29 juillet 2013

Critique livre : Agonies


Aujourd'hui, je vais vous parler d'un livre contenant des nouvelles d'horreur intitulé "Agonies", édité et distribué par la nouvelle maison d'éditions québécoise : La maison des vicères. En premier lieu, je me dois de féliciter les gens qui ont créé cette maison car, pour une fois, il y a quelque chose de nouveau qui se passe ici et qui sort des sentiers battus au Québec. Enfin!

Bon. Il est évident que, puisqu'il s'agit d'une petite compagnie indépendante et fraîchement arrivée sur le marché, le tirage de leurs exemplaires est limité et peut-être aussi difficile à se procurer. Je vous invite donc à visiter leur site web pour avoir de plus amples informations à ce sujet. (cliquez sur le nom de la maison ci-dessus.)

Ceci étant dit, voyons ce que ce livre à offrir aux lecteurs et lectrices qui sont de véritables amateurs d'horreur et viandes sanglantes (gore). Il ne faut pas se le cacher, ce livre en contient pas mal et je crois même que la maison d'éditions se fait un malin plaisir (ou fierté) de livrer des récits non-censurés. Maintenant, est-ce que cela peut plaire à tout le monde ? Je crois que non. Je dirais même que la maison cible un petit groupe de lecteurs très précisément. Et je ne parle pas des fans de Stephen King, H.P. Lovecraft, ou autres qui feraient figures de jeunes enfants comparés au carnage que l'on retrouve dans ces pages.

Donc, à qui s'adresse ce livre ? Définitivement aux lecteurs qui aiment l'horreur un plus poussé à l'extrême. Maintenant, est-ce qu'il y en a assez au Québec pour assurer la viabilité de cette compagnie ? Seul, l'avenir nous le dira. On leur souhaite bonne chance!

Préambule terminé, le livre est composé de trois nouvelles : "Sam" de Jonathan Reynolds, "Amarante" de Ariane Gélinas et "Baptême de sang" de Pierre Luc Lafrance. Voici un court résumé de leurs histoires (apparaissant à l'endos du livre).

Sam : À 17 ans, Samantha découvre qu'elle partage son corps avec Bob, un tueur sanguinaire affamé de chair humaine. Son seul désir : en finir avant que Bob ne la force à dévorer sa famille et ses amis.

Amarante : Navire en perpétuel mouvement, l'Amarante accueille à son bord des êtres tourmentés. Vient le tour de Charles qui a tout perdu après le suicide de son amoureuse. Sur ce bateau où se mêlent l'art, l'érotisme et la cruauté, il s'éprend de Lysane, une artiste qui lui rappelle sa compagne défunte. Mais, sur l'Amarante, ceux qui ont le malheur de s'attacher à quelqu'un sont sévèrement punis.

Baptême de sang : L'inspecteur Boisclair abat un suspect en plein interrogatoire. Questionné après le meurtre, il raconte son histoire sans demander qu'on le croie, puisque lui-même n'ose pas y croire. Comment peut-on démembrer un homme à mains nues, parler dans la tête des gens et, surtout, manger vivante sa victime sans qu'elle ne se débatte ?

Pour ma part, le récit que j'ai préféré est celui de Mme Gélinas pour deux raisons : 1- Son niveau de littérature me semblait plus élevé que les deux autres auteurs (vocabulaire plus recherché, etc.). Donc, plus intéressant à lire. Et, 2- L'intrigue venait me chercher davantage. Personnellement, lorsqu'un auteur se met à décrire des endroits qui sont connus des lecteurs, des noms de rues, des villes, etc, alors je décroche totalement. J'ai toujours trouvé que cela limitait l'imagination. Voilà!

En conclusion, étant donné que ce n'est pas le genre de littérature que je lis à l'habitude, je ne crois pas être en mesure de vous donner l'heure juste à ce sujet. Car, je n'ai aucun élément pour comparer ce type de livres à un autre du même genre. Alors, vous vous dites pourquoi en parlez ? La raison est simple : l'initiative. Ce n'est pas parce que ce livre n'est pas mon genre de littérature qu'il ne peut pas plaire à certains lecteurs. Oui, je crois que la maison d'éditions prend un énorme risque, coté viabilité, en ciblant uniquement un groupe de personnes. Mais, pour ceux et celles qui connaissent la monotonie du marché littéraire québécois, je tiens à les encourager en faisant connaître leurs œuvres aux autres. Qui sait, vous allez peut-être devenir un fan ?

Note : N/A