26 mai 2014

Critique de jeu : THE INCREDIBLE ADVENTURES OF VAN HELSING 2

Après avoir joué aux "Incroyables aventures de Van Helsing", je me suis dit : "pourquoi ne pas essayer la suite ?". Et c'est ce que j'ai fait cette semaine mais, ce jeu "Hack'n'Slash" apporte-t-il encore des nouveautés dans le genre ? Hmm, pas beaucoup! Hormis, le fait que l'histoire se déroule dans un décor anglais du début du siècle, à l'ère de l'industrialisation où les mythes de "Jack L'éventreur" côtoient les autres contes de ce genre afin de hanter l'imagination collective. En effet, il y a encore de nouvelles armes, de nouveaux monstres et de nouveaux pouvoirs magiques.

Il est très difficile pour moi de ne pas répéter la critique que j'ai faite dans le jeu précédent, alors je vais vous parler des nouveautés que les concepteurs ont inclus dans le jeu. Maintenant, il y a dans le repaire secret de Van Helsing, des commandants que l'on peut envoyer faire des missions pendant que le joueur explore les tableaux du jeu. On avait vu ce genre de concept avant dans "Assassin's Creed Brotherhood" où l'on pouvait envoyer des assassins en mission pendant que le joueur réalisait l'histoire principale. Donc, ces commandants peuvent gagner de l'expérience, des objets magiques et des caractéristiques pour faire leurs missions. De plus, si vous ne voulez pas les envoyer en mission, vous pouvez vous-même faire certaines de ces missions. C'est à dire que vous allez vous retrouvez dans un tableau fermé où vous allez devoir empêcher des hordes d'ennemis à se rendre à un portail. Oui, je sais, le jeu se transforme en jeu de "Defense Tower" à ce moment-là. Vous bénéficiez même de pièces de métal pour fabriquer des pièges le long du parcours que les hordes devront emprunter. 

En résumé, si vous êtes tanné de faire du "Hack'n'Slash" alors il est possible au joueur de faire un peu de stratégie en faisant du "Defense Tower". Ça diversifie un peu le contenu du jeu. Il y a même un animal de compagnie, une chimère, qui se débloque vers la fin du jeu et que l'on peut aussi envoyer en mission pour qu'elle puisse vous rapporter des objets magiques. Toutefois, comme on l'a vers la fin du jeu, je n'ai pas pu l'envoyer très souvent en mission. Ce qui est un peu dommage, et s'avérait être un divertissement quelque peu non essentiel au jeu.

Très honnêtement, je n'ai pas apprécié l'histoire autant que son prédécesseur. Oui, il s'agit vraiment de la suite du premier jeu où, après que Van Helsing ait remporté sa victoire contre le terrible professeur, doit retourner en guerre contre un général d'armée qui a décidé d'envahir la ville et de traquer tous les non-humains, y compris Van Helsing. Heureusement, on retrouve le fameux fantôme de Katarina, un vrai moulin à paroles, qui émet des commentaires tout le long du jeu. Au contraire, de son compatriote chasseur qui ne parle presque jamais. 

On peut toujours incarner les  3 types de chasseurs : guerrier, magicien et un genre pirate avec des fusils. Moi, j'ai préféré importer mon personnage du jeu précédent : un magicien. J'ai encore une fois investi mes points d'expérience uniquement dans les 2 compétences de base d'attaque et aussi dans les dégâts de type de glace seulement. Je n'ai pas beaucoup profité de l'arbre des compétences que je jugeais plutôt inutile. Comparativement à l'autre jeu, je suis mort plus souvent, car quelques fois, certaines compétences ne se déclenchaient pas à temps. Et ce n'est pas par manque de mana...

Il n'y a qu'à la fin du jeu, dans le dernier tableau, que je suis mort environ 50 fois de suite, c'est comme si c'était complètement débalancé avec le reste du jeu. :P Il faut dire que je refusais de me servir des canons aériens. Par contre, le plus gros reproche que j'aurais à faire sur le jeu est que, maintenant, il y a plusieurs compétences dans le menu "perso" au bas de l'écran et que l'on peut déclencher avec les touches de 1 à 10. Je ne sais pas si vous avez déjà essayé de faire déclencher des sorts avec autant de touches à la fois pendant un combat où l'on vous attaque dans tous les sens ? MAIS, coté gameplay, il y a une grosse part à améliorer! Et l'idée de surcharger les sorts (touches A, S, D), je ne sais pas qui à penser à cela ? Mais pourquoi surcharger un sort ? Ce n'est pas assez compliqué comme cela ? Et le déclencheur de Rage ? Cela semblait ne servir à rien pour un magicien. Je pense que pour jouer à ce jeu à son plein potentiel, il m'aurait fallu 3 mains!!!

De plus, je n'ai trouvé pas l'utilité des runes. C'est qui le vendeur qui peut me les inclure dans mes objets ? Et comment je fais pour augmenter la capacité d'essence de mes objets ? Bref, plein de questions que je n'avais pas envie de passer des heures à comprendre. Donc, j'ai utilisé le jeu à son minimum de capacité. Et je l'ai quand même terminer! Ce qui me fait poser la question suivante : est-ce que cela valait la peine d'avoir toutes ces options dans le jeu ?

En terminant, les concepteurs ont voulu complexifier le jeu en offrant plein de nouveaux gadgets mais je crois qu'ils sont passés à coté de l'essentiel : l'intérêt pour le jeu ( une meilleur histoire svp !) et il faut absolument que l'interface utilisateur demeure simple d'accès et d'utilisation. À ma grande déception, ce n'est pas un jeu que je recommande.

Gr : 3Gm : 3In : 3 // Dv : 5  (18 heures), Prix : 14,99$ (Steam)

Note : 9/15

Site officiel : http://neocoregames.com/van_helsing_2

Bande annonce :

23 mai 2014

Critique de jeu : WOLFENSTEIN - THE NEW ORDER


On l'attendait depuis longtemps, et cela a amplement valu la peine. "Wolfenstein : The New Order" est un FPS de haute qualité. Avec le nouveau moteur 3D de Id Software, ce jeu n'a rien à envier de ce qui se fait sur le marché en ce moment. J'ai pu le faire fonctionner avec tous les détails graphiques en haute définition et résolution, et je n'ai pas eu un seul bug durant le jeu tellement c'était bien optimisé et fluide. Félicitations!

Pour ceux et celles qui ne connaissent pas l'historique des jeux "Wolfenstein", ces jeux ont été parmi les premiers à populariser ce que l'on appelle les "first person shooter" (fps) - jeux de tirs à la 1ère personne (vue subjective). À la sortie de Wolfenstein 3D en '90, beaucoup de critiques fusillèrent le jeu en raison de sa violence, et aussi du fait qu'à cause de la présence abondante de portraits d'Adolf Hilter, de symboles nazis tel que la croix gammée ou de fer, et même le thème musical du jeu, Wolfenstein 3D a été accusé de faire l'apologie du nazisme et a été banni en Allemagne. Le jeu a été même modifié et censuré dans certains pays. Ceci dit, il n'en fallait pas plus pour attirer l'attention de plusieurs "gamers" curieux, et qui désiraient jouer à ce jeu si dérangeant. L'histoire était de permettre au soldat "Blazkowicz" de quitter un château (prison) en vie, d'éliminer tous les nazis sur son chemin, et évidemment, tuer Hitler! Depuis, plusieurs jeux tirés de cette même licence sont sortis par la suite au fil des ans, avec toujours en trame de fond, le même personnage et ses déboires avec les nazis.

Wolfenstein : The New Order perpétue la même tradition que ces prédécesseurs. En fait, il en est tellement similaire au point de vue des contrôles du jeu (gameplay) qu'il est d'une facilité déconcertante à configurer, utiliser et jouer. Alors, pourquoi changer une recette qui fonctionne si bien ? Et, il est aussi possible d'y jouer avec une manette mais personnellement, un FPS sur PC, ça se joue au clavier-souris. :) Héhéhé! Coté histoire, j'ai bien aimé car elle est présentée comme un excellent film d'actions avec beaucoup de cinématiques (peut-être un peu trop...) On incarne, encore une fois, le capitaine "B.J. Blazkowicz" qui, avec une équipe de soldats, doit porter un assaut final contre le Boucher appelé "Deathshead". Le plus grand scientifique de la machine de guerre nazi et qui, grâce à ses inventions militaires plus avancées au point de vue technologique que les autres, est entrain de détruire les forces alliées. C'est l'année 1946.

L'opération de Blazkowicz malheureusement tourne au fiasco et il plongera dans un coma suite à un traumatisme crânien. Il se réveillera au bout de 16 ans dans un hôpital psychiatrique et il constatera avec amertume que les nazis ont gagné la guerre et ils règnent en maître sur le monde entier. Ne voulant accepter la défaite, le capitaine partira à la recherche de partisans à sa cause et à la destruction du régime nazi. Il est déterminé et prêt à tout, et ce, même s'il doit faire le travail tout seul...

Je dois souligner que l'ambiance générale du jeu est très réussie, ainsi que les graphiques en haute résolution très crédibles. Par contre, les tableaux à explorer ne sont pas très grands et ce, même s'ils comportent plusieurs points d'entrée. C'est un peu dommage. Donc, on fait un tableau, il y a une cinématique, un autre tableau, une autre cinématique et ainsi de suite, un peu comme les jeux de "Resident Evil". :P Et malheureusement, ces cinématiques ne sont pas toutes essentielles au jeu, même si l'histoire demeure intéressante.

Il y a une nouvelle arme dans le jeu (un espèce de mèche laser) qui vous permet de découper des caisses ou murs métalliques, du grillage ou même de tirer des ennemis en pleine figure. Les "coups à la tête" sont toujours plus dommageables que ceux portés aux corps, et certains ennemis réagissent plus aux dégâts de certaines armes en particulier. Alors, préparez-vous à changer d'arme souvent! Il aurait été agréable d'avoir un vrai lance-roquette dans le jeu, mais un lance-grenade fait aussi bien le travail.

En terminant, je recommande sans hésiter ce jeu aux amateurs de FPS, et aux autres joueurs qui veulent un peu de compétition. Toutefois, je dois préciser que la difficulté "Bring'em on" (normal) est beaucoup trop facile. Peut-être est-ce dû au clavier-souris qui répond plus rapidement qu'une manette de jeu, alors je vous suggère d'augmenter le niveau de difficulté si vous voulez un vrai challenge. D'ailleurs, je vais probablement recommencer le jeu à un niveau comme "Death Incarnate" ou "Uber". Un petit bémol, le jeu est dispendieux pour sa durée de vie. Mais vous savez, ce n'est que mon opinion là-dessus! Car, je dois avouer malgré tout qu'il est vraiment très beau. Alors, je vous souhaite une bonne guerre contre les forces ennemies. 

Gr : 5Gm : 5In : 5 // Dv : 1  (12 heures), Prix :59,99$ (Steam)

Note : 15/15

Site officiel : http://www.wolfenstein.com/

Bande annonce : 

21 mai 2014

Bande annonce : The Gauntlet (Le jeu)

OMG!!! Voici un jeu dont j'ai dépensé des sommes astronomiques d'argent quand j'étais adolescent à l'arcade du centre-ville. J'ai nommé : "The Gauntlet", qui a été révisé et adapté pour le PC, en mode coop. Sortie : Septembre 2014



Bande annonce : Batman Arkham Knight Trailer de Gameplay (nouveau trailer)



17 mai 2014

Critique de jeu : DRAGONFALL (DLC SHADOWRUN RETURNS)


Après avoir littéralement dévoré le jeu de "Shadowrun Returns", j'ai décidé d'acheter le DLC intitulé "DragonFall". Et je l'ai pratiquement joué sans pause publicitaire. Héhéhé! Oui, c'est encore un jeu RPG en mode vue isométrique (2D/3D) avec les mêmes fonctionnalités que son prédécesseur. De ce coté, je ne peux en dire plus sans risquer de me répéter d'avec la critique de "Shadowrun Returns". Cela se joue toujours avec la souris et le clavier et sa force réside dans son environnement futuriste et son histoire, bien sûr!

42 ans plus tard, après l'attaque du Grand Dragon Feuerschwinge, vous incarnez à nouveau un personnage de votre choix qui se retrouvera à faire des missions périlleuses dans la ville libre de Berlin. Cependant, pendant l'une de vos expéditions, ce qui s'avérait un simple contrat vire au bain de sang et le chef de votre équipe meurt de manière atroce. Dans son dernier souffle, il bafouille le nom du Grand Dragon Feuerschwinge et un doute semble planer au-dessus de votre tête. La bête a-t-elle été vraiment tuée par le célèbre tueur de dragon Vauclair, ou attend-elle dans l'obscurité afin de planifier son retour destructeur sur le monde ? Propulsé à la tête de l'équipe, vous partez à la recherche de ces réponses, l'arme au poing.

Une nouveauté du jeu est qu'il y a maintenant de nouvelles armes tels les fusils snipers, les lances-grenades, etc. De nouveaux implants cybernétiques, de nouveaux ennemis et aussi de nouvelles compétences pour améliorer votre personnage. À noter que le DLC Dragonfall n'est pas la suite de Shadowrun Returns car vous ne pouvez pas importer votre personnage de votre jeu précédent. 

En terminant, le jeu m'a semblé plus long que son prédécesseur et à cause de son histoire et des personnages qui nous accompagnent, j'ai adoré. Je le recommande à tous les amateurs de jeux RPG et de fantasy.

Gr : 3Gm : 5In : 5 // Dv : 3  (16 heures), Prix :14,99$ (Steam)

Note : 13/15

Site officiel : http://www.shadowrun.com/shadowrun-returns

Bande annonce :

11 mai 2014

Critique de jeu : WHISTLEBLOWER - OUTLAST DLC

Oui. J'avais hâte que ce DLC sorte sur le marché mais je crois que je me suis fait un peu trop de grosses attentes. Ne vous méprenez pas, j'avais adoré Outlast mais cette courte histoire m'a plutôt laissé sur ma faim. En fait, ce jeu n'apporte rien de nouveau au jeu de base du coté graphique, sonore ou même encore coté gameplay. Et dans ma critique précédente, je vous avais dit que l'on ne pouvait pas tenir en haleine le joueur indéfiniment, et c'est ce qui m'est arrivé. J'étais déjà habitué à l'ambiance, donc, l'ensemble de ce jeu d'horreur est devenu un peu banal. Comme un gros pétard mouillé.

Ceci dit, j'avoue que je me lui laisser surprendre une fois ou deux, mais le reproche que j'ai à émettre c'est la faiblesse du scénario. À un moment donné (vers la fin), on ne sait plus trop si cela se passe avant Outlast, pendant ou se termine après. Et encore une fois, il y a un gros méchant qui nous cours après dans l'immeuble, et appelé "Le marié". D'accord, on y voit des scènes "gores" et d'autres plutôt dérangeantes comme si les concepteurs s'étaient donnés le mandat de choquer le joueur. De plus, le fait de souvent répéter les mêmes séquences de fuite (parce que l'on a été tué) lors d'une poursuite par un prisonnier, réduit l'intensité de l'horreur. On se dit : "Bon, je suis mort car j'ai pris le mauvais tournant. Recommençons encore une fois, et ce jusqu'à ce que l'on trouve la bonne séquence de corridors à emprunter."

Un autre détail qui m'agace, ce que le personnage ne peut pas se défendre. Je sais pas s'il y a un prisonnier qui nous agrippe au collet, ce sera bien de pouvoir lui donner un coup de pied à la figure. Non ?

En terminant, ce DLC n'est pas un essentiel absolu. Le jeu de base est amplement suffisant. Toutefois, il est bien réalisé dans l'ensemble et si vous êtes du genre à aimer l'horreur sous toutes ses formes, alors je crois que vous allez l'apprécier. Malgré tout, si je n'avais pas déjà joué à Outlast en premier, ce DLC m'aurait vraiment surpris. À vous de décider! 

Gr : 5Gm : 4In : 3 // Dv : 1  (2 heures 30 min.), Prix : 8,99$ (Steam)

Note : 12/15

Site officiel : http://redbarrelsgames.com/games.php

Bande annonce :

10 mai 2014

Critique Film : Akira (1988)

Compagnie : Pioneer
Style : Science-fiction / Action / Animation
Rating : 16+



Il y a deux raisons pour lesquelles je vais vous parler aujourd'hui de ce grand film d'animation Japonais (Manga) : 

1- Parce que j'ai découvert, il y a peu de temps, qu'il y avait eu un projet d'une bande annonce réalisée par des fans, avec de vrais acteurs, et c'est tout de même bien fait (voir plus bas).

2- Parce que c'est grâce à ce film que j'ai découvert l'univers des mangas en général, et que cela m'a amené, à l'époque ('90), à investiguer davantage sur le sujet.

Oui, quand j'étais enfant, il y a eu plusieurs dessins animés japonais diffusés à la télé comme "Albator" (v.o.a Captain Harlock) ou encore "Goldorak" ( v.o.a Grendizer), etc. Mais jamais, des longs métrages s'adressant plutôt aux jeunes adultes. Je me rappelle encore de l'annonce de ce film sur les chaines télé américaines, tard le soir, mais malheureusement, ce film n'est jamais sorti dans les salles de cinéma au Canada. Il a fallu attendre la sortie en vidéocassette, et il n'était pas facile à trouver à l'époque ('90). Et beaucoup plus tard, la sortie en DVD.

Il y a même eu une version "remasterisée" de ce film avec un son THX 5.1 qui est sortie en DVD en 2001 (voir pochette). Je crois même qu'aujourd'hui, on peut le retrouver en Blu-ray. Ceci dit, tout ce petit préambule est pour inviter à écouter (ou réécouter) ce film qui, selon moi, a popularisé le genre sur le marché international.

L'innovation que ce film a amené lors de sa sortie en '89 était, hors de tout doute, sa qualité graphique que l'on avait pas encore connu jusque-là dans les animations (toutes catégories confondues, même chez celles de Walt Disney). L'attention élevée des détails, autant en avant-plan avec les personnages qu'en arrière-plan (background) des décors, est époustouflant. De plus, les palettes de couleurs utilisées pour les dégradés, les fondus, et les teintes étaient une belle découverte à cette époque. Car, jamais dans un film d'animation, des dessinateurs avaient utilisé un aussi grand éventail de couleurs. Et cela paraît davantage dans la version "remasterisée".

Quant à l'histoire, cela se déroule à Neo-Tokyo en 2019, une mégalopole bâtie sur les ruines de l'ancienne ville de Tokyo qui fut ravagée par une espèce d'explosion nucléaire en 1989. Aujourd'hui, la violence, la corruption et les manifestations du peuple contre un gouvernement déchu sont monnaie courante dans la grande ville. Dans ce chaos, Kaneda, Tetsuo ainsi que leurs amis, de jeunes adolescents en guise de sensations fortes, parcourent les routes en moto et s'attaquent aux bandes rivales sur leurs territoires.

Cependant, leur vie de jeunes voyous basculera rapidement lorsque Tetsuo entrera en contact avec un curieux enfant aux pouvoirs psychiques. Ce sera l'élément déclencheur chez le jeune homme d'un tout nouveau pouvoir. Un pouvoir si immense que l'armée n'entend pas le laisser se promener impunément en ville, et elle le gardera prisonnier. Il n'en faut pas plus pour que le téméraire Kaneda se lance à la rescousse de son ami. Toutefois, il réalisera rapidement que toute cette histoire est beaucoup énorme que tout ce qu'il avait imaginé jusqu'à maintenant...

Ce film est vraiment un petit bijou d'animation. Définitivement pas pour les enfants!

Note 8.7/10

Bande annonce :




Projet Akira : (Film réalisé par des fans ci-dessous) - À voir! 

Site officiel :  www.akira-project.com

07 mai 2014

Critique CD : Sabaton - Heroes (2014)

Style : Power Metal
Compagnie : Nuclear Blast


Quel excellent retour de la formation suédoise Sabaton. Il faut dire que la dernière fois que je les ai vu en spectacle au Québec, c'était pour la tournée "Coat of Arms". À cette époque, leur album "Carolus Rex" n'était pas encore sorti ici sur le marché. Et quelques semaines plus tard, on annonçait la séparation de certains musiciens d'avec le groupe officiel. Cela n'augurait pas bien pour l'avenir de Sabaton. Et en toute franchise, je n'avais pas aimé "Carolus Rex", alors je croyais vraiment que le groupe avait perdu leur magie musicale une bonne fois pour toute.

Ce fut une erreur de ma part, car avec la sortie de leur dernier album intitulé : "Heroes", le groupe Sabaton a prouvé qu'il était encore capable de faire d'excellentes chansons. Les nouveaux musiciens, qui ont rejoint la formation dernièrement, ont su reprendre le flambeau et redonner aux fans la musique qu'ils désirent entendre. Le chanteur Joakim Broden, au vocal particulier, continue de mettre sa touche personnelle à cette musique si entraînante. Les sujets des chansons évoluent encore autour des histoires de guerres. Et la production sonore est impeccable.

On passe de mélodies rapides à mid-tempo, ce qui ne va pas sans nous rappeler le "heavy metal traditionnel" par endroits, mêlés aux refrains punchés qui utilisent toujours une chorale de voix, facile à retenir et qui nous revient en tête facilement. Un bon mélange Power Metal.

Mes chansons préférées : elles le sont toutes. Mais j'affectionne particulièrement "To Hell and Back" qui possède une mélodie d'introduction qui nous rappelle un peu le Farwest américain. Et d'ailleurs, cette chanson parle d'un héros américain donc, c'est très approprié. Selon moi, cet album devrait se retrouver dans toute collection de fans de Power Metal digne de ce nom. 
   
Note : 9/10

Liste des pistes :

01. Night Witches
02. No Bullets Fly
03. Smoking Snakes
04. Inmate 4859
05. To Hell and Back
06. The Ballad of Bull
07. Resist and Bite
08. Soldier of 3 Armies
09. Far from the Fame
10. Hearts of Iron

04 mai 2014

Critique de jeu : SHADOWRUN RETURNS

Il y a déjà un bout de temps que ce jeu est sorti et c'est par nostalgie des jeux de RPG à la Baldur's Gate que j'ai décidé d'acheter "Shadowrun Returns". Je croyais me retrouver avec un jeu en 256 couleurs, très pixelisé à en piquer les yeux. Holà! Mais pas du tout! Ce jeu peut se jouer en haute résolution. Oui, d'accord, comme les prédécesseurs de ce genre, il offre une vue isométrique (2D/3D) vue de haut. Un peu comme Diablo. On peut zoomer légèrement sur le jeu mais c'est limité et ce n'est pas non plus la plus grande surprise du coté graphique. Les dessins sont peaufinés, certes, mais sans plus.

Alors, qu'y a-t-il à gagner en jouant à ce jeu-ci ? En fait je crois, comme tous les bons RPG, c'est l'histoire qui compte. Et si vous n'êtes pas familier avec le monde de "Shadowrun" alors imaginez-vous les jeux de "Dungeons & Dragons" dans une époque futuriste. Un endroit où les elfes règnent sur des corporations comme hommes d'affaires, les nains sont des vendeurs d'armes, les humains utilisent la magie pour devenir chasseurs de primes et, les Trolls sont utilisés dans la police pour contrôler la société. Bref, ce ne sont que des exemples de l'univers de "Shadowrun" où l'on retrouve nos stéréotypes de personnages médiévaux fantastiques dans des situations hors de l'ordinaire.

Bien sûr, dans ce genre de jeux, vous aurez beaucoup de cours textes à lire mais l'intrigue est tellement bien ficelée et intéressante que j'ai littéralement dévorer ce jeu d'un bout à l'autre, hormis quelques pauses ici et là. Dans un futur éloigné, notre personnage sans emploi reçoit un curieux message vidéo d'un ami récemment décédé, et qui vous promets 100 000 nuyens si vous réussissez à retrouver son assassin. Comme vos finances ne vont pas très bien, vous acceptez le boulot. Toutefois, ce qui semblait une simple enquête de routine se cache quelque chose de beaucoup plus gros qu'un simple règlement de comptes.

Pour le gameplay, rien de plus facile si vous savez manipuler la souris. Ce n'est rien de très compliqué puisque vous n'avez qu'à choisir les réponses de vos dialogues en cliquant dessus. Et pour les combats, c'est le classique du tour par tour. Vous jouez, puis l’ordinateur, encore vous et ainsi de suite jusqu'à l'extermination de vos ennemis. Comme dans tous les RPG, votre personnage gagnera des points d'expérience (karma) après chaque combat gagné ou actions significatives à l'histoire et qui vous permettra d'améliorer ses compétences de base. Ce qui est intéressant est que vous n'avez pas besoin de tout développer comme compétences car il vous est toujours possible d'engager des mercenaires (jusqu'à 3) à votre solde pour vous accompagner dans vos missions. Vous aurez besoin de cogneurs, de mages et mêmes de pirates informatiques pour se promener dans le monde virtuel de la "matrice". (Oui, oui, c'est comme cela que ça s'appelle et cela n'a rien à voir avec le film du même nom).

En terminant, j'ai bien aimé ce jeu et je le recommande aux amateurs du genre et sans oublier, les nostalgiques de la belle époque des RPG. Ce jeu est pour vous!

Gr : 3Gm : 5In : 5 // Dv : 5  (10 heures), Prix :4,99$ (Steam)

Note : 13/15

Site officiel : http://www.shadowrun.com/shadowrun-returns

Bande annonce :

03 mai 2014

Critique de jeu : THE AMAZING SPIDER-MAN 2


J'aimerais vous vanter les mérites du jeu The Amazing Spider-Man 2, mais non. Après avoir complété le premier jeu The Amazing Spider-Man, il y a peu de temps. Et que j'avais tout de même aimé ma première expérience alors je n'ai pas hésité à acheter ce jeu-ci en prévente. Toutefois, j'ai été légèrement déçu. Il y a certaines choses qui ont été améliorés positivement mais d'autres pas vraiment.

En premier lieu, je crois que l'histoire dans ce jeu ne m'a tout simplement pas accroché du tout et ce, même si on rencontre plusieurs vilains de diverses natures. Dans le jeu précédent, c'était la suite du film du même nom et l'intrigue avec le Dr. Connors (alias l'homme Lézard) et l'épidémie touchant la ville de Manhattan était plus poignante. Ici, on a décidé de combiner plusieurs petites histoires de vilains ensembles mais il manque un fil conducteur principal. Oui, on retourne à la OSCORP avec le fils du richissime ex-propriétaire de la compagnie, le jeune Harry Osbourn, pris d'une maladie qui le conduira en phase terminale. Mais, il nous est tout-à-fait antipathique, et pourtant il n'est pas méchant en soi, il est juste pas du tout attachant. Difficile d'éprouver quoi que ce soit pour lui. Par contre, j'ai bien aimé le personnage de Kraven le chasseur. J'aurais aimé que sa collaboration avec l'araignée dure plus longtemps. Un mentor qui semblait à la hauteur pour le jeune héros. Bref, encore une fois, plusieurs événements tournent autour de la OSCORP mais rien qui ne m'a épaté ici.   

Coté graphique, ils sont beaux, un peu plus sombres que le jeu précédent mais tout de même de bonnes qualités. Quant aux commandes, j'ai utilisé la manette XBox360 pour PC. Et pour le cas de l'homme-araignée, il ne colle plus nécessairement à toutes les parois dès qu'il y touche. Il faut appuyer sur le bouton Y pour faire cela. Dès fois, c'est pratique mais en cas d'urgence cela peut devenir contraignant. Par contre, le balancement se fait avec les boutons "RT" et "LT" pour se balader de gauche à droite dans la ville. Ce qui, à mon avis, n'était pas nécessaire. Cela ajoute une difficulté dans les déplacements car Spider-Man a maintenant tendance à frôler les immeubles d'un peu trop près. Bref, un seul bouton aurait suffit comme le 1er jeu. Je ne vois pas en quoi cela améliore le gameplay ? 

Encore une fois, le jeu vous permet de vous promener allègrement dans la ville de Manhattan et ce, afin de ramasser des pages de comics ou accomplir des missions secondaires. Ce qui vous donnera de l'expérience pour améliorer les pouvoirs de l'homme-araignée et gagner des niveaux. Cependant, les missions secondaires sont presque obligatoires car si vous ne les accomplissez pas, vous perdez de la popularité et les autorités de la ville se mettront à vous pourchasser. Je crois que les concepteurs ont fait cela uniquement pour augmenter la durée de vie du jeu déjà très courte. Et laissez-moi vous dire qu'elles sont excessivement répétitives.

Un autre point que les concepteurs ont utilisé pour augmenter la durée de vie du jeu, c'est les costumes de Spider-Man. On peut en débloquer plusieurs avec des propriétés différentes (ex: protège contre le feu, l'électricité, les balles, etc.) ainsi que de leur faire gagner de niveaux. À chaque fois que vous débloquez un costume, il démarre au niveau 1. Ce qui peut être agaçant à la longue, surtout lorsqu'on est sur le point de terminer le jeu. On ne peut pas se permettre d'avoir un costume de bas niveau.

Un autre point que je n'ai pas aimé, c'est l'élimination discrète. Avant, nous avions un cercle d'élimination, et tout intrus entrant dedans, alors on pouvait faire un combo et l'éliminer d'un seul coup. Là, il faut absolument se prendre la tête en bas et s'approcher discrètement de l'ennemi afin de s'en débarrasser. Personnellement, je n'ai pas aimé cette option. 

En terminant, tout comme son prédécesseur, je dois dire que c'est un jeu bien réalisé en soi. Cependant, de par son coté très répétitif, je trouve que pour le prix actuel, ce jeu est trop cher et vraiment trop court. Est-il un essentiel ? Je ne crois pas. Jouer plutôt à son prédécesseur, si ce n'est pas déjà fait.

Gr : 4Gm : 4In : 2 // Dv : 1  (10 heures), Prix :39,99$ (Steam)

Note : 10/15

Site officiel : http://www.theamazingspidermangame.com/

Bande annonce :

01 mai 2014