31 mars 2014

Critique de jeu : THE BANNER SAGA

Oui, je l'avoue ces temps-ci, je ne sais plus trop à quoi jouer sur mon PC et aussi quoi vous présenter sur mon blog. Avec les annonces de certains gros jeux dont les sorties, promis en 2014 et qui ont été reportées en 2015, je ne sais plus trop à quoi m'attendre cette année. Ceci dit, j'ai décidé d'investir mon argent sur un petit jeu d'une compagnie indépendante Stoic et d'acheter le jeu "The Banner Saga" qui possédait d'excellentes critiques sur le net. Je ne fus pas déçu!

"The Banner Saga" est un jeu de stratégie dont les combats se font tour-à-tour contre les ennemis (ordinateur). Si je pouvais vous comparer rapidement ce jeu avec un autre jeu du même style, alors je vous dirai sûrement "Heroes of Might and Magic". Toutefois, l'approche est en tout de même plus simplifiée. Curieusement, ce qui m'a attiré dans ce jeu, ce ne sont pas les graphiques de type dessins animés et les animations très statiques ou même encore les combats en tant que tels mais, croyez-le ou non, c'est l'histoire. J'ai tellement accroché à l'histoire que j'ai dévoré ce jeu en une journée, presque sans prendre de pause.

En fait, nous nous retrouvons à une époque de Vikings où le jour est éternel (le soleil ne bouge plus dans le ciel) et les dieux semblent avoir abandonné le monde. Au début, nous jouons un groupe de Varls, ces énormes guerriers géants d'apparence humaine mais cornus, qui doivent escorter un futur prince de la race des humains chez lui. Mais voilà qu'une force armée et antique refait surface dans la région avec la ferme intention de tout détruire sur leur passage : les Dredges, qui ressemblent à des robots, massacrent sans répit humains et Varls.

En sous-nombre, votre groupe doit quitter la ville en catastrophe pour aller se réfugier dans la Capitale qui se situe à des journées de marche de là. En cours de route, il y aura différents événements auxquels vous serez confrontés et vous allez devoir prendre des décision. Et ces mêmes décisions auront des incidences sur la survie de votre groupe jusqu'à destination. Ceci est l'aspect RPG du jeu, et les choix de l'utilisateur influencent vraiment l'histoire du jeu.

Le joueur sera bientôt amené à contrôler une autre faction de gens, pour la plupart des humains qui sont aux prises par la menace grandissante des Dredges. Bientôt, vous vous rendrez compte que l'invasion des Dredges semble provenir de tous les coins du pays. Que ferez-vous ? Et serez-vous prêt à faire les sacrifices nécessaires pour atteindre votre but ? Je n'en dis pas plus, à vous de le découvrir. J'ai trouvé à l'histoire assez poignante pour y jouer jusqu'à la fin, mais cela, c'est sûrement une question de goût. Ce qui concorde bien avec les miens.

Un autre aspect du jeu, c'est qu'à chaque fois qu'un groupe de personnages dont vous avez la charge part au combat alors les survivants peuvent améliorer leurs compétences de combats et gagner des niveaux. Il est possible de les équiper d'items magiques pour les aider. Même s'il vous est possible de recruter beaucoup de guerriers, à mon avis, il faut choisir adéquatement ceux que vous voulez améliorer car vous ne pouvez pas tous les utiliser en même temps au combat de toute façon.

Coté gameplay : tout se joue avec la souris. Chaque personnage sur l'aire de combat a le droit à un certain nombre de carreaux de déplacements avant de pouvoir faire une attaque standard ou une attaque spéciale, propre à chaque personnage. Donc, il faut choisir les bons héros au bons moments si vous voulez gagner vos combats.

Je vous dirais que malgré tout, le jeu n'est pas très difficile en soi. Il s'agit de bien planifier vos attaques mais il n'y a rien de très compliqué. Petite anecdote : c'est seulement vers la fin du jeu que j'ai compris que je pouvais acheter des vivres pour nourrir mon armée durant les voyages entre les combats. :P Avoir su, j'aurais peut-être terminé avec une plus grosse armée, car en fait, j'étais presque rendu à l'extinction vers la fin. Ce qui a augmenté un peu le stress de l'histoire, héhéhé! Coté sonore, il y a un peu de musique, quelques dialogues mais la plupart du temps, c'est du texte à lire. Cela fait un peu vide et ce serait un point à améliorer si la compagnie veut faire une suite à ce jeu. Tout comme les animations qui sont trop statiques et répétitives à mon goût.

En terminant, j'ai adoré ce jeu à cause de son histoire. Il est simple d'utilisation et sa durée est potable. Toutefois, je ne sais pas s'il pourrait plaire à tous les types de joueurs. C'est pourquoi je le recommande aux fans de l'époque médiévale et des jeux de stratégies. Pour un premier jeu de cette compagnie indépendante, c'est tout de même, à mon avis, une belle réussite!   

Gr : 3Gm : 4In : 5 // Dv : 3  (10 heures), Prix : 24,99$ (Steam)

Note : 12/15


Site officiel : http://stoicstudio.com/

Bande annonce :

26 mars 2014

Critique de jeu : BURIAL AT SEA Ep. 2 (BIOSHOCK INFINITE DLC)

Et voilà! Pour la grande cie 2K Games, il est enfin venu le temps de boucler la boucle! Ce dernier DLC "Burial at Sea" (Tombeau sous la mer) épisode 2 essaie, en quelques heures, de finaliser toute l'histoire de la série des jeux de "Bioshockdans une intrigue plutôt nébuleuse, confuse au niveau du déroulement des événements situés dans le temps et peu vraisemblable du coté de son scénario. À croire que les scénaristes eux-mêmes ne savaient plus où donner de la tête. Mais qu'à cela ne tienne, ce fut un petit plaisir de retourner à Rapture afin d'y incarner Elisabeth. Un personnage plus intéressant que ce pauvre Dewitt de Bioshock Infinite et Burial at Sea épisode 1.

Le jeu reste le même que ses prédécesseurs, si ce n'est que l'acquisition d'un nouveau pouvoir de plasmides qui nous permet de voir les ennemis à travers les murs et même de devenir invisible. Pour le reste, c'est similaire. Même qualité graphique, même gameplay et une durée légèrement plus longue que l'épisode 1. Est-ce un essentiel ? Pour conclure l'histoire, je dirais oui! Mais si ce n'est pas là ce qui vous a accroché à Bioshock alors je vous dirai non. Je crois que ce jeu s'adresse plus aux fans de la série. C'est tout de même dommage que cela se termine ici pour Bioshock car, il y avait tellement de potentiel et d'éléments à exploiter pour d'autres suites mais je crois que la complexité de son histoire a tout simplement bousillé l'ensemble de l'oeuvre. C'est mon avis. Au moins du coté qualité générale du jeu, c'est très bien.

Gr : 4Gm : 4In : 4 // Dv : 2  (4 heures), Prix : 14,99$ (Steam)

Note : 12/15

Site officiel : http://www.bioshockinfinite.com/fr/burial-at-sea-ep2

Bande annonce :

21 mars 2014

Bande annonce : Murdered Soul Suspect Étouffé Trailer VF

Pour ceux et celles qui aiment les jeux de suspense, d'enquêtes et horreur alors vous allez être servis car Square Enix annonce la sortie officiel de son jeu "Murdered Soul Suspect" pour le 6 juin prochain sur PC.



Bande annonce : Teaser Assassin's Creed - Unity

Voici un court extrait du prochain "Assassin's Creed" intitulé "Unity" et qui se passera durant la révolution Française.


16 mars 2014

Critique de jeu : CASTLEVANIA 2 : LORDS OF SHADOW

C'est avec une certaine anticipation que j'attendais la sortie de la suite du jeu "Castlevania : Lords of Shadow". Il faut dire que j'étais presque passé à coté de son prédécesseur mais comme nous avons eu droit à ce titre en même temps que la sortie console alors je ne me suis pas laissé prier pour l'acheter en prévente. J'ai même joué au démo de ce jeu tellement j'avais hâte de l'avoir. :P Ceci dit, je l'ai apprécié MAIS... Hé oui, il y a un "mais", car je l'ai légèrement moins aimé que son prédécesseur et laissez-moi vous expliquer le pourquoi.

Premièrement, ce jeu est une réalisation de haute qualité tant par sa beauté des graphiques que celui des environnements très stylisés, des personnages et même des monstres. Encore une fois, la compagnie Konami a engagé les services des acteurs anglais tels que Patrick Stewart (Capitaine Jean-Luc Picard de la série télé : Star Trek Nouvelle génération, Professeur Xavier dans XMen ) et Robert Carlyle (Transpotting, Ravenous) pour reprendre leurs rôles respectifs de Zobek et Gabriel Belmont (a.k.a Dracula).

L'histoire se poursuit là où les joueurs avaient terminé le jeu précédent. Est-il d'y nécessaire avoir joué ? Selon moi, oui! Car, je ne vous le cacherai pas, même si ce jeu est un jeu de combats, il est intéressant de connaître l'histoire pour comprendre l'intrigue et la tourmente que vit le personnage principal. Et c'est pour ma part, la raison à laquelle j'ai acheté ce jeu : pour voir la suite de l'histoire et non uniquement pour faire des combats à perpétuité. À présent que Gabriel est devenu l'un des plus puissants Seigneurs de l'Ombre et qu'il fut terrassé il y a plusieurs décennies, le voici de retour dans le monde actuel aux prises avec les forces du Mal qui préparent le règne de Satan sur Terre. Gabriel (a.k.a Dracula) confus et affaibli par sa récente résurrection devra regagner ses forces perdues et empêcher par tous les moyens le retour de la Bête.  

Coté gameplay, ce jeu a été conçu en premier lieu pour une manette de jeu de console. Donc, si vous ne voulez pas vous casser la tête, utilisez-en une! Tout comme son prédécesseur, je vous recommande de bien choisir le niveau de difficulté du jeu. Souvent, le mode "normal" peut sembler "avancé" pour les joueurs qui ne sont pas habitués à ce genre de jeu. De plus, le jeu est plus complexe au niveau des combos à exécuter. Oui, car il y en a un très grand éventail, malheureusement pour ma pauvre dextérité, j'exécutais tout le temps les mêmes combos ou presque mais cela ne m'a pas empêcher de terminer le jeu. Encore une fois, il y a un système de points qui vous permet de faire évoluer votre personnage Gabriel en lui achetant de nouvelles compétences de combats. Le joueur remarquera aussi que dans certains tableaux du jeu, il ne pourra accéder à certains secteurs s'il ne possède pas la compétence adéquate. Toutefois, il est possible de revenir en tout temps à un tableau déjà complété, soit pour faire des objectifs supplémentaires, accéder à des sections jusque là interdites, ou tout simplement pour se cumuler des points. Le fait d'être un Seigneur de l'Ombre amène de nouveaux pouvoirs au visuel intéressant. Tout comme le pouvoir de se transformer en rat, ce qui m'a fait sourire, afin de se faufiler entre les jambes des ennemis et des canalisations environnantes.

Le point négatif est que comparativement à son prédécesseur, il me semblait moins diversifié au niveau des tableaux. Il faut faire des va-et-vient incessants entre les tableaux et cela devient rapidement répétitif et ennuyant, car les monstres reviennent toujours à la vie après un certain temps. J'aime le combat mais là, cela devient rapidement du réchauffé. Même si l'intrigue de l'histoire m'a accroché au départ, je trouvais qu'elle s'étirait inutilement comme si les concepteurs voulaient faire durer le jeu plus longtemps. Et même si celui-ci est plus court que Castlevania : Lords of Shadow 1, j'avais vraiment hâte, vers la fin, de le terminer une bonne fois pour toutes. Je crois que j'étais tanné de toujours me battre dans les mêmes décors sans nouveautés. 

En terminant, je recommande ce jeu aux amateurs de jeux de combats, et ce, à même titre que les jeux comme "Devil May Cry 4" ou "Darsiders".

Gr : 5 Gm : 4In : 4 // Dv : 1 (18 heures), Prix : 59,99$ (Steam)

Note : 13/15

Site officiel : http://www.konami-castlevania.com/fr/castlevania-lords-of-shadow-2/

Bande annonce :

14 mars 2014

Bande annonce : Infinite Crisis - DC Comics

Pour ceux et celles qui aiment le combat multijoueurs dans une arène (5 vs 5). Le jeu en mode Beta est disponible à partir d'aujourd'hui et gratuitement au lien suivant : https://www.infinitecrisis.com/fr




10 mars 2014

Vidéo Irish Moutarde : Farewell to drunkenness

J'ai des amis du groupe Irish Moutarde qui viennent tout juste de sortir leur premier vidéoclip officiel de leur premier album de rock celtique humoristique intitulé Raise 'em all et je tenais à vous le faire partager :)




09 mars 2014

Critique film : Ninja Scroll (1993)

Compagnie : Manga Entertainment
Style : Action
Rating : 16+



Aujourd'hui, j'ai décidé de vous parler d'un vieux classique "Manga" (dessins animés japonais) intitulé "Ninja Scroll". Oui, je sais des dessins animés japonais il y en a et à profusion sur le marché. Mais rares sont ceux dont l'histoire est aussi intéressante, s'adresse à un public plus adulte, que les dessins sont de bonne qualité, une traduction anglophone 5.1 bien réalisée et que l'ensemble ne tourne pas à la dérision totale (expressions faciales grotesques) et/ou prétexte à des scènes de sexe inutile et interminable. Non, ce manga aurait pu très bien être un véritable film avec de vrais acteurs. Bref, c'est un petit bijou.

Pourquoi est-ce un classique ? Je peux vous dire qu'après sa sortie sur le marché en 1993, beaucoup de Manga, bandes dessinées papier, et des jeux vidéos se sont inspirés de ce film. Les personnages, surtout les ennemis avec leurs pouvoirs, sont très originaux en soi. L'histoire est celui d'un ninja vagabond prénommé Jubei qui se retrouve, bien malgré lui, au prise dans une guerre sanguinaire entre deux factions ennemies. Afin de découvrir la vérité qui se cache derrière tout cela, il devra affronter des adversaires hors du commun des mortels.

Ce qui semblait être un film au scénario ordinaire, se transformera rapidement en un excellent film d'action dont certaines scènes de combats sont vraiment spectaculaires. Si vous avez la chance de l'écouter, je vous le recommande sans hésiter. 

Note : 9/10

08 mars 2014

Critique de jeu : SOUTH PARK - THE STICK OF TRUTH

Irrévérencieux, de l'humour acéré à chaque instant, des blagues de type "pipi, caca, poil!", le jeu South Park est vraiment à la hauteur de la série télévisée et les fans ne seront pas déçus, croyez-moi! Pour public averti seulement, vous êtes prévenus! :) En commençant, laissez-moi vous dire que la réussite de ce jeu est attribuée au fait que les créateurs de South Park (Trey Parker et Matt Stone) ont réellement contribué à sa réalisation (oui, ce n'est pas une simple licence de jeu développé par une compagnie quelconque). Il y a même les acteurs qui ont prêté leurs voix aux personnages (celles que l'on retrouve dans la série originale anglophone) et qui participent au projet.

Évidemment, on ne peut pas faire un jeu humoristique qui prend ses références dans le monde médiéval fantastique sans y retrouver des clins d’œil à tout ce qui se fait dans le genre : on y parle de Dungeons & Dragons, Seigneurs des Anneaux, l'Épée de vérité (Sword of Truth), une forêt enchantée à la "King's Quest", et on y va même avec la parodie musicale s'inspirant de la guitare acoustique de Diablo 2, d'une musique des Goths qui nous rappellent les Cranberries, bref, des références il y en a à profusion. Et ce, sans oublier tous les personnages de la série télé avec la ville de South Park. Les même lieux, les mêmes immeubles, tout y est crée à la perfection. L'immersion est tellement excellente que l'on se croirait dans la série télé dont c'est nous (le joueur), le héros de l'histoire.

Dès l'entrée du jeu, on nous invite à créer un personnage qui nous ressemble et à choisir une classe qui est "archer, guerrier, magicien ou... juif!" Et pour notre nom, alors peu importe ce que vous taperez au clavier, Cartman vous baptisera "Douchebag" et ce nom ne vous quittera plus jusqu'à la fin du jeu. Préparez-vous à faire des missions principales ainsi que secondaires les plus loufoques que vous ayez jamais eu l'occasion de faire dans un jeu vidéo... L'histoire, vous êtes un petit nouveau venu dans la ville de South Park et votre but est de vous faire des amis. Mais voilà, Cartman, le Roi magicien et (selon lui) le détenteur officiel du bâton de la vérité a besoin de vos services pour faire obstacle aux méchants elfes noirs qui se sont emparés de la relique magique. Il n'en faut pas plus pour vous retrouver dans une aventure invraisemblable où les elfes noirs, les zombies nazis, les extra-terrestres, les forces armées américaines, les rats mutants et plusieurs autres factions s'affronteront dans un combat pour le contrôle de la petite ville South Park et de son destin plutôt nébuleux. Saurez-vous vous en sortir vivant ?

Bien sûr, le joueur aura la chance de parler à plusieurs personnages de la série et d'explorer de long en large (même les effets personnels) des occupants des immeubles de la petite ville. Mais lorsqu'il arrive un combat, alors le joueur devra faire preuve de dextérité pour se défendre ou attaquer. C'est un jeu où les attaques se font tour à tour, les alliés puis les ennemis ainsi de suite. Vous devez sélectionner un type d'attaque (ou d'action) que vous désirez poser à votre tour pour anéantir l'ennemi. Lorsque vous attaquez ou que l'ennemi vous attaque, souvent il faut appuyez un bouton de la manette ou de la souris au bon moment pour parer un coup ou même faire un coup ultime qui inflige beaucoup plus de dégâts qu'un coup ordinaire.

Plus vous gagnez des combats et plus vous aurez de l'expérience qui vous servira à améliorer votre personnage en compétences de combat. Et vous gagnerez mêmes des niveaux qui vous feront débloquer des attaques spéciales. Une panoplie d'attaques de pets destructeurs vous sauvera la vie plus d'une fois. Je n'ai malheureusement pas essayé ce jeu au clavier et à la souris mais plutôt avec une manette Xbox360 pour PC. Donc, dans l'ensemble, c'était relativement facile d'utilisation pour les combats. Par contre, mon seul point négatif que je dois soulever : c'est le manque de raccourcis (boutons) pour accéder aux options. Car oui, le jeu possède un menu où il y a une série d'options à visionner en se promenant à l'aide d'onglets. Et il faut y accéder souvent pour pouvoir consulter des éléments qui vous aideront à progresser tout au long de votre histoire. Souvent, on appuie sur la touche "B" de la manette et on retourne au jeu sans avoir terminer de faire ce que l'on voulait dans la série d'options, comme améliorer nos armes et nos armures. Alors, il faut y retourner avec le bouton "back" de la manette dans le menu, etc. J'ai fait des va-et-viens incommensurables entre le jeu et les options du personnage pour des erreurs de manipulation, ce que je trouvais exaspérant à la fin.

En terminant, le jeu est plutôt dispendieux pour sa courte durée, 15 heures environ. Par contre, pour sa qualité générale, ce jeu livre aux fans exactement ce à quoi ils s'attendent, alors on leur pardonne facilement. Je ne vous le cacherai pas ce jeu s'adresse aux fans de South Park, je ne crois pas que ceux et celles qui sont étrangers à cela puissent aimer ou même apprécier ce genre d'humour TRÈS piquant! J'ai vu des choses dans ce jeu que j'aimerais ne pas avoir vu, mais il est trop tard! Hahahaha! Amusez-vous bien! 

Gr : 5 Gm : 4In : 5 // Dv : 1 (15 heures), Prix : 59,99$ (Steam)

Note : 14/15

Site officiel : http://southpark.ubi.com/stickoftruth/fr-ca/home/index.aspx

Bande annonce : 

Curiosité ? BABYMETAL!!!

Il m'est arrivé de tomber sur différentes curiosités dans ma vie et je tenais à vous faire partager celle-ci que j'ai découvert par pur hasard cette semaine. Il s'agit d'un groupe qui mélange la musique Metal et la Dance pop. À la première écoute de la chanson ci-dessous, je trouvais qu'il y a avait des patterns musicaux très similaires au Power metal. De plus, en écoutant cette chanson-là, je ne sais pas mais j'avais soudain une envie d'écouter des dessins animés japonais (Manga), hahaha! :) Vous pouvez écouter ces vidéos en haute définition HD (1080p).

 

Cette chanson ci-dessous a un refrain encore plus commercial :

05 mars 2014

Bande annonce : Batman Arkham Knight

Prévu pour cet automne, Warner Bros a officialisé l'annonce de son prochain volet de la série de jeux Batman intitulé : Arkham Knight. (Image de GameInformer juste en dessous). Cela promet! 

 

04 mars 2014

Bande annonce : South Park - The Stick of Truth

Un nouveau trailer de lancement du jeu : South Park - Le bâton de la vérité au grand plaisir des fans de la série télé et de RPG. Critique à venir sur ce blog...

02 mars 2014

Critique de jeu : THIEF

Lorsque j'ai vu ce jeu annoncé il y a quelques mois, je me suis dit "Wow! Il faut que je l'achète!" Je suis un fan de la série de jeux Thief. À mon avis, le meilleur jeu de la série fut Thief 2 -The Metal Age qui était génial, et donc mes attentes envers celui-ci étaient grandes. Cependant, quand j'ai su que c'était Eidos Montréal qui avait reprit la licence du fameux personnage Garrett et développer ce nouveau jeu, mes ardeurs se sont estompées. Il faut dire que je fais partie de ceux et celles qui n'avaient pas aimé le jeu : Deus Ex - Human Revolution réalisé par cette compagnie. Je trouvais que les graphiques dataient un peu lors de sa sortie sur le marché et que le gameplay était pas très génial. Et de ce fait, plus nous approchions de la sortie du jeu Thief et aucune campagne de publicité ne semblait se pointer à l'horizon. Serions-nous en présence d'un citron ? Heureusement, non! :)

Le fait que la compagnie ait gardé le silence délibérément ou non sur ce jeu, m'a permis de ne pas me faire d'attentes. Et j'ai pu ainsi apprécier Thief à sa juste valeur. Le seul regret que j'ai, c'est que le jeu ne contenait pas les fameux automates (robots) alimentés par le feu que j'appréciais tant. Ceci dit, les premières cinématiques du jeu me semblaient très carrées au départ (les visages) et je m'attendais au pire mais on dirait qu'elles se sont améliorées par la suite, ce qui m'a plu. Ouf! Nous sommes vraiment en présence d'un jeu qui a vraiment de beaux graphiques, même si l'ambiance est sombre car on évolue toujours dans l'obscurité.

Pour l'histoire, nous incarnons le célèbre voleur Garrett. C'est lors d'une mission secrète pour récupérer un artefact et ce, accompagnée d'une jeune voleuse téméraire Erin, que la situation tourne mal. En effet, le duo de voleurs surprendront un petit groupe de personnes qui semblent faire appel à une force occulte. Résultat : la jeune fille Erin meurt et Garrett est laissé pour mort dans les décombres des lieux suite à une explosion. Heureusement, celui-ci est sauvé par des amis et il reviendra à ses sens. Par contre, un an de sa vie se sera écoulé depuis l'événement tragique. Beaucoup de choses ont changé dans la ville, et le célèbre voleur aura des visions de la jeune fille Erin qui semble vouloir lui délivrer un message. Grâce à son ami Basso, le célèbre voleur pourra faire la lumière sur tout ceci.

Si vous n'avez jamais joué à Thief, alors laissez-moi vous dire qu'il s'agit d'un jeu d'infiltrations dans le même style que les jeux de Splinter Cell d'Ubisoft avec des compétences similaires à celui d'Assassin's Creed. Il ne s'agit pas de foncer tête baissée dans le tas mais plutôt de vous déplacer en silence dans le noir. Usant des ombres et des recoins noirs pour surprendre vos ennemis et les éliminer en toute discrétion. Vous pouvez ramasser des objets de valeurs ici et là dans les décors environnants. Pour jouer à ce genre de jeu, alors il faut vous armer de patience. Si vous n'en avez pas, alors ce jeu n'est pas pour vous. Donc, ce n'est pas le genre de jeu où l'on se précipite pour le terminer mais qui peut se faire par étapes, une mission à la fois. 

Ce jeu est un jeu à géographie ouverte, ce qui veut dire qu'il y a plusieurs façons de se rendre au même point. Ce qui est amusant, c'est que la ville est un véritable labyrinthe et l'on peut y découvrir des trésors cachés qui n'ont rien à voir avec les missions du jeu. Il vous faudra un bon sens de l'orientation car sinon, vous risquez de consulter la carte très souvent. Et même s'il y a un indicateur pour vous dire où vous rendre, quelques fois, vous allez devoir avoir recours à votre sens de l'observation pour débusquer les trésors les plus inaccessibles. Le jeu comporte 8 missions principales qui peuvent durer quelques heures, selon votre type de jeu : discret ou je frappe dans le tas (pas recommandé). Par contre, il y a Basso, votre ami, qui peut vous offrir des petits contrats supplémentaires si vous voulez vous faire plus d'argent.

L'argent vous permet d'acheter du meilleur matériel et même augmenter vos compétences de voleurs. Curieusement, je n'en ai pas eu de besoin tant que ça, car j'ai joué au mode normal, ce qui me donnait un challenge intéressant, sans non plus me prendre au dépourvu. En fait, je trouvais même que par endroit, c'était peut être trop facile. Heureusement, il est possible de refaire les missions et même augmenter la difficulté du jeu.

Coté graphiques, c'est dans la norme. Ni plus, ni moins. Et coté gameplay, comme j'ai joué avec une manette Xbox pour PC, ce fut simple. Mais, j'ai accroché un peu sur la rosace des armes qui semblait ne pas toujours sélectionner l'arme que je désirais. Par contre, comme je n'étais pas pressé, ce fut correct pour moi. Coté sonorité, évidemment, nous sommes dans l'ambiance discrète à l'affût de tout ce qui se passe car, le moindre bruit peut attirer l'attention si on ne fait pas gaffe. Donc, pour l'immersion, c'est parfait et les environnements sont très crédibles. J'ai aimé l'histoire en général et le seul point négatif : c'est que ma carte vidéo m'a fait quelques bugs à m'en faire quitter le jeu pour retourner sur le bureau. Pourtant, j'ai les derniers "drivers", c'est peut-être un point à surveiller pour la compagnie ?

En terminant, si vous aimez les jeux d'infiltrations, je vous le recommande sans hésiter. Si vous êtes un amateur de la série Thief, je le trouve à la hauteur de ses prédécesseurs. Par contre, si vous aviez de trop grosses attentes envers ce jeu, vous risquez d'être déçu car il est dans les normes. Pas plus. Il n'est pas comme le jeu "Dishonored" dont le voleur a des pouvoirs quasi mystiques, ce jeu-ci est plus terre à terre. À mon avis, il mérite d'être joué!

Gr : 4 Gm : 4In : 4 // Dv : 1 (15 heures)*, Prix : 49,99$ (Steam)

* Cela inclus les missions principales et secondaires.

Note : 12/15

Site officiel : http://www.thiefgame.com/

Bande annonce :

Critique de jeu : CALL OF DUTY - GHOSTS

C'est uniquement parce qu'il fut à moitié prix pendant un certain temps que je me suis permis d'acheter ce jeu. En temps normal, j'aime les jeux FPS de guerre mais avec le prix exorbitant pour une campagne solo qui dure à peine 5 heures, je préfère les éviter. Je sais la force de ce jeu est l'environnement multijoueurs, sauf que moi, ça ne m'a jamais intéressé. Donc, je ne vais que vous parler de la partie solo de ce jeu. Call of Duty est probablement l'un des seuls jeux de guerre qui peut faire concurrence à la licence des Battlefield de EA.

Commençons par l'histoire, alors que tous les pays de l'Amérique du Sud sont réunis sous une entité appelé la Fédération, celle-ci décide de prendre les armes contre les États-Unis. Et ce, grâce à un satellite ODIN qui cause un cataclysme sans précédent sur Terre. Une unité d'élite spéciale nommée Ghosts, créée par Elias Walker (père), et composée de Logan Walker (joueur) et son frère aîné David "Hesh" Walker, ils résistent contre l'occupation ennemie en sol américain. Hum! Admettons que ce n'est pas l'histoire la plus originale qui soit, et elle contient une quantité incalculable de clichés usés ainsi que des répliques très stéréotypés. Sommes-nous dans un film de série B à Hollywood ? Malheureusement, ce n'est pas du tout le genre de scénario qui m'a tenu en haleine pendant le peu d'heures que j'y ai joué.

Passons, maintenant à l'aspect du jeu en général. Au début, j'ai eu de la difficulté à mettre la configuration parfaite pour les graphiques tellement cela n'allait pas du tout. En fait, c'est grâce à l'application "Geforce Experience" de ma carte vidéo Nvidia qui a pu mettre les options du jeu au meilleur rendu possible. Pourtant, j'ai un ordinateur très performant et la carte qui va avec, une option de détection automatique des paramètres vidéos aurait été apprécié. Ceci dit, une fois cela fait, j'ai pu apprécier le jeu à sa juste valeur. Ce que j'ai aimé du jeu, c'est qu'il y a quelques missions intéressantes où l'on peut contrôler le chien qui nous accompagne pour le faire attaquer, par exemple. Ou encore, des attaques en bateau, en hélicoptère et même en char d'assaut. Par contre, je dois dire que la bataille dans l'espace en habit de cosmonaute, j'ai adoré. Donc, il y a des passages amusants dans ce jeu. Pour le reste des missions, c'est commun.

Cependant, la partie la moins amusante du jeu : ce sont les soldats qui nous accompagnent. Ils ont vraiment tendance à se mettre dans notre champ de vision ou d'occuper les endroits où nous voulons aller. Cela m'a ennuyé quelques fois. Coté gameplay, c'est la norme et comme j'ai joué avec la combinaison clavier-souris, je n'ai rien à ajouter à ce sujet. Pour le son et les ambiances, c'est une bonne immersion. 

En terminant, ce jeu est de bonne qualité pour un jeu de guerre. Je ne suis pas prêt à dire que c'était le jeu plus divertissant qui soit, et cela dû à son histoire plutôt ordinaire. Je suis comme lassé de ce genre de scénarios. Toutefois, il y a eu de bons moments de temps à autre mais je ne saurai recommander ce jeu pour le prix versus son temps de jeu en solo. Et comme ces jeux tombent rarement en rabais, vous êtes mieux d'aimer le jeu multijoueurs si vous voulez en avoir pour votre argent. Pour ma part, j'ai été très déçu par cet aspect. Pourtant, il y a eu une époque où les jeux "Call of Duty" étaient de longues campagnes solos. Apparemment, les concepteurs en ont oublié leurs existences...  

Gr : 4 Gm : 4In : 3 // Dv : 1 (5 heures), Prix : 59,99$ (Steam)

Note : 12/15

Site officiel : http://www.callofduty.com/ca/fr/ghosts

Bande annonce :

01 mars 2014

P.V.M : Angel Dust - Let me live

Angel Dust, un excellent groupe métal que j'avais vu en "live", il y a quelques années de cela. Je crois que malheureusement il n'existe plus. :( Voici un vidéo souvenir...