22 septembre 2012

Critique de jeu : BORDERLANDS 2

Hé oui, comme je vous l’avais promis, voici ma critique du jeu, cette suite tant attendue. Et comme moi, vous ne serez pas déçu si vous avez aimé le 1er. :) Souvent, on appréhende les suites dans les jeux mais les gens de « 2K Games » ont livré une marchandise de haute qualité car, c’est vraiment une version améliorée de son prédécesseur et ce, sur plusieurs points.

Encore une fois, on nous propose 4 personnages. De ce côté, il n’y a pas grand nouveauté. Je veux dire que l’Assassin ressemble au Modercai, le Commando au Soldat, la Sirène… à la Sirène. Mais, on a remplacé le très peu populaire Beserker par un Gunserker (un nain à gros bras fortement armé). Il faut dire que dans le 1er jeu, la Brute était très limitée car il fallait qu’elle se batte avec ses poings au corps-à-corps ou au lance-roquettes. Ce qui n’était pas évident! Toutefois, le Gunserker, comme le dit son nom, est un arsenal sur 2 pattes. Mis à part cela, les gens de 2K Games ont remaniés aussi les habilités (avec des nouveautés) de chacun des personnages. Par exemple, la Sirène ne fait plus d’hyperphase mais lance des boules d’énergies emprisonnantes, etc, etc. Les concepteurs ont aussi peaufiné le look des personnages.

Voyons l’histoire, cela se déroule quelques années plus tard alors que nos 4 chercheurs de trésors (qui ont détruit l’Arche et éviter la destruction de la planète : voir Bordelands 1) se retrouvent éparpillés sur Pandore. Toutefois, un nouveau problème surgit : la compagnie Hyperion. Celle-ci, dirigée par le « Beau Jack », est déterminée à mettre à sac la planète en creusant d’énormes trous sous la surface et ce, même si elle est sur le point d’exploser. Et apparemment, une 2e Arche a été aussi découverte qui menace aussi l’équilibre (ou le chaos ?) sur la planète. Et c’est là qu’intervient votre personnage. Pour ceux et celles qui auraient fait les extensions (DLC), comme l’île du Docteur Ned, Moxxi, General Knoxx et le Claptrap interplanétaire, nous retrouvons beaucoup de ces personnages dans cette nouvelle histoire et aussi beaucoup de références à ces extensions de Bordelands 1.

Au début, le jeu semble un peu linéaire, une quête principale et quelques petites quêtes secondaires mais, bonne nouvelle! Je croyais avoir fini le jeu après 14 heures de jeu (et ce, même en faisant les petits à cotés), j’étais prêt à aller foutre une raclée à Hyperion et bang! Revirement inattendu, et soudainement, on dirait que le jeu se débloque avec plus d’une quinzaine de missions secondaires. Et cela ne semble pas s’arrêter. À mon avis, je crois que le jeu a une durée de vie (avec les quêtes secondaires) d’une bonne trentaine d’heures. C’est ce que nous verrons…

Parlons du jeu en tant que tel, coté graphiques, c’est comme le 1er. Un visuel ressemblant à une bande dessinée dans un monde post-apocalyptique, rempli de cyberpunks assoiffés de sang. Je pense que c’est plus au niveau des palettes de couleurs que cela change. Les décors sont plus à aires ouvertes que le 1er. Le joueur n’est pas toujours confiné à explorer des immeubles fermés. Oui, il y a plusieurs secteurs à explorer mais ils ne sont pas nécessairement plus grands en superficie que son prédécesseur mais plus nombreux, c’est tout.

En fait, le gros point majeur du jeu : c’est sa diversité. Plusieurs secteurs de différentes conditions climatiques, beaucoup d’armes nouvelles, et aussi de monstres nouveaux. Ce qui est plaisant, c’est que l’on découvre ces nouveaux monstres au fur et à mesure que l’on progresse dans le jeu et les secteurs. Donc, on évite la redondance. On a toujours l’impression de découvrir quelque chose de nouveau, ce qui suscite notre intérêt. Pour cela, la compagnie 2K Games a visé juste. Ce n’est pas tant l’histoire qui m’a accroché à ce jeu mais plutôt son ambiance et sa diversité. Et je suis sûr aussi que l’expérience de jeu doit aussi s’améliorer en jouant en parties multi-joueurs.

Le gros point négatif du jeu est l’accès aux inventaires lorsque l’on veut changer d’armes, etc. Le menu apparaît légèrement en diagonale parce que c’est comme si le personnage consultait l’interface holographique du menu en même temps que vous. C’est beau visuellement, mais pas pratico-pratique. Un double clic de la souris n’amène plus rapidement une arme dans une case libre d’armements, etc, etc. J’avoue qu’au début, j’ai sacré (juré) un peu et j’ai fini par m’habituer. En situation de combats, ce n’est pas l’idéal.

Un autre point, c’est personnel, c’est les dialogues en français. Oui, car Bordelands 1, je l’avais joué en Français et j’avais trouvé cela très amusant, voire adoré. Les personnages ont des voix très caractéristiques. Toutefois, dans cette suite, on retrouve les mêmes voix mais le niveau de vulgarité des dialogues a levé une coche de plus. Ce qui, selon moi, est complètement inutile comme « Étalon du cul, va chier, etc. » Le 1er jeu faisait plus français international, là, c’est plus français de France du genre « Fastoche, mec! ». En tous cas, on finit par s’habituer mais était-ce nécessaire d’ajouter de la vulgarité ? Non, le jeu est très bien comme cela.

En terminant, Bordelands 2 est une belle réussite en général et je crois que les amateurs du 1er jeu seront comblés ainsi que les nouveaux joueurs qui veulent se risquer dans ce FPS, à la fois original et bien ficelé. Je le recommande sans hésitation.


Gr : 5, Gm : 4, In : 5 // Dv : 5 (60 heures et +) , Prix : 59,99$ (Steam)

Note : 14/15
Site officiel du jeu : http://www.borderlands2.com/fr/

Bande annonce  :

05 septembre 2012

Critique de jeu : CRYSIS 2

Autre critique de jeu aujourd'hui, pour ceux et celles qui auraient perdu le moral suite aux élections au Québec, :P. On parle de "Crysis 2 maximum Edition". J'ai hésité beaucoup avant de faire cet achat mais finalement, je ne regrette rien. :) Y a quelques années, la compagnie Crytek nous avait offert un jeu vraiment amusant qui s'appelait : "Far Cry" en collaboration avec Ubisoft. Suite à des chicanes internes, la cie Crytek avait quitté leur partenaire pour aller chez EA et offrir le 1er de la série "Crysis".

Or, ce fut un succès mitigé. Et ce n'était pas parce que le jeu ressemblait à un "Far Cry" repiqué ou que le gameplay n'était pas d'une simplicité surprenante, mais plutôt l'engine 3D (moteur graphique) était réellement bogué. Même si on possèdait une machine hyper-puissante pour pouvoir faire exécuter le jeu en haute résolution, c'était mal optimisé. Il y avait des "lags" (lenteurs) fréquents à l'écran, etc, etc. Pour ma part, c'est ce qui m'avait tenu loin de la suite "Crysis 2". Mais voilà que le jeu se vend à rabais sur Steam et je décide de lui offrir une chance.

Tout simplement, wow! Crytek a utilisé son nouveau moteur 3D "CryEngine 3" pour ce jeu et félicitations! Ils ont corrigé les bugs de son prédécesseur. Non, seulement les graphiques sont d'un réaliste à couper le souffle mais la fluidité à laquelle on se déplace dans les décors renforce la qualité de ce jeu. Coté gameplay, cela demeure la simplicité du 1er, un simple clic de la souris pour passer d'une option à une autre et exécuter les tactiques de combat.

"Crysis 2" est un FPS qui nous plonge dans un paysage urbain, un espèce de New-York à moitié démoli par les attaques extra-terrestres et patrouillée par une équipe de mercenaires dont on ignore la raison de leur présence dans la ville. Tout ce que l'on sait, c'est qu'on est le seul survivant d'une équipe militaire de secours qui devait se rendre à la ville. Sur le bord de la mort, un étrange mec vêtu d'une nano-armure super sophistiquée nous fait le don de son matériel technologique digne des séries de science-fiction. Et on devient, à notre tour, un super soldat solitaire qui doit finalement découvrir qu'est-ce qui se trame dans cette ville en ruines ?

J'avoue qu'avec cette suite, la compagnie Crytek sait garder l'intérêt du joueur avec sa nano-armure et qui évolue dans une ville rappelant un peu la tragédie des 2 tours à NY. J'aime aussi beaucoup l'aspect "Splinter Cell" où notre héros peut faire de l'infiltration au lieu de se lancer tête première dans les combats. (À moins que vous jouiez au niveau Facile). Ceci dit, pour le gameplay, la qualité des graphiques et l'ambiance, ce jeu mérite fort bien l'attention des joueurs de FPS. À mon avis, vous ne serez pas déçus. Je le recommande aisément!


Gr : 4, Gm : 4, In : 4 // Dv : 4 (14 heures), Prix : 39,99$ (Steam)

Note : 12/15
  
Site officiel du jeu : http://www.ea.com/fr/crysis2

Bande annonce  :

04 septembre 2012

Critique de jeu : DRIVER SAN FRANCISCO

J'ai commencé le jeu "Driver : San Francisco" de Ubisoft. Encore une fois, la compagnie ne cessera de me surprendre par la qualité de ses jeux. Ici, on incarne un détective au style des années '70 qui se promène en "Charger" (qui rappelle étrangement la série policière Starsky & Hutch) afin de capturer un méchant appelé Jericho.


On m'a dit que ce jeu est la suite d'un plus vieux jeu qui s'appelait "Driver" auquel je n'ai pas joué. Et apparement, c'est l'histoire du 1er qui se poursuit dans ce jeu. Néanmoins cela, le synopsis est : le héros avec son compatriote se rend au palais de Justice pour assister à la condamnation de Jericho, mais voilà, le fourgon cellulaire qui transportait le prisonnier ne se rend jamais à destination. Alors, notre héros s'engage dans une poursuite pour retrouver le bandit et qui le menèra tout droit à l'accident. Après avoir frôlé une mort certaine, notre héros se retrouve doté d'un super-pouvoir : prendre possesion du corps de n'importe quel conducteur de voiture sur la route. Et là, le fun commence...

Nul besoin de vous dire que les graphiques sont très beaux, et la musique ambiante vous rappelle les années '70, les courses de véhicules de police en plein San Francisco, (un peu comme le film 'Bullit' de Steve McQueen) et où les policiers sont des machos qui n'hésitent pas d'utiliser la manière forte. Un véritable divertissement. Ce jeu se joue facilement avec une manette Xbox360 pour PC et ressemblant à un "Grand Theft Auto", car la carte ouverte de la ville est immense.

Le but du jeu : il y en a plusieurs. Vous pouvez faire des "challenges" qui vous donnent des points pour acheter des meilleures voitures, des upgrades, etc. Vous avez aussi des mini-quêtes qui sont vraiment drôles, comme par exemple, prendre possession du corps d'un adolescent qui apprend à conduire avec son profresseur, et le but : donner une peur bleue au prof en effectuant des cascades et de la vitesse. Et vous avez aussi les quêtes principales pour faire évoluer l'histoire avec Jericho. Je tiens aussi à souligner que les cinématiques sont d'une qualité incroyable. De véritables mini-films.

Donc, c'est un jeu de course pas très compliqué et à l'humour léger, les mini-quêtes sont toutes aussi folles les unes que les autres et l'attitude désinvolte du héros prenant possession des corps des chauffeurs se permet des commentaires tout aussi craquants. Un jeu que je recommande pour ceux et celles qui aiment la course sans casser la tête et l'attitude : ouais, les années 70, cool mec! Héhéhéhé! J'aime vraiment. Une belle réalisation d'Ubisoft.

Gr : 4, Gm : 4, In : 3 // Dv : 5 (60 heures et +), Prix : 39,99$ (Steam)

Note : 11/15


Site officiel du jeu : http://driver-thegame.ubi.com/driver-san-francisco/fr-fr/home/index.aspx

Bande annonce  :

03 septembre 2012

Critique de jeu : DLC SKYRIM - DAWNGUARD


Bon, j'ai commencé l'extension Skyrim : "Dawnguard". C'est une histoire de vampires, original, Non ? :) Je plaisante. En fait, dans "Oblivion", le jeu précédent de la série "Elder scrolls", il était possible de devenir un vampire, donc, j'imagine que Bestheda a décidé d'en faire autant en offrant ce DLC. Le seul hic, à part l'histoire qui est correcte, c'est qu'il n'y a pas vraiment de challenges jusqu'à maintenant. Snif!

Je m'explique. Quand j'ai terminé Skyrim, mon perso était au 45e niveau, c'est un guerrier équipé d'une armure de dragon lourde légendaire avec une arme à deux mains destructrice. Sans compter que j'ai certaines de mes compétences à 100 et que je suis riche comme crésu avec mes 50 000 pièces d'or. De plus, je suis accompagné par une guerrière "Lydia" qui me suit tout le temps et qui est aussi bien équipé moi, car, j'ai pris le temps de lui forger toutes les mêmes choses que je porte. Donc, malgré le fait, que cela fait plaisir de retourner dans Skyrim pour faire des nouvelles quêtes, j'aurais aimé que les concepteurs augmentent aussi le niveau de difficulté en conséquence. :P

Ceci dit, ce jeu est encore l'un des mes préférés mais est-ce que cette extension est un essentiel ? Je dirais que non. C'est pour les fans avertis seulement, ceux qui s'ennuient du monde de Skyrim...

Gr : 4, Gm : 3, In : 1 // Dv : ?, Prix : 14,99$ (Steam)

Note : 8/15


Site officiel du jeu : http://www.elderscrolls.com/skyrim

Bande annonce  :
 

01 septembre 2012

Critique CD : Within Temptation - The Heart of Everything (2007)

Style : Symphonic Metal
Compagnie : Sony / BMG 
 
 
Encore une fois, c'est avec impatience que j'attendais cet album de Within Temptation. Malheureusement, même si l'album commence bien avec les chansons "The Howling" et "What Have you Done", c'est le reste de l'album qui m'a laissé en froid. Peut-être est-ce parce ce que l'album est, en trop de points similaires à "The Silent Force" ? Oui, il est plus rock, voire "punché" que son prédécesseur, mais on dirait que le groupe commence à appliquer une recette quant à la composition. Backvocals avec chorales, clavier qui fait des punchs à tous les refrains, bref, on commence à réusiner. Décision de groupe ou plutôt est- ce la compagnie qui contraint le groupe à agir dans cette voie ?   

En fait, je vous dirais que les six premières chansons de l'album me va relativement bien mais après cela, je m'essoufle. On dirait que les compositeurs aussi d'ailleurs car, elles sont moins accrochantes. Elles manquent de coeur ou d'âme, appelez cela comme vous voulez. Malgré le début prometteur, c'est un album que je n'écoute pas souvent. De plus, le vocal de Sharon Den Adel a laissé un peu de sa douceur angélique, à mon avis. 

Mes chansons préférées : "The Howling" et la très rock "What Have you Done", Le refain majestueux de "Our Solemn Hour" et "Hand of Sorrow". 
 
Note : 7.9/10
 
Liste des pistes :

01. The Howling
02. What Have You Done (avec Keith Caputo)
03. Frozen
04. Our Solemn Hour
05. The Heart Of Everything
06. Hand Of Sorrow
07. The Cross
08. Final Destination
09. All I Need
10. The Truth Beneath The Rose
11. Forgiven
12. What Have You Done (Rock Mix)

 

Critique CD : Within Temptation - The Silent Force (2004)

Style : Symphonic Metal
Compagnie : Roadrunner Records

 

Après la parution de l'album "Mother Earth", c'est avec une certaine hâte que j'avais envie d'entendre cet album, et je ne fus pas déçu. Le retour de la voix angélique de Sharon Den Adel au vocal; à elle seule vaut amplement cet achat. À la première écoute, la différence entre cet album et son prédécesseur est que le groupe a une approche plus punché par endroits, cela me fait penser à du Evanescence... un peu. On y retrouve des mélodies calmes, et aussi des contrastes rock surplombés d'une symphonie au clavier/piano. C'est un style dur à définir mais, oh combien agréable pour les oreilles.

Le vocal est souvent accompagné d'une chorale en arrière-plan ainsi que des instruments à cordes commes les violons. Je crois que ce qui fait la force de Within Temptation est de mélanger tous ces aspects de la musique rock et classique sans que l'un prédomine sur les autres. Cela nous semble un tout, très fluide, donc, mes félicitations aux compositeurs du groupe et aux arrangeurs musicaux. C'est un album que je réécoute à l'occasion, même si la date de sortie fut l'année 2004. Il y a des ces albums qui demeuront des classiques du genre et ne se démoderont jamais.  

Mes chansons préférées : "Stand my ground" et "Angels". J'aime bien aussi les pièces bonus qui sont un peu plus aggressives et datant de l'époque d'avant "Mother Earth". Si vous aimez ce genre de musique, je vous le recommande sans hésiter.
 
Note : 8.5/10

Liste des pistes :

01. Intro
02. See Who I am
03. Jillian (I'd give my Heart)

04. Stand My Ground
05. Pale
06. Forsaken
07. Angels
08. Memories
09. Aquarius
10. It's the Fear
11. Somewhere
12. Destroyed (bonus)
13. Jane Doe (bonus)
 
 

Critique de jeu : ALAN WAKE'S AMERICAN NIGHTMARE

J'ai terminé le jeu "Alan Wake's American Nightmare" en 4 heures. Malheureusement, et je m'en doutais aussi, ce n'est pas aussi bon que le premier Alan Wake. La problématique n'est pas que le jeu n'est pas beau graphiquement, ou que les développeurs n'ont pas fait quelques ajouts ici et là pour agrémenter cette suite, mais l'histoire n'a presque rien à voir avec le 1er. :(

Ils ont mis l'emphase plus sur le jeu de tir (shooter), que sur l'intrigue suspense-horreur (ambiance) du jeu. Ce n'est pas une bonne suite à mon avis car ils ont étiré la sauce un peu trop. Le jeu n'est pas mauvais en soi, le gameplay est le même que le 1er, mais admettons que pour une suite, je m'attendais à beaucoup mieux. Heureusement, je ne l'ai pas payé cher et à ce compte-là, je l'aurai plus présenté comme DLC au lieu d'un jeu complet.

Je ne crois pas que cela vaut la peine de gaspiller $$ pour cette suite, à moins de l'obtenir à rabais. La durée de vie de ce jeu est vraiment trop courte...

Gr : 3, Gm : 3, In : 2 // Dv : 1 (4 heures) Prix : 14,99$ (Steam)

Note : 8/15


Bande annonce  :
 

P.V.M : Rexon - Short Change Hero (Cover) Borderlands 2

Pause vidéo musicale
 
Ok, voici quelque chose d'intéressant : des fans de Bordelands 2 ont décidé d'interpréter l'une des chansons titre du jeu. Et pour l'occasion, la chanteuse s'est déguisée en Sirène (personnage du jeu). Nice!