13 juin 2012

Critique du jeu : SAINT ROW THE THIRD

Y a un petit bout que je ne vous ai pas parlé de gaming! :) Hé oui, le petit dernier que j'ai fait complété est : "Saints Row The third" que j'ai aimé beaucoup. C'est une copie conforme de GTA, même que j'oserais vraiment le comparer à San Andreas coté ambiance. Un peu moins long, vingt heures de jeu environ pour tout compléter, mais l'humour est au rendez-vous avec des missions pas trop sérieuses. J'avais vraiment l'impression de revenir à San Andreas avec son attitude "cool" et on s'en fait pas avec la vie.

Les graphiques sont beaux, fluides et la transition entre le jeu et les cinématiques est tout simplement immersif. Le personnage que l'on crée dans le jeu est modifiable à 100% et apparaît tel quel dans les animations, ce qui surprend vraiment. :) Le gameplay, avec une manette ou keyboard, est facile. J'ai bien aimé. J'avoue qu'avec le keyboard faire des "headshots" étaient très faciles. Pour la manette, je n'en sais rien...

Ceci dit, pour le prix que j'ai investi, environ 16$ sur Steam, j'en ai vraiment eu pour mon argent et rien ne me dit que je ne jouerai pas encore et encore à ce jeu. Juste pour le trip de tout démolir, faire des misisons suicides, etc, etc. Pour les amateurs de San Andreas et de ce style de jeu-là, je crois que je peux vous le recommander sans hésiter. Des heures de plaisirs garanties. :)

Gr : 4, Gm : 4, In : 5 // Dv : 3 (17 heures),   Prix : 16,99$ (Steam)

Note : 13/15

PS : le personnage aux cheveux rouges, c'est le mien. :P

Site officiel du jeu : http://www.saintsrow.com/

Bande annonce  :

02 juin 2012

Critique CD : Secret Sphere - A Time Nevercome (2001)

Style : Power Metal
Compagnie : Elevate Records


Quand j’ai vu cet album sur l’étagère du magasin de disques, je me suis dit : « Pas encore un band de Power Metal Italien stéréotypé au son médiocre… » J’avais entendu quelques chansons de Secret Sphere (leur album précédent) qui ne m’avait pas accroché du tout. Donc, en le plaçant dans le poste d’écoute, je m’attendais à un navet. STOP! Un instant, me suis-je trompé d’album ? Ouf! C’est le jour et la nuit comparativement à leur album précédent. Bon d’accord, Secret Sphere, comme bien des groupes Italiens, souffre d’une sonorité qui ne les met pas en valeur mais cet album sonne tout de même bien. Je suis surpris.

Sauf que là, je ne tiens pas à vous parler de sonorité. Non. Cela devient secondaire lorsqu’un album possède d’aussi excellentes chansons. Secret Sphere revient en force avec des chansons speed métal mélodiques (YEAH!) progressives. Oui, oui, vous avez bien lu « progressif » comme du Dream Theater. Des arrangements musicaux géniaux, de solides partitions au clavier, des mélodies entraînantes aux guitares. Sans compter, les solos qui sont de première classe. C’est un vrai vent de fraîcheur pour un amateur de Power Metal qui suit le mouvement depuis longtemps. Ce n’est pas du « Angra », ni du « Rhapsody ». Le groupe Secret Sphere possède leur propre identité. Oui, il y a des influences mais cela n’est pas à outrance comme certains groupes. En fait, je reconnais des passes à la « Dream Theater » dans certains passages. Je me risquerai même avec une influence « Labyrinth ».

Coté vocal, okay, ce n’est pas vraiment une bombe mais au moins il ne gâche pas la musique. On s’y habitue très vite. Je recommande cet album par sa qualité musicale. Pour tous les amateurs de bonne musique bien fait, intelligente, ils vous le faut! En plus, si vous aimez les beats rapides du Power Metal, cher fans, vous serez servi à maintes occasions. Bon. Si vous n’aimez pas la musique plus progressive (technique) alors ne le prenez pas. Pour tous les autres que j’ai cité, foncez!

Note : 8.6/10
Liste des pistes :

01. Gate of wisdom
02. Legend
03. Under the flag of Mary Read
04. The brave
05. Emotions
06. Oblivion
07. Lady of silence
08. The misery of love
09. Paganini’s Nightmare
10. Hamelin
11. Ascension
12. Dr. Faustus


01 juin 2012

Critique CD : Rage - Soundchaser (2003)

Style : Heavy Metal
Compagnie : SPV/Steamhammer Records

Le trio infernal d’Allemagne nous offre un autre album forgé au metal punché et technique avec de brefs refrains mélodiques. On y ressent les vieilles influences speed et thrash de Peavy Wagner sur cet album. Cependant, je dirais, sans trop me tromper, que « Soundchaser » est la suite de « Unity ». Il n’y a pas de grandes nouveautés alors pourquoi changer une formule qui semble si bien marcher ? Et c’est peut-être là, la raison à laquelle je trouve les chansons moins bonnes et accrochantes.

Oui. Il y a de bons passages musicaux et d’excellentes chansons mais ce n’est pas la majorité à mon avis. Et ce, malgré une production sonore qui décape la peinture sur vos murs de salon. Le début de l’album est très intéressant mais cela nous conduit un peu vers l’épuisement avec les dernières chansons. Je recommande cet album aux fans de heavy metal technique punché aux passages rapides. Si vous connaissez Rage depuis peu alors, il est évident que vous allez adorer cet album. Pour ma part, je m’attendais à un peu plus mais ce n’est pas une grande déception. Sauf que je n’écoute pas cet album aussi souvent que les albums précédents.
Note : 7.8/10
Liste des pistes :

01. Orgy Of destruction
02. War Of Worlds
03. Great Old Ones
04. Soundchaser
05. Defenders Of The Ancient Life
06. Secrets In A Weird World
07. Flesh And Blood
08. Human Metal
09. See You In Heaven Or Hell
10. Falling From Grace Part I: Wake The Nightmares
11. Falling From Grace Part II: Death Is On It's Way
12. French Bouree (Piste Bonus)


Critique CD : Rage - Unity (2002)

Style : Heavy Metal
Compagnie : SPV Records

Le trio Allemand est de retour avec un excellent album après s’être ressourcé sur l’album « Welcome to the other side ». Ils sont de retour avec ce qu’ils font de mieux du heavy métal lourd à tendance speed et technique. Smolski nous délivre encore de bons solos sur cet album ainsi que des riffs forts intéressants. Mike Terrena est égal à lui-même, et il supporte le groupe avec fermeté sur son drum. Quant à Peavy, il semble de nouveau en confiance envers sa formation. Il compose des refrains un peu plus mélodiques que sur l’album précédent. La musique en général est plus « punchée ». Je dirais même que, par endroits, cela me fait penser à du Dream Theater de la façon dont les punchs de drums et la guitare surviennent ensemble.

Coté production, c’est la top qualité. Comparativement à « Welcome to the other side », le drum fait partie du mix de son. Je ne saurai quoi ajouter à cette critique sans répéter sur ce que j’ai dit sur l’album précédent. Héhéhé! Mes chansons préférées sont les suivantes : « All I want », « Down », « Living my dream », et un petit spécial pour « Seven deadly sins » et pour couronner le tout, la cerise sur le sundae, le sommet de la montagne, la chanson instrumentale à couper le souffle : « Unity ». Quand vous aurez la chance de l’entendre, vous allez aimer.

Je recommande cet album aux fans de heavy metal technique punché aux passages rapides. C’est pas du Power Metal. Loin de là, mais c’est vraiment excellent. Cependant, je trouve « Unity » un peu moins bon que « Welcome to the other Side ». Héhéhé! C’est mon avis.
Note : 8.5/10
Liste des pistes :

01. All I Want
02. Insanity
03. Down
04. Set This World On Fire
05. Dies Irae
06. World Of Pain
07. Shadows
08. Living My Dream
09. Seven Deadly Sins
10. You Want It, You’ll Get It
11. Unity




Critique CD : Rage - Welcome To The Other Side (2001)

Style : Heavy Metal
Compagnie : G.U.N. Records

Quand cet album est sorti, j’ai refusé de l’acheter et de l’écouter. Pour moi, Rage, le groupe Allemand, qui avait été très fort au début des années 90, était mort et enterré. J’avais fait mon effort de guerre en ayant acheter leurs quatre derniers albums que je considérais de véritables navets. Une période que je ne pensais pas que le groupe allait finir par sortir. Et apparemment, je me trompais grandement. Peavey a enfin trouvé la lumière au bout du tunnel. Et si cela n’avait pas été de la très grande insistance d’un des mes amis à acheter cet album, il est fort probable que je serais passé à coté.

En plaçant cet album dans mon système de son, je ne m’attendais à rien et je me suis mis à sourire en entendant l’intro tiré du film « Flatliners ». Et en entendant le riff très écorché de la guitare, j’ai dit : « Hé ho, attends une minute! ». Qu’est-ce qui se passe ? Rage a changé d’orientation musicale encore une fois. Et c’est bon. Wow! On dirait presque un retour à leurs racines plus thrash mais ce n’est pas encore cela. Je situerai cet album à mi-chemin. Du bon heavy metal bien tranchant à l’occasion et technique en d’autres temps. La deuxième chose qui a attiré mon attention, c’est le guitariste. « Qui est ce gars-là ? » Victor Smolski, pourtant, il a joué sur l’album « Ghosts » mais il est passé totalement inaperçu. Et ce drummeur qui est une véritable machine avec de petites passes subtiles de temps à autres. C’est Mike Terrena. Lui aussi, il a joué sur l’album « Ghosts ». Une seule explication possible : ils ont participé seulement à titre de musiciens pigistes sur l’album précédent. Et cette fois-ci, ils font parties intégrantes du processus de la composition. Excellent!

De plus, il y a une nouveauté dans Rage, les solos de guitares. Victor se démarque de tous les guitaristes que la formation a eu par le passé. Il est plus technique que Manni, ( qui est mon guitariste préféré à avoir mis le pied dans la formation ), sauf que j’accorde ceci à Manni, c’était une mélodiste. Pas juste de la technique. Toutefois, Smolski apporte un vent de fraîcheur, je m’explique. Quand je l’ai écouté, bien avant que je lise son nom sur l’album, j’ai cru que Rage s’était engagé un guitariste Américain. Victor Smolski est vraiment influencé par Van Halen, Steve Vai et Joe Satriani. Et ÇA! C’est une nouveauté. Pourquoi ? Parce que tous les guitaristes Européens dans le Power Metal essaient de jouer du néoclassique comme Yngwie Malmsteens ou du plus standard comme Iron Maiden.

Sur cet album, Smolski nous expose pas mal tout ce qu’il a dans le ventre pour le bienfait des auditeurs. Je crois que j’ai écouté chacun de ses solos attentivement et même si, parfois, j’en vois des similitudes avec nos comptriotes américains, cela demeure une nouveauté dans ce style de musique. Et surtout pour un groupe d'Europe! En passant, M. Smolski est russe. Fait intéressant. Quant à la composition des chansons, je serai menteur de vous dire que Rage est revenu à ce qu’il faisait avant. Non. Quoiqu’il y a des influences faisant des clins d’oeils aux autres albums, « Welcome to the Other Side » est unique. C’est un nouveau départ pour la formation. Un retour inespéré que je n’attendais plus. J'en suis vraiment heureux!

Coté production sonore, elle est bonne mais pas parfaite. Le drum nous semble véritablement à l’arrière. C’est comme si on l’avait enregistré dans une pièce à coté, et lorsque les ingénieurs de son ont mixé toutes les tracks de musique ensembles, ils se sont rendus compte de l’erreur. Le son du drum est très mince, et les bassdrums sont triggés d’une manière plutôt aigue quasi énervants. Cependant, on peut en faire abstraction très facilement. Mes chansons préférées : elles le sont presques toutes. Bien sûr, il y en a qui sont moins bonnes mais elles sont tellement bien réalisées que je ne les saute pas sur mon lecteur de CD. C’est déjà un bon point.

Je recommande cet album aux amateurs de heavy metal technique à tendance un peu speed et aussi aux guitaristes qui aiment les bons solos. Ma passion pour Rage est de retour. Et d’ailleurs, j’ai eu l’occasion de voir ce band jouer en live lors de mon passage en Allemagne. J'ai été sans voix.
Note : 8.7/10
Liste des pistes :

01. Trauma
02. Paint the devil on the wall
03. The mirror in your eyes
04. Tribute to dishonor
a) R.I.P
b) One more time
c) Requiem
d) I’m crucified
08. No lies
06. Leave it all behind
07. Deep in the night
08. Welcome to the other side
09. Lunatic
10. Riders on the moonlight
11. Straight to hell
12. After the end
13. Sister demon


Critique CD : Rage - Ghosts (1999)

Style : Heavy Metal
Compagnie : G.U.N. Records

J’aime la torture, n’est-ce pas ? Comme un idiot, je suis allé au magasin pour voir si le nouvel album de Rage était revenu comme avant, commes les albums « Trapped! » ou encore « Missing Link ». Une décision serait à prendre : si Rage, un des mes groupes favoris Allemands, me sortait encore un album navet alors ce serait le dernier album que je mettrais dans ma collection. Tant pis pour le reste. En écoutant « Ghosts », je me suis rendu compte que c’était la suite de « XIII », l’album précédent. Cela m’a tellement découragé que je n’avais même pas remarqué que le groupe avait changé de musiciens. En tous cas, ils sont redevenus un trio.

On retrouve à présent « Mike Terrena » au drums. Ce vétéran de la musique a déjà joué pour Yngwie Malmsteens et un petit nouveau à la guitare que je n’avais jamais entendu parlé avant: « Victor Smolski ». Et encore une fois, l’orchestre symphonique de Prague. Ah! Décidément, ils sont partout! Sur cet album mieux produit que le précédent, Rage nous offre encore des chansons heavy metal « soft » et pas très intéressantes pour ma part. Encore un album que je n’écouterai pas vraiment. Cependant, je soupçonne que Terrena et Smolski n’étaient pas présents au début de la composition de cet album et c’est pourquoi il sonne ainsi.

Toutefois, il y a une chanson ou deux qui m’a fait sourciller. « Wash my sins away » et « Love and Fear Unite ». « Spiritual Awakening » n’est pas trop mauvaise. Cet album n’est pas un essentiel de Rage, et si vous êtes amateur de heavy metal plus lent à l’atmosphère lourd par endroit, peut-être que vous allez aimer.
Note : 7.2/10
Liste des pistes :

01. Beginning Of The End
02. Back In Time
03. Ghosts
04. Wash My Sins Away
05. Fear
06. Love And Fear Unite
07. Vanished In Haze
08. Spiritual Awakening
09. Love After Death
10. More Than A Lifetime
11. Tomorrow's Yesterday
12. End Of Eternity (Bonus Édition Limitée)
13. Six Feet Under Ground (Bonus Édition Limitée)

Critique CD : Rage - XIII (1998)

Style : Heavy Metal
Compagnie : G.U.N. Records

Pourquoi ai-je acheté cet album ? Je n’en sais rien. Après le navet appelé « Linguas Mortis », tout ce que je souhaitais c’est que le groupe Allemand Rage revienne à ses sens en nous offrant des chansons plus punchées comme au début des années 90. On est loin de « Trapped! » ou de « Missing Link ». Comme un fou, je continuais à espérer. Finalement, la descente aux enfers de Rage continua pour ma part. Cet album est heavy metal, teinté de riffs très rock. Je ne sais pas si les musiciens ont cru adoucir leur musique pour aller se chercher un plus grand bassin de fans. En tous cas, cela n’a pas fonctionné avec moi.

De plus, probablement heureux de l’expérience avec l’orchestre symphonique de Prague, le groupe nous offre encore des accompagnements classiques dans leurs chansons. Et là, je ne parle pas des arrangements grandioses à la Rhapsody. Loin de là... Au moins, la production sonore est bonne. Cela sauve une grande partie de la musique en générale. Quant aux compositions en soi, c’est assez endormant. Par contre, c’est mieux que l’album précédent. Comme musique de fond, cela passe et encore, j’ai des doutes. Si vous êtes à la recherche de sensations fortes, ce n’est pas sur cet album que vous allez retrouver cela. Si vous êtes fan de la musique métal plus « soft » alors cet album est pour vous!
Note : 7/10
Liste des pistes :

01. Ouverture
02. From the Cradle to the Grave
03. Days of December
04. Sign of Heaven
05. Incomplete
06. Turn the Page
07. Heartblood
08. In Urin (I won’t go down)
09. Over and Over
10. Immortal Sin
11. Paint it, Black (Rolling Stone)
12. Just Alone
13. XIII
 


Critique CD : Rage - Lingua Mortis (1996)

Style : Symphonic Metal
Compagnie : G.U.N. Records


En 1996, Rage lance un second album durant la même année. Incroyable! Et cette fois-ci, le groupe Allemand se paie un « trip » avec l’orchestre symphonique de Prague. Hé oui. Pourquoi ne pas reprendre quelques-uns des derniers succès de la formation et réarranger le tout à la sauce classique ? Bon. Vous pourrez dire que c’est original, que les musiciens sont bons, que les arrangements sont parfaits mais en bout de ligne, qu’est-ce que cela nous donne ? Pour ma part, un album foutrement endormant. Et là, passez-moi la réserve de valiums car, c’est aussi efficace.

Je ne comprends pas ce changement soudain ? Premièrement, Rage, c’est du métal! On aura beau dire quoi que ce soit, c’est du métal. Compris !? La base pure et simple des compositions de Rage n’est pas du classique. En terme de littérature musicale, c’est de la merde à coté d’une partition de classique de Mozart ou de Beethoven. Hein ? Ça, c’est de la vraie musique classique! Donc, faut que les musiciens rajoutent des arrangements de classiques par-dessus la musique de Rage pour faire passer le tout pour une orchestration symphonique. Ils l’embellissent. Donc, ce n’est plus vraiment l’œuvre originale. Alors, à quoi ça sert tout ce cirque ? À rien.

La production est passable, parce que les guitares et le drum sont moins forts que le reste des instruments de musique classique. Normal, je pense que le chef d’orchestre ne voulait pas gâcher ses arrangements musicaux qu’il avait composés à l’occasion. Non, je ne recommande pas cet album aux fans de Rage. Et encore moins aux vrais amateurs de musique classique, vous allez mourir de rire. Rage est vraiment descendu encore plus bas dans mon estime. Et ne me parlez pas d’ouverture d’esprit dans ce cas-ci, il y a des limites à accepter la torture.

Note : 6/10

Liste des pistes :

01. In a Nameless Time
02. Alive but Dead
03. Medley
a) Don’t fear the winter
b) Black in Mind
c) Firestorm
d) Sent by the devil
e) Lost in The Ice
04. All this time
05. Alive but Dead

Critique CD : Rage - End of All Days (1996)

Style : Heavy Metal
Compagnie : G.U.N. Records

Après l’album « Black in Mind » et son succès plutôt mitigé, et ainsi que le départ de Manni Schmidt, Rage semble avoir perdu de leur magie d’antan. Les musiciens du groupe décident de revenir à un heavy metal plus traditionnel, plus mélodique. Bien sûr, ils restent encore des vestiges de speeds et même de thrash métal par endroits. Toutefois, on dirait que la formation semble fatiguée. À mon avis, cela prend plus que des beats à doublebassdrums et des riffs de guitares aux picking alternés. Il manque un ingrédient essentiel. Lequel est-ce? Je n’en sais rien.

Pourtant, la production est intéressante mais les chansons sont plutôt ordinaires. Elles ne lèvent aucun intérêt chez moi. Même les solos sont endormants. En fait, je l’avais déjà remarqué sur l’album précédent, les deux guitaristes ne sont pas à la hauteur de Manni et de sa mélodie. Dommage. Le groupe a perdu beaucoup de ce coté. Les seules chansons qui ont attirées mon attention sur cet album, c’est « Under Control », « Higher than the Sky » et « Face behind the Mask ». Avec l’album « Black in Mind », je trouvais que Rage entamait une légère descente. Avec celui-ci, la chute est vertigineuse. Je ne recommande pas cet album.
Note : 7/10
Liste des pistes :

01. Under Control
02. Higher than the Sky
03. Deep in the Blackest Hole
04. End of All Days
05. Visions
06. Desperation
07. Voice from the Vault
08. Let the night begin
09. Fortress
10. Frozen Fire
11. Talking to the Dead
12. Face behind the Mask
13. Silent Victory
14. Fading Hours


Critique CD : Rage - Black in Mind (1995)

Style : Thrash Metal
Compagnie : G.U.N. Records

L’album « Black in Mind » souligne le départ d’un ami de longue date, Manni Schmidt, et l’arrivée officielle des deux nouveaux guitaristes de Rage, Spyro Efthimiadis ( le frère du drummeur ) et Sven Fischer. Qu’est-ce que cela apporte de plus au groupe ? J’aimerais vous dire mieux, mais ce n’est pas le cas. Rage nous revient avec un album aux chansons thrash mais plus mélodiques que les deux albums précédents. Il y va même de plusieurs pièces mid-tempos, plus lentes à l’atmosphère plus « obscure ». Cela ressemble un peu aux autres albums sans reprendre les mêmes clichés. Ce qui est encore une fois, la preuve de la grande versatilité des musiciens du groupe. Rage a cette capacité de changer leur musique sans que cela soit trop drastique comme certains groupes. J’ai rarement vu cela dans ma vie de mélomane de musique métal.

Cependant, malgré cette nouvelle orientation musicale, cet album ne m’a pas accroché autant que ses prédécesseurs. Il est bien produit, certes, sauf qu’il n’est pas aussi béton que « Missing Link ». Il a de bonnes chansons, reprenant des thèmes musicaux qui ont fait la réputation de Rage, mais aussi des chansons qui sont juste correctes. Elles ne font ni chaud, ni froid. C’est un album que j’ai écouté souvent à sa sortie et qu’aujourd’hui, je n’écoute plus souvent comparativement à « Trapped! » ou « Missing Link ». Il manque un peu de magie dedans, je ne saurai quoi dire exactement.

Mes chansons préférées : « Black in Mind », la chanson speed « Sent by the devil » avec les violons au début. Pour les Européens, ils ont pu voir le vidéo « A spider’s web ». Un vidéo qui n’a malheureusement pas joué ici au Canada. J’aime bien la chanson « A Nameless time » et ses multiples variations de tempos dont le début me rappelle « Harvester of Sorrow » de Metallica. En fait, je pourrais citer le bloc de chansons énergiques qui s’enchaînent : « Until I die, My Rage, The Price of War ». De plus, l’addition des violons dans certaines chansons est intéressant.

C’est un bon album en soi et je suis porté à le recommander aux fans du groupe, et ce, malgré mon petit manque d’intérêt.

Note : 8/10
Liste des pistes :

01. Black in Mind
02. The Crawling Chaos
03. Alive but Dead!
04. Sent by the Devil
05. Shadow out of Time
06. A Spider’s Web
07. A Nameless Time
08. The Icecold Hand of Destiny
09. Forever
10. Until I die
11. My Rage
12. The Price of War
13. Start!
14. Tie the Rope
15. Forgive but Don’t Forget
16. All this time


Critique CD : Rage - 10 Years in Rage (The Anniversary Album) (1994)

Style : Thrash Metal
Compagnie : Noise Records

Ah, dix ans déjà que la formation allemande « Rage » existe (1984-1994) et Peavy, le fondateur du groupe décide de souligner l’événement de façon spéciale. Non, il ne sort pas un album « best of » des meilleures chansons de Rage. Au contraire, comme il le dit si bien dans le livret, il ne voulait pas d’un album compilation, alors il a décidé d’écrire du nouveau matériel, de prendre des bouts de chansons non terminées et enregistrées sur démos (il y a bien des années) et de les terminer. Bref, un pot-pourri de vieilles idées qui a repris à la sauce Rage actuel.

De plus, pour célébrer l’occasion, il invite les anciens membres du groupe à venir jouer sur certaines chansons. Ils sont tous là, même les musiciens du groupe Avenger qui est devenu Rage par la suite. Malgré cette fête heureuse, on apprend par la même occasion que le guitariste Manni Schmidt va quitter la formation sous peu et sera remplacer par le frère du drummeur, Spyro Efthimiadis et l’addition d’un deuxième guitariste Sven Fischer. Tous deux jouent sur l'album.

De plus, sur cet album anniversaire, il n’y a que des chansons speed et thrash metal dans le vrai sens du terme. Et ce, couronnées par une production sonore excellente qui est très ressemblante à celle de « Missing Link ». Si vous cherchez des mélodies plus contemporaines comme sur les albums précédents, oubliez cela! Cet album s’adresse aux « headbangers » purs et durs. Si vous avez aimé l’agressivité de « Missing Link », alors cet album est pour vous!

Mes chansons préférées : « Vertigo », vous comprendrez pourquoi vous aussi vous serez étourdi après l’avoir entendu. J’aime bien la chanson mid tempo « No sign of life », l’incroyable intro de la chanson speed thrash « Submission », et la bonne vieille reprise heavy metal d’Avenger « Prayers of steel » pour nous faire balancer la tête lentement d'avant-arrière mais sûrement au rythme de ce son vieux métal. Et finalement, le pot-pourri des succès de Rage condensés en un medley « The blow in a row ». Malgré tout, ce ne sont pas toutes les chansons qui m’ont accrochées comme sur l’album « Missing Link ». Et ce, même si elles sont très potables en général.

Cet album ne s'adresse qu'aux fans de thrash métal, nouveaux et nostalgiques.
Note : 8.5/10
Liste des pistes :

01. Vertigo
02. She killed and smiled
03. Destination day
04. Take my blood
05. No sign of life
06. Submission
07. The unknown
08. Dangerous Heritage
09. Prayers of steel (Avenger)
10. The blow in a row

Critique CD : Rage - The Missing Link (1993)

Style : Thrash Metal
Compagnie : Noise Records

Avec la sortie de « Trapped! », je me demandais comment un groupe pouvait faire mieux pour qu’un prochain album soit aussi bon. Et j’ai eu ma réponse assez tôt. Quand j’ai mis « Missing Link » dans mon système de son et ensuite, grimper le volume à fond, j’ai cru que les murs de mon salon allaient s’effondrer. L’enfer sur terre! La production est du béton armé. De quoi vous écraser sous un rouleau compresseur. Après avoir repris mon souffle, j’ai pu écouter les chansons qui sont moins mélodiques que le précédent album mais toujours aussi efficaces. Rage semble vouloir renouer avec son passé et ses racines plus thrash métal. Il y a des pièces rapides, de quoi vous décoiffez et d’autres plus lentes mais pesantes. Coté vocal, c’est légèrement plus agressif. En fait, la musique en général, est plus tranchante. Je crois que le mini-album « Beyond the Wall », parut entretemps, annonçait bien cette transition musicale.

Sans me tromper, je vous dirai que c’est du thrash métal actuel avec une excellente production. Encore une fois, le groupe a pris une nouvelle orientation qui n’est pas pour déplaire aux fans car, l’album s’est vendu très bien. Et les solos de Manni sont toujours aussi géniaux et les riffs de guitare coupants à souhaits. Pour être honnête avec vous, j’ai dit que « Trapped! » était le meilleur album de Rage, et bien, Missing Link est aexaquo. Il est différent de son prédécesseur mais tout aussi grandiose. Pour les inconditionnels de thrash metal et de heavy metal aux riffs lourds, il vous faut cet album sans hésiter une seconde. Si vous n’aimez pas, ben, je ne sais plus quoi vous répondre.

Et je terminerai en vous disant que la chanson "Refuge" et "Raw Caress" se démarquent plus des autres selon moi. J'en ai des frissons quand je les écoute.

Note : 9/10
Liste des pistes :

01. Firestorm
02. Nevermore
03. Refuge
04. The Pit and the Pendelum
05. From the underworld
06. Certain days
07. Who dares
08. Wake me when I’m dead
09. Lost in the ice
10. Her diary’s black pages
11. The missing link
12. Raw Caress


Critique CD : Rage - Beyond The Wall (1992)

Style : Thrash Metal
Compagnie : Noise Records

Pas de problème pour le trio Allemand, ils font une pause d’un an pour sortir le smash « Trapped! » et se permettent un mini album un peu plus tard dans l’année. À quoi ces gars-là carburent ? Au plutonium ?? Encore une fois, le groupe change son orientation musical, question de ne pas endormir les fans quoi! Ce mini album est plutôt thrash avec des passages heavy lourd. Cela me fait penser un peu à Pantera par endroit. La production sonore est en pleine face. Très similaire au son des disques heavy metal américains, ce qui est surprenant pour des Européens. Cependant, on reconnaît le genre de mélodie rythmique signé Rage. Cet album n’est pas un essentiel et s’adresse plutôt aux fans de Rage mais, si vous êtes comme moi, il n’y a pas de tort à avoir un album qui bouge un peu. Peut-être que c’est un avant-goût du prochain album ? Qui sait.
Note : 8/10

Liste des pistes :

01. Bury all life
02. On the edge
03. I want you
04. (Those who got) Nothing to lose
05. Last goodbye
06. Light into Darkness (version accoustique live)

Critique CD : Rage - Trapped! (1992)

Style : Power Metal
Compagnie : Noise Records

Le trio Allemand « Rage » apprend très vite de ses erreurs. Avec le dernier album « Reflections of a shadow », les musiciens ont remarqué un taux général d’insatisfaction chez les fans du groupe. Qu’à cela ne tienne! L’année 91 se passe sans sortir d’album officiel de longue durée. C’est une première pour le groupe qui a sorti, année après année, un album sur le marché heavy métal. Ils prennent une petite pause bien méritée, assez pour se ressourcer et nous revenir avec un coup de poing magistral en pleine figure. De quoi vous rendre la mâchoire en arrière de la tête. C’est pas des farces!

« Trapped! » est le meilleur chef d’œuvre du groupe à vie. Et ce, même si les jeunes fans de « Rage » sont épatés par les derniers albums du groupe. À mon avis, rien n’accote cet album grandiose dont les chansons s’enchaînent les unes aux autres dans des mélodies accrocheuses que seul le groupe en a la recette. Et pour accomplir ce prodige, la première chose que Rage a fait, c’est de foutre le clavier à la porte. D’ailleurs, c’est pourquoi il est écrit en petit « No keyboards! » sur l’endos de l’album. Apparemment, cette nouveauté de l’album précédent n’a plu à personne. De plus, comme je l’ai dit auparavant, Peavey semble perdre de sa voix aigue au fil du temps et sur cet album, elle a descendu presque d’un ton. Ce qui n’est pas mauvais en soi.

En ce moment, j’ai encore de la difficulté à situer « Rage » dans un créneau de musique précis. Leurs chansons sont speeds à l’occasion comme dans le Power, des riffs de guitares acérés comme dans le thrash par moments, des mid-tempos heavy lourd et des mélodies qui ne ressemblent pas à Helloween ou autres. Ils ont un son unique qui torquent et déplacent de l’air. On pourrait dire que cet album ressemble un peu à « Secrets of a weird world » et pourtant, il semble autant distant de lui. Sans dire que c’est du Power Metal mélodique car, c’est très différent de ce qui se fait aujourd’hui, disons que c’est du très bon heavy metal. Bref, c’est original.

Coté production sonore, c’est excellent. Peut-être pas enregistré assez fort pour les normes d’aujourd’hui mais je crois que cet album est disponible en version remasterisée. Mes chansons préférées : Toutes! Pour moi, l’album « Trapped! » de Rage m’a frappé autant que la première fois où j’ai écouté « Keeper of the seven keys » d’Helloween. C’est un genre différent mais, oh combien inégalé et original! Je le recommande sans hésiter aux vrais amoureux de bon heavy metal bien fait. En terminant, il y a une de mes chansons fétiches sur cet album, toutes catégories de musique métal confondues, et c’est "Solitary Man".
Note  : 9/10

Liste des pistes :

01. Shame on you
02. Solitary Man
03. Enough is enough
04. Medecine
05. Questions
06. Take me to the water
07. Power and Greed
08. The body talks
09. Not forever
10. Beyond the wall of sleep
11. Baby, I’m your nightmare
12. Fast as shark (Accept)
13. Difference

Critique CD : Rage - Extended Power (1991)

Style : Heavy Metal
Compagnie : Noise Records

Non content de sortir un album par année, notre trio Allemand se permet un mini album entre 2 sorties officielles d’album. En fait, « Extended Power » contient un peu de matériel inédit qui devait initialement sur album et qui, finalement, a été rejeté. C’est un album qui s’adresse aux collectionneurs uniquement et fans invétérés de Rage. Ce n’est pas mauvais mais décidément pas un album essentiel. En général, la musique déplace de l’air avec un drum rapide et triggé mêlée avec le genre de mélodie propre à Rage. Ils y vont d’un remake d’une ancienne chanson thrash avec de nouvelles paroles dédiées à la consommation de la bière intitulée « Bottlefield ».
Note 7.5/10

Liste des pistes :

01. Woman
02. Ashes
03. Bottlefield
04. Waiting for the Moon
05. What’s up ?