01 juillet 2013

Critique livre : Sorceleur : 1 - Le dernier voeu


C'est avec une certaine anticipation que je commence aujourd'hui la section : Critiques de livres de mon blog En fait, je ne crois pas que je vais émettre beaucoup de commentaires lors de la présentation de livres car je l'avoue, je ne suis pas un champion de la littérature. Par contre, je vais quand même vous émettre ce que j'aime ou pas des livres que je présente. Je terminerai avec une note de mon appréciation personnelle de l'oeuvre.

Pour commencer ce volet, je vous présente Andrzej Sapkowski. Il s'agit d'un auteur Polonais qui a connu un franc succès grâce à la série de livres : Le Sorceleur. En effet, ses livres sont traduits en plusieurs langues, et dans son pays les ventes dépassent celles d'auteurs comme Stephen King ou Michael Crichton. Les aventures de Geralt de Riv ont été adaptées sous des formats différents (jeux de rôles, cinéma, télé), notamment les jeux vidéos.

C'est ainsi que j'ai connu cet auteur en jouant au jeu : "The witcher", un excellent RPG, avant que je me consacre à la lecture de ses livres. Mon préambule étant terminé, voici l'histoire de ce curieux personnage que l'on nomme le Sorceleur. Il s'agit d'un mercenaire particulier dont les facultés extraordinaires lui proviennent d'un entraînement rigoureux qui lui aura fait perdre son humanité. Certains iront jusqu'à le nommer de mutant à sa vue, celui que l'on surnomme le "Loup Blanc" à cause de ses cheveux qui ont la même teinte. Geralt de Riv est un aventurier qui se spécialise dans la chasse aux monstres moyennant une certaine somme. 

Comme vous avez pu le deviner, il s'agit d'une histoire médiévale fantastique, un peu comme le "Seigneur des Anneaux", etc. Toutefois, c'est l'approche de l'auteur et de l'environnement très familier du style fantasy qui en fait son originalité. Ce premier livre consacré au sorceleur Geralt de Riv n'est pas qu'une seule aventure mais une série de petites aventures. Vivant dans un monde où les magiciens ne sont pas appréciés, que les elfes et les nains sont traités en êtres inférieurs aux humains, que la dure réalité de l'époque médiévale (famine, pauvreté, maladie) font des ravages considérables, Geralt devra survivre du mieux qu'il le peut. Il erre de villages en villages à la recherche de boulot (ex: éliminer des monstres) et quelques fois, il est même engagé par de riches nobles (voire ducs, princes) pour effectuer des tâches un peu  plus spécifiques.

Geralt de Riv agit selon un certain code de moral, propre à lui-même. Et ce que j'adore en lui, c'est son cynisme envers la vie en général. Pas très croyant envers les dieux de ce monde, il réussit toujours à bien tirer son épingle du jeu, et ce, dans les cas les plus épineux. Tombeur de ces dames la nuit venue, Geralt est toujours à la recherche de ses émotions qu'il a perdu lors de sa transformation en sorceleur. Car qui d'autres, à part lui, peut affronter le mal droit dans les yeux sans broncher de peur ?

En terminant, je recommande ce livre à ceux et celles qui aiment le fantasy un peu plus adulte. Le niveau de vocabulaire est légèrement plus élevé de ce qui se fait dans ce style. Néanmoins, ce n'est pas un livre que j'ai dévoré d'un seul coup, car, étant donné les courtes aventures, cela m'a permis de prendre des pauses entre chaque passage.

Note :  8.5/10

Je vous laisse avec l'intro de "The Witcher 1" (le jeu) qui est fortement inspiré d'une des aventures du livre.