom de l'IRTA (l'agence internationale de réglementation robotique) sur les agissements de cette société. Évidemment, le gouvernement japonais et ses factions de robots n'entendent pas se laisser envahir par une équipe étrangère sur des soupçons. Le joueur devra se frayer un passage jusqu'à la compagnie robotique Amada, ce qui n'est pas de tout repos.

Comme je le disais précédemment, ce jeu est un petit bijou, une belle réalisation. Autant du coté de l'histoire riche et intéressante que graphiquement parlant et, sans oublier, de la façon d'y jouer. Comme ce jeu a été fait en premier lieu pour une console, il ne va pas sans dire que j'ai utilisé ma manette de jeu PC pour y jouer. C'est très facile d'utilisation. Il y a des postes d'achats où l'on peut acheter des améliorations pour nos personnages, des armes ou des munitions. Le joueur contrôle un personnage mais il y a presque toujours deux personnages non-joueurs qui nous accompagnent. Donc, il est important de les améliorer eux aussi. C'est un jeu de tirs à la base.

La grande nouveauté de ce jeu est la reconnaissance vocale. Oui, si vous avez un micro, vous pouvez donner quelques ordres à vos coéquipiers. Bon. Nous sommes encore au début de l'ère de la reconnaissance vocale, même en langue française, alors ce n'est pas parfait! Je n'ai jamais compris pourquoi l'ordinateur n'arrive pas à reconnaître le mot "Ok" ? Il n'y a pas pourtant pas trente-six façon de le prononcer ? Pourtant, les phrases les plus longues, je n'ai eu aucun problème. Néanmoins, il est tout de même amusant de dire à ses coéquipiers : "Arrêtez!", "Avancez!" ou "Tirez!". D'accord, il y a des moments propices pour le faire car, vous risquez de faire comme moi et de parler tout seul comme un fou devant votre ordinateur. Héhéhé! :)  De plus, ce système comporte encore des lacunes et reste à être amélioré mais c'était tout de même bien essayé!

En terminant, j'ai dévoré ce jeu pour l'ensemble de ses qualités de réalisation et aussi son histoire qui tombe vraiment bien dans mes cordes. J'aime la science-fiction, un peu à la Issac Asimov. C'est aussi un excellent jeu de tirs, et je le recommande sans hésiter à tous bons "gamersqui aiment s'amuser avec une bonne trame de fond. J'aimerais bien savoir si SEGA fera une suite à ce jeu-là un jour... 

Gr : 5Gm : 5In : 5 // Dv : 3 (10  heures), Prix : 16,99$ (Steam)

Note : 15/15

Site officiel : http://www.binarydomaingame.jp/fr/html/top.php

Bande annonce : 

01 avril 2015

P.V.M : Wuthering Heights - Land of Olden Glory

C'est le début d'un nouveau mois, et nous commençons en musique avec une chanson souvenir "Power metal" de Wuthering Heights...