27 octobre 2013

Bande annonce : Contagion

Un autre jeu de zombies ? Disponible dès maintenant sur Steam, en version inachevée...

Critique de jeu : BATMAN ARKHAM ORIGINS

Voici le 3e volet de la série de jeu Batman. Selon moi, cette série de jeux est probablement l'une des meilleures sur le marché qui soit jusqu'à ce jour. Après l'immense succès de Batman Arkham Asylum et aussi de Batman Arkham City, voici que Batman Arkham Origins nous ramène quelques années en arrière lorsque notre justicier masqué débutait sa nouvelle carrière; détestés par les vilains et pourchassés par les forces de l'ordre.

Dans certaines bandes annonces, on nous faisait plutôt croire que nous allions observer la montée du justicier depuis ses débuts, un peu comme le film "Batman le commencement", mais non, nous étions  dans l'erreur! :( Ce fut ma première déception, coté histoire. En fait, nous nous retrouvons encore une fois dans les décors de Arkham City, nettement améliorés et plus complets comparativement à son prédécesseur. Et disons que nous reculons moins loin dans le temps.

Le mafiosi "Black Mask" a mis la tête à prix de Batman pour la modique somme de 50 000 000 de dollars. Il n'en fallait pas plus pour que d'autres super vilains, attirés par l'appât du gain, viennent faire un tour à Arkham afin de participer à la plus grande chasse à l'homme de l'histoire de la ville. Évidemment, le justicier masqué devra se défendre et appréhender les chasseur de primes qui risquent de semer le chaos partout. Toutefois, ces méchants ne seront pas les seuls cas épineux puisque avec la corruption policière qui règne dans la ville, la tâche sera plus ardue. En effet, des équipes policières malfaisantes et les gangs de rue s'y mettent de la partie.

Ce qui est intéressant dans ce volet-ci est que l'on y rencontre des personnages clés qui sont charismatiques, dont Bane qui est très inspiré par le personnage de Chris Nolan et de son film : "L'ascension du chevalier noir". Bien sûr, je pourrais vous parler des autres personnages que vous allez rencontrer mais je vais vous laisser le plaisir de les découvrir par vous-mêmes.

Coté graphiques : hé bien, c'est le même moteur que son prédécesseur. Il est très beau. Donc, si vous vous attendiez à des nouveautés de ce coté-là, ou même encore des changements remarqués, alors il y en a pas vraiment. Certes, les menus du jeu ont changé, même celui des arbres de compétence et, on y a ajouté quelques petits trucs ici et là, mais pour être honnête avec vous, le jeu offre les mêmes options que Batman Arkham City. Malheureusement, si vous vouliez de nouvelles choses dans ce jeu-ci, c'est raté! :( En fait, c'est carrément comme si vous jouiez au jeu précédent mais avec une ville plus élaborée et une autre histoire. Par contre, un point que j'avais reproché à Arkham City : c'était qu'il n'y avait pas assez d'enquêtes et les concepteurs ont améliorés cela dans celui-ci.

Coté gameplay, ambiance générale et les trames sonores, c'est parfait. Cependant, je ne sais pas pourquoi mais dans la traduction française, elle ne contient pas la voix habituelle du Joker (celui de la série télévisée). Peut-être que la compagnie n'a pas pu avoir les services de l'acteur, je trouve cela dommage. Un gros point négatif, et qui m'a surpris comparativement aux autres jeux précédents, c'est que ce jeu possède des bugs. Et apparemment, c'est la version PC qui aurait ces problèmes seulement. Il y a plusieurs "glitchs", des problèmes pour faire des combos de finalité (finish move) sur des adversaires et même des missions secondaires que l'on ne peut pas mener à terme à cause de cela (missions d'Enigma). Il y a eu un manque coté contrôle de qualité...   

En résumé, si vous avez aimé Arkham City, je vous recommande ce jeu-ci sans hésiter. Par contre, si vous tenez absolument à avoir des nouveautés, désolé, passez votre tour! Moi même, au début, je ne savais pas si j'allais apprécier ce nouveau volet ou pas, mais après quelques heures de jeu, il a réussi à m'accrocher et il m'a vraiment fait passer des heures agréables.

Gr : 5Gm : 4In : 4 // Dv :3  (24 heures et +) , Prix : 49,99$ (Steam)

Note : 13/15


Bande annonce : 

23 octobre 2013

Critique de jeu : ENTER THE DOMINATRIX (Saints Row IV DLC)


Vous savez lorsque j'ai vu que Saints Row IV sortait un DLC aujourd'hui, je n'ai pas hésité à l'acheter car, j'ai toujours aimé l'ambiance absurde de ce jeu. Toutefois, je ne me doutais pas que ce serait le DLC le plus court et le plus ennuyant, coté histoire, que je connaisse. :(

Oui, l'idée d'un nouveau personnage qui prend la relève de Zinyak, l'empereur extra-terrestre, aurait pu en être une bonne mais sincèrement, je ne vois pas pourquoi la compagnie Volition a décidé de sortir cela maintenant. Apparemment, ce DLC aurait été prévu pour le jeu Saints Row : The Third mais à cause de la censure évidente, il avait été mis de coté.

Bon. Les animations entre les missions secondaires sont amusantes et quasi faites à la main comme si les concepteurs voulaient nous démontrer que ce DLC est un storyboard incomplet, faute de budget. Malheureusement, toutes les missions en tant que telles ne posent aucune difficulté, surtout pour un personnage qui a déjà atteint le niveau maximum de 50. C'est trop facile!

Les graphiques demeurent de la même qualité que SR4 mais je ne sais pas si cela a changé dernièrement avec ce DLC mais j'ai vraiment l'impression que les "glitchs" (i.e distorsions de l'environnement) provoquées délibérément par le jeu, afin de montrer au joueur que son personnage est dans un monde "virtuel" (matrice), se manifestent trop souvent et finissent par me donner mal à la tête. 

Finalement, pour le prix et sa durée ainsi que le peu d'intérêt de l'histoire, je peux voir dire que vous n'avez rien manqué. Ce n'est pas un essentiel, il n'apporte rien de nouveau si ce n'est que de voir les personnages en petites tenues. Une déception!

Gr : 4Gm : 4In : 1 // Dv : 1 (40 min.) , Prix : 6,99$ (Steam)

Note : 9/15


Site officiel : http://www.saintsrow.com/

Bande annonce :

18 octobre 2013

Critique de jeu : VERGIL'S DOWNFALL (DEVIL MAY CRY DLC)


Lorsque j'ai vu qu'il y avait un DLC pour le dernier DMC, je me suis dit : "Pourquoi pas ?" En fait, il s'agit de la suite de l'histoire du jeu DMC qui reprend exactement où l'on avait terminé. Cela donne la chance au joueur d'incarner Vergil, le frère de Dante, ce que nous ne pouvions pas faire dans DMC de base. Les graphiques et le gameplay sont toujours aussi intéressants mais, ce qui m'a déçu grandement : c'est l'histoire. Au lieu de nous être racontée par de belles cinématiques, réputées de CAPCOM, il s'agit d'un dessin animé ordinaire en noir et blanc et pas très réussi.

De plus, le jeu dure à peine une heure, ce qui est très décevant pour le prix. Oui, nous pouvons faire de nouveaux combos intéressants mais on dirait que le manque de contenu m'a vraiment déplu. Personnellement, je trouve cela dispendieux pour le prix versus la durée et, admettons, que je m'attendais à mieux pour un DLC. Mieux étoffé. Décidément, ce n'est pas un essentiel pour le jeu DMC.

Gr : 5Gm : 4In : 2 // Dv : 1 (1 heure) , Prix : 9,99$ (Steam)

Note : 10/15


Site officiel : http://www.devilmaycry.com/

Bande annonce :

14 octobre 2013

Critique de jeu : DEVIL MAY CRY

Vous connaissez la série des "Devil May Cry" ? Moi, j'ai débuté avec "Devil May Cry 3" que j'avais aimé. C'est un jeu de combats où le personnage "Dante", mi-ange, mi-démon, travaille à son propre compte pour l'élimination des démons en tout genres qui ont envahi la surface de la Terre. Dans DMC3, j'aimais tout particulièrement l'attitude arrogante de Dante, trop confiant en lui, égocentrique à ses heures avec un brin d'humour plutôt cinglant. Bref, le genre de mec que l'on assommerait volontiers s'il ne possédait pas des pouvoirs quasi divins.

Dans "Devil May Cry 4", le jeu de combats nous revient avec une toute nouvelle histoire et des graphiques HD. Cependant, on n'y joue à peine le personnage de Dante, et je n'ai guère accroché à ce jeu à cause de cela. Avec la sortie de "Devil May Cry" (2013), j'ai attendu qu'il soit en rabais avant de me risque à l'acheter. Disons que j'avais peur qu'il me déçoive un peu comme son prédécesseur mais oh, combien j'avais tort!

Une chose que je dois vous dire à propos de la série de jeux "Devil May Cry", c'est que les graphiques ont du style et celui-ci ne fait pas exception à la règle. D'ailleurs, c'est un gros plus depuis qu'ils ont passé au mode HD. Les cinématiques sont de petits films en soi, bien réalisés comme au cinéma. Ensuite, le jeu possède de la musique entraînante durant les combats, cela ressemble à du techno à saveur rock ou métal par endroits, un peu comme Rammstein. Et finalement, comme tout bons jeux de combats, il y a une panoplie de combo de mouvements à exécuter et qui enchaînent des coups spectaculaires.

Je n'ai pas essayé ce jeu avec le clavier et la souris puisque que je savais qu'il avait été conçu pour une manette de jeu, genre Xbox360 pour PC. Donc, un peu de dextérité et le tour est joué pour apprécier les combats à la leur juste valeur. Plus, vous ferez des coups sensationnels et plus vous gagnerez des points qui vous permettront d'acheter de nouvelles compétences. Il ne faut pas se le cacher, comme c'est un jeu de combats en premier lieu, cela pourrait sembler un peu répétitif pour certains à la longue. Par contre, l'histoire est assez intéressante pour que l'on désire se rendre à la fin du jeu afin d'en connaître le dénouement.

Coté histoire : Un puissant magnat financier du nom de Mundus contrôle la populace entière de la planète qui croule sous les dettes d'argent. Il y règne avec une main de fer et personne ne semble s'y opposer. Quant à lui, Dante, ne se soucie que de lui-même et s'amuse à affronter les démons des Limbes, un monde parallèle à la Terre. Ne sachant pas vraiment qui il est, ou pourquoi il a ses pouvoirs, il part en croisade contre les forces du Mal. Toutefois, il rencontrera une fille du nom de Kat qui semble connaître ses véritables origines. La jeune sorcière fait partie d'un groupe de rebelles qui luttent contre Mundus, et lui propose de lui révéler sa vraie nature s'il accepte de l'aider dans son combat. La curiosité l'emportera sur ce héros solitaire...

Un autre point de DMC, c'est que la plupart des tableaux renferme des secrets que l'on peut trouver et facilite ainsi la progression du personnage vers une véritable machine à tuer. De plus, on peut refaire les tableaux que l'on a déjà exploré car, certains endroits inaccessibles peuvent devenir disponibles si vous avez gagné certaines compétences vous permettant de débloquer ces endroits. Donc, il y a une certaine rejouabilité au jeu et même à un mode de difficulté plus dur si vous le désirez.

En terminant j'ai beaucoup apprécié l'histoire de DMC qui se déroule avant "Devil May Cry 3" et les autres jeux de la série, probablement. Est-ce le renouveau d'une licence de jeu ? Un peu comme le film : Batman, le commencement ? C'est à voir. Les graphiques sont vraiment très beaux et aussi fluides, pas de saccades, avec de la musique entraînante, bref quelques heures de plaisir pour les fans de ce genre de jeu. Et même si vous ne connaissez pas la série des "DMC", je le vous recommande pareil. C'est un jeu de bonne qualité. Le seul défaut : sa courte durée de vie...

Gr : 5Gm : 4In : 4 // Dv : 1 (8 heures) , Prix : 49,99$ (Steam)

Note : 13/15


Site officiel : http://www.devilmaycry.com/

Bande annonce :

12 octobre 2013

Critique de jeu : CALL OF JUAREZ - BOUND IN BLOOD

Il y a peu de temps j'avais fait une critique sur "Call of Juarez : The Gunslinger" et j'avais beaucoup aimé ce jeu de cowboys dont l'immersion était excellente. Ceci dit, comme je n'avais pas connu les jeux précédents de la série, je me suis laissé tenter par celui-ci : "Bound in Blood" qui est apparu à rabais à 5$ sur Steam pour une courte période de temps. Et pour une seconde fois, je n'ai pas été déçu par ce titre. La compagnie Ubisoft / Techland nous offre un excellent jeu.

Ce jeu FPS bien réalisé nous permet d'incarner l'un des deux frères McCall dans leur aventure pour la découverte d'un trésor aztèque caché. Anciens déserteurs de l'armée Sudistes, les frères McCall sont devenus des bandits qui règlent leurs conflits à la pointe de leurs fusils. Réfugies au Mexique, ils partiront à la recherche de cet or mythique qui leur permettra de revenir sur le droit chemin, et restaurer la ferme familiale qu'ils ont perdu durant la guerre. Mais voilà, leurs vies de desperados semblent avoir pris le meilleur d'eux, et seront-ils capables de redevenir ce qu'ils étaient avant ? À vous de le découvrir...

Ubisoft a bien œuvré dans l'élaboration de ce scénario intéressant qui nous rappelle les bons vieux films western d'autrefois. Les graphiques sont beaux et fluides, le doublage des voix en français est excellent et l'immersion crédible. Pour chaque mission ou presque, on peut y incarner soit Thomas ou Ray. Pour ma part, j'ai joué avec Ray tout au long du jeu, à ce moment-ci, je me demande si j'avais joué Thomas à la place, cela m'aurait-il permis de connaître une autre perspective du jeu ? Donc, la rejouabilité de ce jeu est peut-être de mise.

Coté gameplay, tout se fait avec la souris et le clavier. Très facile d'utilisation. Par contre, au début du jeu, j'ai eu un peu de difficulté avec les "showdowns (duels)" (un contre un) avant de comprendre comment cela fonctionnait comme il le faut. Et aussi avec la compétence spéciale de Thomas que je n'ai pas vraiment aimé. Le va-et-vient de la souris de haut en bas ne m'a guère plu.

En terminant, je recommande ce jeu aux amateurs de FPS qui aime jouer à des jeux de bonne qualité et à ce bas prix, il est évident que vous ne serez pas déçus. De plus, si vous aimez jouer aux cowboys, vous allez être servi et vous verrez que cela fait différent comparativement à tuer des vagues d'extra-terrestres...

Gr : 4Gm : 4In : 4 // Dv : 3 (7 heures) , Prix : 9,99$ (Steam)

Note : 12/15


Site officiel : http://callofjuarez.uk.ubi.com/demo/splash.php

Bande annonce :

11 octobre 2013

Critique de jeu : MARS - WAR LOGS

Ce jeu m'avait intrigué à sa sortie mais j'ai attendu qu'il soit à rabais sur Steam pour que je me risque à l'acheter. Dès la première heure de jeu, cela m'a fait pensé étrangement à un vieux jeu : "Riddick - Escape from Butcher Bay" que j'avais apprécié. Et ce, à cause de son ambiance clos similaire (petits tableaux), même si les graphiques sont réussis et stylisés. Ce n'est pas le jeu du siècle mais il n'est pas mauvais non plus. Il y a pire que cela sur le marché.

L'histoire : un jeu garçon appelé "Innocence", enrôlé dans l'armée et fait prisonnier durant la guerre, débarque sur Mars où il fera la connaissance de Roy (vous). Roy désire s'évader de la prison et disparaître parmi les bidonvilles de Mars. Mais voilà, la situation tourne au vinaigre et ils seront pourchassés par la Milice. Bientôt, ils devront faire un choix : rejoindre les rebelles ou un Général de la Milice qui en a assez des agissements de la Milice et du pouvoir grandissant des Technomants.

En toute honnêteté, l'histoire est intéressante mais demeure dans les clichés et les stéréotypes connus pour ce genre de science-fiction. J'ai eu un peu de misère avec le clavier-souris parce que je n'ai jamais trouvé la façon adéquate de les configurer à mon goût. Et durant certains combats, on dirait qu'il y a avait des délais pour tirer à l'arme ou une grenade par exemple. Le jeu n'est pas un FPS ou un RPG proprement dit, ils combinent un peu les deux sans atteindre la perfection. C'est une histoire très dirigée, du point A ou point B, et je me demande jusqu'à quel point nos décisions influencent le jeu. 

On explore de petits tableaux, on fait des missions secondaires, en plus de la principale, on va et on revient continuellement sur nos pas. Au bout d'un moment, c'est très répétitif. On arrive dans le tableau, on tue tout ce qui bouge et on passe au prochain tableau, etc. Au début, les combats sont un peu plus difficiles, mais si vous améliorez rapidement l'armure ou les armes de votre héros, cela ne pose plus vraiment de "challenge" lorsque vous rencontrez des ennemis. C'est facile au mode 'normal'.

En terminant, ce jeu ressemble plutôt une réalisation indépendante comparativement avec les grosses compagnies sur le marché. Toutefois, par son look et ambiance, il s'en sort bien. Il est évident qu'il possède quelques lacunes pour conserver l'intérêt du joueur jusqu'à la fin mais je crois qu'ils pourraient davantage plaire aux fans, purs et durs, de science-fiction. Ceci dit, attendez qu'il soit en rabais pour l'acheter. C'est un jeu correct, bien réalisé mais rien à couper le souffle.

Gr : 4Gm : 3In : 3 // Dv : 3 (12 heures) , Prix : 19,99$ (Steam)

Note : 10/15


Site officiel : http://www.mars-thegame.com/

Bande annonce :

08 octobre 2013

Sleeping Dogs : La suite ?


La compagnie "United Front Games" a annoncé qu'elle travaillait sur un jeu qui se déroulerait dans l'univers de Sleeping Dogs. Et ce, toujours en collaboration avec Square Enix. Le jeu devrait s'intitulé "Triad Wars (Guerres des Triades)" et sa sortie est prévue en 2014.

Remake de Gabriel Knight "Sins of the Fathers"


Bonne nouvelle pour les vieux fans de jeux "point and click" comme moi! Le créateur de la série de jeux "Gabriel Knight", Jane Jensen a annoncé aujourd'hui qu'il va sortir une édition spéciale du 20e anniversaire du jeu "Gabriel Knight : Sins of the Fathers" (jeu paru originalement en 1993). 

Cette nouvelle édition sera, évidemment, avec de plus beaux graphiques, musique réarrangée et incluant des bonus : "Derrière la caméra". La sortie est prévu en 2014 pour les PC, Mac, iPad et Android.

Bande annonce : Assassin's Creed 4 - Le prix de la liberté (DLC)

06 octobre 2013

Critique livre : Sorceleur : 4 - Le Temps du Mépris


"Le Temps du Mépris" est le 4e volet de la saga du Sorceleur : Geralt de Riv. C'est la guerre! Le royaume de Nilfgaard commence à envahir les royaumes des humains, un à un. Certains souverains s'opposent à la menace grandissante et périssent tandis que d'autres s'allient avec l'ennemi. Les rois ne savent plus où donner de la tête mais ils s'accordent sur une chose : La jeune Ciri, seule survivante du royaume de Cintra, doit maintenant s'allier à eux ou mourir. Une décision importante que la jeune fille concernée ne se même doute pas. 

Quant aux magiciens, ils vont tenir un colloque extraordinaire afin de décider de l'avenir des royaumes et de leurs implications dans la guerre contre l'envahisseur. De son coté, Geralt veut garder sa neutralité, il n'en a rien à faire de tout cela. Tout ce qu'il désire, c'est de retrouver la petite fille qui accompagne Dame Yennefer dans son périple vers une destination inconnue. Il a peur pour elle et a le pressentiment qu'un grand danger la guette...

Dans ce livre, l'heure est aux décisions importantes, même pour Geralt qui désire ardemment éviter les conflits. Toutefois, il devra faire des choix cruciaux bien malgré lui. Ce livre est la suite du 3e volet : Le sang des Elfes. Et  très honnêtement, vous devez commencer par lire les livres précédents si vous désirez comprendre correctement les enjeux contenus dans celui-ci.

Note : 8.5/10

05 octobre 2013

Critique film : Very Bad Things (Mauvaise Conduite) - 1998

Compagnie : Initial Entertainment Group
Style : Comédie / Crime
Rating : 16+

À ma dernière critique, je vous avais parlé du film "U-Turn" à l'humour très tranchant. Alors, je vais vous en présenter un autre qui contient beaucoup de clichés de la vie bourgeoise typique Nord américaine qui, chez certaines personnes, se reconnaîtront peut-être. Héhéhé!   

Peu de gens ont vu ce film qui a passé plutôt inaperçu au cinéma, et pourtant, c'est une bonne petite comédie à l'humour acéré qui mérite d'être vu à mon avis. À moins que vous aimiez les histoires à l'eau de rose qui finissent toujours bien. Si oui, ce film n'est pas pour vous. Il a été traduit au Québec sous le nom de "Mauvaise conduite". Et croyez-moi, il risque de vous tenir en haleine si vous osez l'écouter. :)

C'est l'histoire d'une bande d'amis qui décident d'aller faire un "party" d'enterrement de vie de garçon à Las Vegas avant le mariage de l'un d'eux. Tout semble aller pour le mieux, une couple de verres d'alcool, de la drogue, et une prostituée qui offre un show privé au futur marié. Mais voilà, dans un élan d'extase, la fille est tuée dans un bête accident et aussitôt, tout l'univers de la bande d'amis bascule d'un coup sec. Que doivent-ils faire ? 

Ne pouvant expliquer la situation aux autorités, à cause de leurs états d'ébriétés, il est évident qu'ils seront accusés de meurtre. Plus qu'une solution : se débarrasser du corps discrètement. C'est plus facile à dire, qu'à faire. Et c'est ainsi que commence la descente aux enfers de ces amis pourtant inséparables. Qui parlera ou pas ? Et où seront-ils tous prêts à aller pour garder leur terrible secret ? Découvrez-le!

Oui, ce film défie tous les stéréotypes de la petite vie parfaite "hollywoodienne" et fera grincer les dents de plus d'un téléspectateur. À ne vraiment pas écouter en famille, héhéhé! Vous êtes prévenus! J'ai une mention toute spéciale à remettre à Cameron Diaz qui joue dans ce film la mariée chiante, disjonctée et manipulatrice par excellence. Elle est vraiment parfaite et ce n'est pas un rôle dans lequel nous étions habitués de la voir aux débuts des années 2000.

Note : 8.5/10 

Critique de jeu : STATE OF DECAY (Version incomplète)


Je n'ai pas pu résister à la tentation d'acheter la version incomplète de "State of Decay", un FPS à géographie ouverte. Premièrement, la raison pour laquelle les concepteurs du jeu l'ont appelé "version incomplète", c'est parce qu'il y a encore des petits désagréments dedans. Notamment que le jeu ne se joue pas avec le clavier et la souris. Vous devez avoir une manette Xbox360 pour PC (ou compatible) pour y jouer sur votre ordinateur.

Un autre point : c'est qu'il y a des problèmes de "triggers". C'est à dire des événements clés que le joueur doit accomplir (déclencher) pour que la suite de l'histoire principale dans le jeu puisse continuer à progresser. Or, j'ai dû recommencer l'histoire 3 fois pour enfin la terminer car le jeu semblait tomber en mode "suspendu" à chaque fois. Donc, il n'y avait que les missions secondaires qui se répétaient continuellement, sans que la mission principale arrive à terme. Je ne peux évaluer le temps exact pour terminer le jeu mais selon moi, c'est environ une bonne dizaine d'heures. Tout dépend, si vous désirez absolument tout explorer sur votre passage.

Et dernier point, il y a peu de choix dans le mode graphique que l'on peut configurer sur son ordinateur. Donc, j'ai dû jouer dans un mode qui n'est pas la résolution native de mon écran, ce qui m'a déçu un peu mais au moins, j'ai pu y jouer au jeu et m'y habituer ainsi. :P

Malgré tout cela, j'ai aimé ce jeu. S'il y en a parmi vous qui se rappelle ma critique du jeu Dayz, j'avais fortement souhaité que quelqu'un reprenne le concept de ce jeu mais avec une meilleure qualité. Je crois que les concepteurs de "State of Decay" y sont parvenus, certes, ce n'est pas parfait mais c'est beaucoup mieux que DayZ. Il faut dire que le jeu n'est pas une plateforme multijoueurs mais un jeu qui se joue tout seul. Cela évite bien des inconvénients.

Tout comme les jeux d'exploration comme Skyrim ou Fallout 3"State of Decay" permet au joueur de se promener sur une carte assez grande et y découvrir de petites villes. Au début du jeu, on commence avec 2 personnages qui reviennent d'un voyage de pêche et découvrent, à leur grand dam, que la population semble atteint de folie furieuse. En explorant davantage les lieux, ils découvriront que la plupart des gens se sont transformés en zombies et qu'il ne reste que quelques survivants se terrant, ici et là, dans les ruines des villes barricadées. 

Avec la découverte d'une église fortifiée, cela permettra au joueur de se recruter de nouveaux personnages qu'il pourra faire évoluer en compétences de combats ou autres. Le jeu combine le tir, l'exploration, l'évolution des personnages (compétences), de la cueillette de ressources pour faire de meilleures armes ou fortifier davantage les lieux de sécurité. L'histoire principale est tout de même intéressante. Cependant, beaucoup de missions secondaires ou principales ont une durée de vie. Et le problème, c'est lorsque l'on ne priorise pas la bonne mission, je crois que c'est cela qui m'a valu de recommencer l'histoire plusieurs fois. :(

Oui, car je dois dire que le jeu ne se sauvegarde qu'en le quittant seulement. Les personnages peuvent mourir et on ne peut plus les utiliser. Donc, il faut bien les choisir, surveiller leur jauge de fatigue (ce qui les rends plus vulnérables) et améliorer leurs compétences. Je doute même que certains personnages doivent accomplir certaines missions en particulier, sinon le jeu ne déclenche pas la suite. Et comme nous ne pouvons pas charger une sauvegarde antérieure, on peut se retrouver coincé et devoir tout recommencer.

Ceci dit, je me rend compte que les armes à feu et les munitions, même si elles sont plus rares à trouver, ne sont pas essentielles. J'ai terminé le jeu avec des armes contondantes, ou même tranchantes (ex: une épée) sans difficulté. Il est aussi possible de se déplacer rapidement en voiture, mais vous attirez l'attention. Et n'oubliez pas une voiture, ce n'est pas un char d'assaut! Et j'avoue que lorsque la nuit tombe, ce n'est pas évident de se battre contre une horde de zombies, et ce, même si on a une lampe de poche. On y voit presque rien.

En terminant, malgré les inconvénients que j'ai vécus, j'ai aimé ce jeu. Et je crois qu'il pourrait plaire aussi au même genre de joueurs que moi. Tuer des zombies, c'est toujours amusant. :)

Gr : 4Gm : 4In : 4 // Dv : 5 (15 heures et +) , Prix : 19,99$ (Steam)

Note : 12/15


Site officiel : http://undeadlabs.com/stateofdecay/

Bande annonce :

Critique de jeu : GODUS (Version incomplète)

Vous connaissez M. Peter Molyneux ? Oui ? Non ? Alors, c'est un créateur de jeux qui nous avait livré dans le passé d'excellents divertissements avec son équipe tels que "Dungeon Keepers 2", "Populous", "Black & White" et la série des "Fable". M. Molyneux qui s'est toujours distingué dans les jeux 'hors normes' nous revient avec le jeu : "Godus".

Rapidement, Godus pourrait nous rappeler le jeu "Black & White" où le joueur incarne le rôle d'un Dieu et où il doit façonner le monde selon ses pouvoirs. À l'aide de "Suivants" qui croient en Dieu (vous) et lui donne plus de pouvoirs indirectement, le joueur peut créer une société utopique qu'il fera évolué de plus en plus. Il s'agit de manipuler les différentes couches de terrain pour permettre la construction d'habitations viables, de recueillir des ressources cachées (coffres), d'enlever des arbres ou autres trucs qui entravent le bon développement de la société.

Plus vous aurez de "Suivants", et plus vous débloquerez de nouveaux pouvoirs. Au début, le fait de manipuler le terrain couche par couche peut sembler ardu et long mais à un moment donné, le joueur gagnera le pouvoir de façonner plusieurs couches à la fois. La société de "Suivants" qui débute à l'âge de Pierres évoluera lentement vers celle du Bronze, et bientôt la société d'aujourd'hui.

Le jeu possède une option où l'on pourra inviter d'autres joueurs qui possèdent le jeu à se promener librement dans le monde que l'on aura créé. De plus, il y aura un mode "monde vs monde", où sur une carte aléatoire deux équipes s'affronteront en faisant évoluant sa société le plus rapidement possible. Et ce, en utilisant toutes les ressources du terrain. Avec l'avantage technologique, les concurrents pourront éliminer l'équipe adverse facilement.

En ce moment, cette option "monde vs monde" est disponible mais, c'est une simulation du joueur contre l'ordinateur. Et pour rendre le tout un peu crédible, l'équipe de Molyneux a cru bon de simuler des amis qui chattent avec vous afin de vous convaincre de vous battre. Les dialogues de ces faux amis sont assez amusants. Toutefois, les combats sont essentiels si le joueur désire faire évoluer sa société puisqu'il y a des pouvoirs ou des ressources que l'on ne peut pas débloquer dans le monde en évolution, uniquement en mode "monde vs monde".

Coté gameplay, tout se fait à l'aide du clic de la souris. Rien de compliqué. Toutefois, il peut arriver que le clic ne soit pas précis sur un objet et cause sa destruction, mais on y prend le tour rapidement. Comme c'est une version inachevée, le jeu est en constante évolution. Il y a des patches qui s'installent automatiquement. En ce moment, c'est la version 1.3 qui est disponible. Et les concepteurs annoncent que le jeu est complété seulement à 41%. Donc, il y aura beaucoup d'autre choses à venir. Ce sera à découvrir...

En terminant, j'ai reçu ce jeu en cadeau car ce n'est pas dans mes habitudes de faire un jeu qui n'est pas complet. Toutefois, j'avoue qu'il est un peu 'addictif' et comme il y avait longtemps que je n'avais pas joué à ce genre de jeu, je trouve cela rafraîchissant. Cependant, je ne sais pas si cela peut plaire à tous les types de joueurs. Il faut beaucoup de patience, et des heures à y consacrer.

Gr : 4Gm : 4In : 3 // Dv : 5 (40 heures et +) , Prix : 19,99$ (Steam)

Note : 11/15
Site officiel : http://www.22cans.com/

Bande annonce :

01 octobre 2013

Concours DEAD ISLAND (Terminé!)


Le gagnant du concours Dead Island est : Martin Garant.

Combien y a-t-il de types de zombies dans le jeu Dead Island et, nommez-les! ?

La réponse était 8 types de zombies différents. Il s'agit du Contaminé, Infecté, Assassin, Kamikaze, Noyé, Boucher, Berserker, et le Gazeur. (Wikipédia


Merci aux lecteurs et lectrices de leurs participations.

________________________________________________________________________

Bonjour à vous,

C'est le temps d'un autre concours en ce début du mois d'Octobre. Et comme l'Halloween sera bientôt au rendez-vous alors pourquoi ne pas y aller avec un petit jeu de zombies ? Donc, vous avez la chance de gagner une copie digitale du jeu : Dead Island via Steam.


Le prix est d'une valeur de 60$ et inclus :


- Dead Island (19,99$) - Jeu de base

- Dead Island Ripper Mod (0,99$) - DLC
- Dead Island Ryder White (19,99$) - DLC
- Dead Island Bloodbath Arena (19,99$) - DLC

Pour participer, rien de plus facile :


- Posséder un compte STEAM

- Répondre à la question suivante :

Combien y a-t-il de types de zombies dans le jeu Dead Island et, nommez-les!


Envoyer un courriel à l'adresse suivante : nexorak@hotmail.com et ce, en inscrivant comme sujet dans l'entête du courriel : Concours Dead Island. Et n'oubliez pas d'y inscrire votre réponse. :)


Afin de laisser une chance à tous, je déterminerai un gagnant ou une gagnante au hasard parmi tous ceux et celles qui auront répondu correctement à la question. Ce concours est d'une durée de 24 heures seulement. (Heure de l'Est, Canada) Donc, ne perdez pas de temps. Je contacterai la personne qui aura gagné afin de lui expliquer comment procéder avec Steam. Puis, je dévoilerai le nom de la personne gagnante sur ce blog.


Je vous laisse avec la bande annonce du jeu. Parmi l'une des meilleures jusqu'à ce jour...


Critique film : U-Turn (1997)

Compagnie : Phoenix Pictures / Tri-Star
Style : Crime / Thriller / Drame
Rating : 16+

Comme vous le savez, j'aime vous présenter des films qui sortent un peu de l'ordinaire grâce à leurs scénarios peu orthodoxes. Voici un film d'Oliver Stone à l'histoire très tordue et à l'humour plutôt acéré. Mettant en vedettes une panoplie d'acteurs intéressants, et avec Sean Pean en tête d'affiche. Je crois que ce film ne vous laissera pas indifférent, à moins de ne pas aimer les films où tous les malheurs semblent accabler le héros de l'histoire. Une véritable descente aux enfers...

C'est l'histoire de Bobby, un petit escroc notoire (Sean Pean) qui, après avoir eu des démêlés avec la mafia (et deux doigts en moins), décide de se rendre à Las Vegas pour rembourser une dette d'argent qu'il doit à deux bookers impatients. Mais voilà, en traversant le désert pour se rendre à destination, la voiture de Bobby tombe en panne au beau milieu de nulle part, et en périphérie de la petite ville de Superior en Arizona.

Sous une chaleur intense et évoluant parmi des habitants plutôt étranges, Bobby devra trouver un moyen de quitter la petite ville le plus tôt possible, et le seul mécanicien du coin (incarné par un Billy Bob Thorthon méconnaissable) ne semble pas vouloir se dépêcher à accomplir sa tâche. De plus, avec un sheriff xénophone, Bobby se rendra vite compte qu'il n'est pas au bout de ses peines. Il rencontrera des personnes très colorées par leurs personnalités divergentes et il ne souhaitera plus qu'une seule chose : Sortir de cet enfer...

Filmé en utilisant le même genre de cadrage que le film "Natural Born Killers", U-Turn est un film qui vous fera grincer des dents de frustrations en voyant tous les déboires qui peuvent arriver à notre héros principal du film. Ce film met aussi en vedette Jennifer Lopez, et ce au tout début de sa carrière. Je vous souhaite une bonne écoute si vous réussissez à mettre la main sur ce film. :)

Note : 8.7/10

P.V.M : Butcher Babies - Magnolia Blvd

Pause vidéo musicale

Ok. J'ai découvert ce groupe le mois dernier : Butcher Babies composé de 2 chanteuses aux vocals plutôt agressifs mais le refrain est intéressant. En tous cas, si quelqu'un ose dire que les filles ne savent pas déplacer de l'air en musique, alors permettez-moi de vous prouver le contraire! Héhéhé! Bonne écoute! :)