14 septembre 2013

Critique livre : Sorceleur : 3 - Le sang des Elfes


Voici le 3e volet de la série du Sorceleur avec Geralt de Riv. Contrairement aux deux livres précédents, l'histoire n'est pas divisée en une série de petites aventures auxquelles le héros participe. Dans ce livre-ci, il s'agit d'une histoire continue et complète, telle une saga que l'écrivain M. Sapkowski s'apprête à entamer. Et à mon avis, ce sera aussi le fil conducteur pour ces prochains livres à paraître dans cette série.

À la fin du 2e volume : L'épée de la providence, le Sorceleur a fait la connaissance d'une petite fille nommée Ciri et qui est, en fait, la seule survivante (et descendante de la famille royale) du royaume de Cintra décimé par la guerre. Une guerre opposant les Nilfgaardiens au reste des royaumes dominés par les humains. Voulant garder l'anonymat de la petite fille aux autorités, car celle-ci semble disposer d'étranges pouvoirs, Geralt décide de l'emmener à Kaer Morhen. Un endroit mythique où de rares personnes réussissent à survivre à l'entraînement ardu et à devenir des sorceleurs.

Là-bas, Ciri commencera son entraînement et étonnamment, elle semblera s'y accommoder rapidement. Toutefois, Geralt soupçonne que la petite fille est beaucoup plus qu'elle ne le paraît. Il aura donc besoin d'aide et fera appel à Triss Merigold, une magicienne qui devra, non seulement apprendre à Ciri à canaliser ses pouvoirs grandissants, mais aussi à cacher son existence à la guilde des magiciens.

Dans ce livre, oui, l'action nous semble moindre mais le tracas de la vie quotidienne que vivent les personnages de cette aventure nous les rends plus réels, avec des émotions crédibles. C'est une histoire dans un monde médiéval fantastique mais avec des soucis que l'on retrouvent dans nos sociétés actuels.

Note : 8.5/10